Posts Tagged ‘Vidéo’

Après avoir analysé la question de long en large et m’être rendu compte que je devrais sans doute changer d’avatar une fois par six mois au moins, j’ai voulu partager mes connaissances de l’image de marque véhiculée par l’avatar. Je rappele que les médias ou réseaux sociaux sont des moyens de promotion B2B reconnus comme étant efficaces et qu’en tant que véhicule promotionnel ils méritent une attention toute particulière. Votre image d’avatar est le moyen de vous reconnaître rapidement sur Twitter et Facebook. À ce sujet, votre avatar a un impact direct, inconscient, sur votre réseau social. Il est l’équivalent de la première poignée de main en rencontre d’affaires. À mon avis, l’être humain est le meilleur véhicule promotionnel. Utilisez votre tête!

Photographe professionnel

Notez simplement que les photographes professionnels sont, et demeurent toujours, les experts de l’image.

À ce sujet, plusieurs mises en garde s’imposent, d’abord pour le bon goût:

Je ne vous suggère pas de vous aventurer à prendre une photo de vous-même devant le miroir à défaut d’avoir l’air complètement dépassé.

Pics de chicks dans l’miroir, MonPointDeVue par Gab Roy

…Ou en compagnie de votre chat, ou entouré d’anges, ou de licornes. Bon, cela dit, je vous invite à ne pas ajouter de graphisme et de garder la photo le plus neutre possible à moins d’avoir affaires avec un pro en graphisme.

Puis, il y a la protection de votre identité:

Dans un vidéo sur le vol d’identité, Benoît Gagnon de www.analysedugeek.com rappelle qu’on peut aisément repérer le mode de vie et le quotidien d’une personne en regardant le genre de photos qu’il rend accessible sur ces réseaux sociaux. À ce sujet, évitez donc de montrer vos enfants.

Note: La photo de mes profils est l’œuvre de Josée-Anne Maltais. Je vous invite à me contacter afin d’obtenir ses coordonnées.

Visage à découvert

Le visage humain est de loin l’image la plus reconnaissable et la plus apprécié de l’ensemble de la population, alors mettez votre visage en valeur sur votre photo de profil (avatar).

Clair et précis

À quoi bon ajouter une image à votre profil si on ne peut pas la comprendre. L’avatar sert à vous identifier. Si vous voulez être représenté par un symbole, assurez-vous que c’est un symbole qui vous représente bien. On évitera par exemple de s’entourer d’un arc-en-ciel si on est un hétéro en recherche d’une partenaire. Par contre, il est tout-à-fait de mise que vous utilisiez l’humour dans vos avatar en détournant certains symboles, mais vous comprendrez qu’un premier ministre, un avocat ou un président de compagnie qui a l’air d’un clown, ça ne fonctionne pas vraiment.

Regard intense

Les yeux obtiennent généralement le pointage le plus élevé lorsqu’on étudie les éléments du corps humain qui attirent le plus l’attention et séduisent. Si vous avez des yeux bleus, de grâce, trouvez le moyen de les mettre en valeur. Les yeux bleus ont les plus haut résultats dans les sondages sur la séduction.

Souriez!

Le sourire représente la joie de vivre et encourage la sympathie.

Vêtements et coiffure

Votre style vestimentaire et votre coiffure doivent être en accord avec l’image que vous souhaitez projeter. Il serait inadéquat de porter un mohawk et de se dire journaliste judiciaire. De même, il serait ridicule de se dire musicien punk et d’avoir l’air d’un nerd fini (grosses lunettes noires, cheveux gras, col roulé monté jusqu’au menton).

De la couleur

La couleur stimule et change l’humeur. De nombreuses études ont démontré l’effet psychologique des couleurs. Pour vous inspirer:

Arrière plan

Évitez que l’arrière plan de votre photo traduise une image négative de vous-même. À ce sujet, voir:

Éthique

On recommande généralement de ne pas montrer ces photos de beuverie, déchéance et déclin. Imaginez ce qu’en penserait votre employeur ou futur employeur. Si votre mère ne veut pas voir le genre de niaiseries que vous avez pris en photo, parce que c’est dégradant ou stupide ou simplement humiliant, n’en faîtes donc pas un album photo.

Inspirez-vous!

Pour découvrir des photos Twitter inspirantes, voyez:

#avatarchouchou

http://twitter.com/LaurentMarcoux/avatar-chouchou

Vous aimez? Commentez et partagez: Bookmark  and Share Saviez-vous que j’offre des services en design de produits et marketing promotionnel?

Publicités

Démarrer une entreprise: Contactez-moi

J’offre aux entrepreneurs de les accompagner du début à la fin du développement de leur entreprise. Entreprendre avec succès demande une méthode. Vous trouverez ici les étapes à suivre pour passer de l’idée de départ à la mise en marché d’un produit ou service.

1. Rêvez à un monde meilleur    

2. Gérez bien votre argent    

3. Travaillez en équipe    

4. Devenez plus productif au travail    

5. Trouvez un but    

6. Trouver des partenaires et faîtes du réseautage 

7. Faîtes un brainstorm    

8. Développez vos idées    

Recherche et développement  

Invention  

Conception  

9. Devenez le meilleur  

Compétition sur le marché   

Service à la clientèle   

Développement de produit novateur   

Stratégie de croissance   

Enrichissement personnel  



Je vous présente quelque chose d’extraordinaire aujourd’hui: une voiture en forme de pyramide. Elle est le résultat d’une phase très approfondie de recherche et développement (R&D) par son inventeur, Greg Zanis. Pour plus d’information et pour connaître mieux cette invention, visitez http://www.dreamcar123.com/

Sur son site Web, l’inventeur explique son véhicule dans d’autres vidéos:

Comme le démontre l’inventeur, et selon mon avis, c’est un concept très fonctionnel (pas sexy, fonctionnel), mais puisqu’il ne semble pas respecter les normes et standards automobiles habituels, sa mise en marché sera difficile. Son allure futuriste et révolutionnaire en fait un produit unique au monde et sa visibilité sera assurée. Le produit aura donc accumulé de la valeur et puisqu’il est dans l’ère du temps, certains collectionneurs seront intéressés à se le procurer. Par contre, M. et Mme Toutlemonde n’y auront probablement jamais accès. Pourquoi? Parce que les gens de la classe moyenne, le peuple, n’ont pas le luxe de payer un concept car, c’est-à-dire un prototype visant à exprimer une nouvelle vision de l’industrie automobile.

Bref, je lance ce message aux inventeurs: même si on invente un produit intéressant et qui rempli un véritable besoin, ça ne veut pas nécessairement dire qu’il sera commercialisable.

Vous êtes inventeur, bricoleur ou patenteux? Je vous invite à lire mes autres billets:

Évoluer technologiquement et apprendre à vivre en civilisation

Comment faire du brainstorming sans équipe?

Comment innover au Québec?

Pourquoi engager un designer de produits/designer industriel?

Être entrepreneur sans le savoir et la R&D

Vous aimez? Commentez et partagez: Bookmark  and Share Saviez-vous que j’offre des services en design de produits et marketing promotionnel?

Cette vidéo m’inspire parce qu’elle résume de façon humoristique comment une simple idée pour un produit sympathique peut se transformer en une entreprise capitaliste et ainsi créer du profit. La solution? Utiliser ses premiers revenus pour augmenter sa visibilité et vendre de plus en plus selon un modèle d’affaires basé sur le buzz. Drôle, naïf, effiace… Les Vlogbrothers expliquent comment une invention ridicule, un costume d’éléphant pour chien, pourrait créer du profit à court et long terme. Ce costume est un gag qu’ils entretiennent dans leurs vidéos sur Youtube. À mon avis, n’importe quel vlogger pourrait arriver à la même chose et ainsi créer des produits répondant au besoin de faire parti d’une communauté Web (besoin secondaire, il va sans dire).

Connaissez-vous des exemples similaires?

MAJ:

Dans la même lignée, connaissez-vous Pet Rock?

Selon Wikipédia:

Le Pet Rock était un animal de compagnie virtuel. L’idée de le commercialiser vient à un citoyen de Los Gatos en Californie nommé Gary Dahl, aux alentours de 1975. Le premier Pet Rock est une roche ordinaire de couleur grise que le créateur achète dans un magasin de construction et qu’il vend comme étant un animal vivant. La popularité de l’objet ne dure que six mois, se terminant à la saison de Noël en décembre 1975 ; mais à l’issue cette période, le Pet Rock a déjà rendu Gary Dahl millionnaire.

Voir aussi:

Plus d’images de Pet Rock, le design et la description du produit.

La stratégie marketing utilisée pour Pet Rock.

MAJ 2:

Je suis tombé sur un épisode de Dragon’s Den dans lequel on présentait Ruggedman, un object-cadeau (gift item) absurde. Cet objet se vend sur Internet et dans les salons de foire commerciale adressée aux amateurs de ces objets rigolos. Voici une capture d’écran de leur site:

MAJ 3:

Voici d’autres produits « Gift item », caractérisés par leur aspect irrévérencieux :

Selon Wikipédia:

Le brainstorming[1] ou remue-méninges[2],[3] est une technique de résolution créative de problème sous la direction d’un animateur, un remue-méninges étant plus spécifiquement une réunion informelle de collecte d’idées ou, pour les enfants, un casse-tête.

Il suffit de se lancer des idées en groupe et de ne pas se juger. Il existe des techniques comme celle de partir d’un mot et d’en trouver tous les mots en lien avec ce mot, celle de refuser la première idée automatiquement, celle de dessiner des choses simples et de les complexifier. On écrit et on dessine, on bricole, on dit ce qui nous passe par la tête.

Dans le cas d’un blocage, je vous suggère fortement de faire un barbeau, un dessin volontairement affreux, d’écrire n’importe quoi, d’être absurde, de ne pas avoir de sens esthétique ou poétique. Bref, faites comme un enfant sans idées ferait: il se mettrait à faire n’importe quoi pour se donner un jeu.

Pour faire un brainstorm, il faut:

1) Une équipe

Avoir une équipe est idéal, sinon voici des trucs quand on est seul . Plus il y a de gens de caractères différents et mieux c’est. Par contre, il faut rester ouvert à l’opinion des autres, à leurs élans naturels et ne jamais bloquer les idées. Tout est permis: on est libre. Il n’y a pas de patron, juste un leader positif qui ramène les gens à leur but commun en cas de dérive totale (voir cet article sur le but commun). Cela arrive parfois quand on a plus d’énergie pour créer, il vaut mieux alors cesser et recommancer le lendemain si la journée est terminée. Sinon, on continue jusqu’à épuisement s’il faut. Un épuisement volontaire et positif (ce qui demande un effort soutenu au départ), c’est souvent générateur d’idées, mais il ne faut pas non plus s’épuiser sans avoir du plaisir. Par exemple, on peut décider d’organiser une journée brainstorm et commencer par demander à tous de jouer au soccer avant de commencer le brainstorm.

2) Un environnement de travail

L’environnement de travail est la clé, si vous voulez mon avis, d’un brainstorm efficace. Et par environnement de travail, je veux dire

  1. Êtes vous bien dans ce local, dans cette bâtisse, dans cette ville, dans cette province; dans ce pays; dans ce monde, dans cet univers?
  2. Qu’est-ce qui vous manque pour être confortable?
  3. Est-ce que vos cinq sens sont stimulés positivement?
  4. Est-ce que vous avez besoin d’être plus en contact avec la nature?
  5. Est-ce que des éléments perturbateurs inconscients vous affectent négativement (télévision, radio, journal, voisins dérangeants)?
  6. Êtes-vous surstimulé (trop de publicité, trop de lumière et de bruits)?
  7. Êtes-vous sous-stimulés (manque de lumière, absence d’oeuvres d’art, de livres, de gens stimulants)?
  8. Malgré tout les défauts de votre environnement (et il y en aura beaucoup, c’est certain), il vous suffit de créer un espace sans contrainte pour la créativité. Cela arrive beaucoup quand on repeint une pièce ou qu’on rénove: c’est le bordel, mais on se sent bien.

Sachez que les meilleures idées proviennent généralement, il me semble, des environnements les plus équilibrés et harmonieux. Aussi, je vous invite, comme je le disais dans ce billet, de vous entourer de:

  • Une bouteille d’eau (ne pas négliger ce détail qui peut faire la différence);
  • Une boîte contenant des objets insolites;
  • Des éléments stimulants artistiques et dynamiques: musique, livres d’art, revues, films…

Débarassez-vous au plus vite de:

  • Ce foutu téléphone qui fait « Brrring! Brrring! » alors vous avez une réceptionniste compétente
  • Ce téléphone cellulaire et ces ondes potentiellement dangereuses pour la santé
  • Cet amassi de câbles électroniques
  • Ce bordel dans votre étagère ou votre classeur

Liste de critères pour un environnement créatif idéal au brainstorm:

  1. Table ronde blanche avec plusieurs sièges autour;
  2. Un espace pour pouvoir dessiner en s’appuyant sur le sol;
  3. Un bon éclairage naturel venant du Soleil ou l’imitant;
  4. Un espace sans pollution : le bruit, les odeurs, la poussière, la lumière, les couleurs trop vives nuisent à la détente et au confort;
  5. Un siège du penseur qui est une chaise inclinée confortable, ou un hamac, ou un divan avec des coussins, ou un tas de coussins sur le sol, avec une couverture;
  6. Un mur de l’inspiration qui est un mur dédié à recevoir des images;
  7. Un espace de jeu, de débat et de camaraderie;
  8. Les murs blanc sont donc préférables aux espace de travail de brainstorming pur des raisons d’éclairage et de neutralité. On doit créer une zone neutre dans laquelle les résultats des essais en brainstorm sont sous la vue des participants avant que le décor ne les stimule. Dans le cas où la neutralité de l’espace pose problème, il est temps d’ajouter des jeux: ballons, jeux-vidéos, déguisements, etc, pour stimuler l’imaginaire.

3) Des crayons

Ayez sous la main des crayons de toute sorte (feutre, stylo, marqueur, crayon de couleur). Je vous invite à utiliser ce code de couleurs:

  1. Débuter avec un stylo
  2. Entourer les éléments importants avec un marqueur selon ce code: bleu = essentiel, vert = préférable, jaune = utile, rouge = à éliminer
  3. Créez des liens entre les idées en utilisant un feutre noir

4) Un bloc-note

 Un bloc-note standard fera l’affaire.

Pensez toujours traîner un bloc note avec vous. Comme le disait A. Hiam, l’auteur du sympathique et franchement utile bouquin Le Marketing pour les nuls : « Les meilleures idées arrivent toujours quand on les attend le moins. » La forme de loupe de l’aiguille à coudre a été trouvée dans un rêve , alors mettez un bloc-note et un crayon près de votre lit;

5) Une grande surface pour dessiner

Une grande feuille de papier (idéal format A1) ou des tableaux blancs. On peut aussi dessiner sur les murs si on veut. À ce sujet, voici une technologie intéressante nommée Ideapaint:

(Via Flatacre)

6) Un bon sens de l’observation

Quelques observations étranges, mais vraies:

Beaucoup de brainstorm se font naturellement:

  • Dans le vestiaire après le sport;
  • Dans un bar en pleine nuit;
  • Autour d’un jeu de société ennuyant comparé à du divertissement passif auquel nous habitue la culture de masse: Scrabble, échecs, dames, jeu de cartes.
  • Au volant de la voiture;
  • Dans un moment de lâcheté sans non comme celui de passer la soirée entière à regarder la télévision en zappant;
  • Devant une image à caractère érotique ou vulgaire.

Beaucoup d’idées sont trouvées :

  • Durant une activité très physique comme un marathon;
  • En contact avec un miroir comme dans le salle de bain;
  • En contact avec des enfants (la lecture aux enfants étant un des moments le splus propices);
  • En jouant;
  • En faisant une activité quotidienne créative, mais banale: cuisine, couture, parler avec des amis, regarder la télévision, écouter la radio, lire un livre…

7) Un peu de folie

Devenez un joueur de tours. Voici qui devrait vous inspirer si vous êtes nul en brainstorming:

 

Le Boxing-day est une tradition du temps des fêtes qui consiste à magasiner à meilleur prix des articles en vente après Noël.

À mon avis, c’est aussi l’expression refoulée de plusieurs besoins. Mon analyse…

1) AVANT NOËL

Avant Noël, on achète des objets/produits pour « faire plaisir ». Si vous avez le moindrement du monde une connaissance de la psychologie du consommateur, vous serez d’accord avec moi: le produit est un outil matériel pour obtenir un résultat immatériel. Le livre Comportement du consommateur explique d’ailleurs comment des facteurs extérieurs et intérieurs motivent à l’achat.

Il existe aussi des moyens de répondre à la demande en créant des produits qui répondent très bien aux besoins universels de l’achat de cadeau. Selon moi, le produit acheté pour une fête comme Noël répond à quelques critères de base:

  • SYMBOLE: Le produit est une représentation symbolique de la personne qui va recevoir le produit. Par exemple, on donnera une poupée charmante à une fillette charmante, une poupée cool à une fillette cool, une poupée sportive à une fillette sportive.
  • SOCIÉTÉ: Le produit est une marque de reconnaissance dans la société. Par exemple, on donnera une montre Rolex, du parfum Dior, etc.
  • PULSION DE VIE: Le produit est un vecteur d’échange, de rencontre, de discussion et de rapprochement entre la personne qui reçoit le cadeau et la personne qui le donne. Par exemple, on donnera une boîte de chocolats, des vêtements confortables et séduisants, des billets de cinéma, des Cds et des jouets interactifs.
  • MÉMORISATION (à mon avis, un élément souvent sous-estimé par le marketing): L’objet devient un point d’encrage vers notre souvenir du moment durant lequel on a reçu un cadeau. Ce souvenir peut être très large: « Dans ce temps là, mon grand-père était en vie. » Ou très court: « Cette soirée-là, j’avais beaucoup aimé m’asseoir sur les genous de mon grand-père. » Par exemple, on se souviendra beaucoup plus des choses qui nous ont surpris, déçues, charmées ou transformées comme des produits de conivence. Le phénomène de l’épluche patate Willy Waller est d’ailleurs intimement lié à cela. Cette année là, en 2008: « C’était l’année du début des Têtes à Claques et on achetait un épluche patate en cadeau pour faire rire à Noël. »
  • COMMUNICATION: Le produit est un outil de communication, une marque d’attention qui a pour objectif de lier de façon positive le produit, la personne qui donne le produit et son intention à remplir correctement les demandes. Par exemple, on donnera le livre qui manquait à une collection.
  • INTIMITÉ: Le produit sert aussi à enclencher des processus d’éveil des désirs. C’est le cas, par exemple, d’une doudou donnée à un jeune enfant, d’un désabillé donné à sa conjointe, etc.
  • CONFLIT: Le produit peut servir à rétablir des liens affectifs brisés ou mettre fin à des conflits biens particuliers. Par exemple, on achètera une bague pour se faire pardonné un mauvais coup et en plus, on rajoutera un collier parce que c’est Noël et qu’il faut acheter pour démontrer la grandeur de son amour.
  • BESOIN REFOULÉ INCONSCIENT: Enfin, et c’est peut-être une analyse qui manque de preuve, je pense que l’objet comme tel est un « objet d’amour perdu ». Je m’explique: d’après un livre intitulé L’Objet d’amour perdu (dont je ne trouve malheureusement aucune trace sur le Web), on recherche dans le matériel des besoins immatériels refoulés. Il sera difficile de mesurer l’impact de produits ayant cet effet. Par exemple, on donnera le film Roméo et Juliette à une jeune adolescente et ce film éveillera chez elle le besoin inconscient d’être en amour « à la vie, à la mort ».

Il y a de quoi se demander si notre culture est capable de remplir ses besoins autrement que par le matériel.

2) BOXING-DAY

Lors du Boxing-day, et ça en est déstabilisant, on voit apparaître un mouvement parfois violent vers l’achat, ce qui laisse entendre que Noël est une Fête qui réveille les besoins frustrés de consommation que notre société entretient. Ces besoins, en fait, seraient plutôt des besoins naturels ayant pris la forme de besoins de consommation. Bref, on voit dans la folie du Boxing-day, une véritable névrose de groupe comme disait Jim Morrison.

En ce sens, d’autres critères s’appliquent aux produits pour les achats du boxing-day:

  • PRIX: Le prix devient un facteur important lors de la décision d’achat parce que le Boxing-day a pour objectif une réduction des prix.
  • IMPACT: Les produits ayant le plus d’impact sur les présentoires ou dans la société seront les plus recherchés.
  • FORCE: Les produits donnant le plus de puissance aux acheteurs (valeur ajoutée, fonctions innovatrices) seront les plus recherchés.

Pour comprendre le phénomène du Boxing-day, voyez :

À Lire: Kick The Shopping Habit! To Buy Or Not To Buy

MAJ:

Après observation, j’ajouterais que les produits sont aussi des moyens de renforcer l’ordre établi. D’ailleurs, j’ai vu cette afiche près d’une boutique de jeux-vidéos: « Une bonne raison de faire sa chambre. » N’est-ce pas ce qu’on dit aux jeunes: « Fais ta chambre et tu pourras jouer aux jeux-vidéos. »

SOURCE:

D’ASTOUS Alain, DAGHFOUS Naoufel, BALLOFFET Pierre et BOULAIRE Christelle, Comportement du consommateur, Montréal, Chenelière Éducation, 2ième édition, 2006, 510 p.

Que vous soyez sur Twitter, Facebook, Youtube ou MySpace, vous êtes sans doute intéressé à découvrir des nouvelles choses pour vous divertir et participer à la « Pop culture ». À une certaine époque, on ne faisait que surfer sur le net. Aujourd’hui, on explore. Comme des archéologues du temps présent, on interagit avec l’environnement, on fouille, on recherche, on creuse, on découvre, on isole, on met en scène nos succès et on s’imagine des univers. C’est ce que j’appelle le divertissement exploratoire. C’est que les outils du Web 2.0 vous permettent de passer d’un divertissement à un autre en vous fiant à votre instinct, au hasard et à la cote de certains hyperliens. À une époque où le zapping est totalement assimilé par la masse, passer d’un lien hypertexte à un autre est une évolution tout-à-fait naturelle. Nous avons appris à apprécier le changement, la vitesse et les surprises. Si j’étais millionnaire et que j’étais le plus malin du monde (un exercice tiré du livre The 4-Hour Workweek: Escape 9-5, Live Anywhere, and Join the New Rich de Timothy Ferris), je me lancerais immédiatement dans une étude du marketing d’inspiration, c’est-à-dire connaître ce qui fait que les gens sont inspirés par ce qui existe sur le marché du divertissement. Je ne veux pas savoir ce qui leur donne du désir, je veux savoir si qui leur donne le désir de partager ce qu’ils ont découvert. À ce sujet, on peut déjà dire que les gens partagent:

  • Ce qu’ils aiment
  • Ce qui les choquent
  • Pour de bonnes causes
  • Pour jouer un tour
  • Pour exciter
  • Pour faire preuve de pouvoir
  • Pour faire passer un message d’ordre public

Pourquoi marketing d’inspiration et non marketing viral? Parce que les grosses entreprises avec des marques importantes veulent avoir un impact à long terme sur le consommateur. Parce que sur Twitter, Facebook, Youtube et MySpace, ce qui marche à long terme, c’est quand un truc attire les gens comme des mouches en raison de son attrait et son intérêt immédiat et qu’il leur donne envie d’évoluer positivement, mais pour que cela soit possible, il faut qu’il y ait une certaine structure favorisant l’échange de liens hypertextes. Pour que des liens hypertextes se créent, ça prend des gens et comme les gens veulent explorer pour s’inspirer, il faut savoir ce qui les inspire. Si vous êtes comme moi, quand quelque chose vous inspire, vous cherchez à le partager. Aussi, il doit exister une « science » qui analyse ce qui fait qu’un être humain:

  • Se sent inspiré
  • Désire d’inspirer les autres êtres humains
  • Choisit un moyen pour diffuser ou non ce qui l’inspire

À mon avis, le schéma de propagation des hyperliens sur Internet correspondrait à une logique mathématique qui respecterait la forme d’un algorithme et la règle d’or. J’aimerais beaucoup pouvoir vérifier mon hypothèse, à savoir que la suite logique de propagation serait la suite de Fibonnaci : 0, 1, 1, 2, 3, 5, 8, 13… Ainsi, pour atteindre treize personnes, il faudrait en séduire 8 autres avant.

Selon moi, Internet permet la profusion d’hyperliens de type culte accessibles via des engins de recherche par mots-clés. Par là, j’entends que certains liens vers des vidéos, des images ou des sites Web sont de véritables parties de notre culture contemporaine. Pensez seulement à ces suites de mots:

Il s’agit là bien d’expressions « cultes » évoquant des moments indéniables de culture populaire. On crée des icônes, des produits culte et comme pour d’autres produits culte, on suit une certaine formule. Selon moi, les produits cultes obéissent à certaines règles :

  • Ils sont originaux, hors norme et font partie d’une culture underground avant de percer le grand public. (Révolte consommée : Le mythe de la contre-culture de Joseph Heath et Andrew Potter)
  • Ils évoquent des tabous sociaux.
  • Ils respectent les tendances de leur époque. Aujourd’hui, nous sommes à la recherche du baroque, de la beauté, du « girlie », d’une mise en scène du réel, de ce qui est limite vulgaire. (Tendançologie : La fabrication du Glamour de Ronan Chastellier)
  • Ils invitent au rituel, à la mise en scène de soi-même, à la religiosité, au sacrifice, à l’exploration d’univers parallèles décallés.

Faîtes comme tout le monde, propagez la bonne nouvelle!

Après réflexion, je me demande si des sites de référencement pourrait évaluer les liens hypertextes selon des standards et avoir des catégories pour donner l’impression aux internautes qu’ils naviguent en toute sécurité:

  • Général
  • 13 ans et plus
  • 16 ans et plus
  • 18 ans et plus

Bookmark and Share

 

D’abord, une définition du mot « brainstorming » ou « tempête d’idées » ou « remue-méninges » (selon Wikipédia):

« Le brainstorming[1] ou remue-méninges[2],[3] est une technique de résolution créative de problème sous la direction d’un animateur, un remue-méninges étant plus spécifiquement une réunion informelle de collecte d’idées… »

En résumé, une période de brainstorming peut se faire seul ou en équipe, mais il est beaucoup plus simple de travailler en équipe.

L’objectif, à mon avis, de faire du brainstorming est d’accéder à la part inconsciente de l’être humain par le biais du subconscient, c’est-à-dire en modifiant l’étant de conscience habituel (rationnel, cartésien, méthodique, ordonné, utile, concentré) et se tourner vers un état de conscience spontanné (irrationnel, mélangé, désordonné, inutile, déconcentré). C’est que notre esprit capte les messages que nous envoient notre environnement et les rends accessible via le subconscient. Plus simplement, tout ce que vous voyez, entendez, sentez, touchez et goûtez est enregistré et il est à votre disposition si vous le permettez. Aussi, les choses que vous percevez vous aideront à créer des choses que vous ne percevez pas encore. Voyons comment faire de l’auto-brainstorming!

Trouver des idées quand on est seul n’est pas aussi évident que lorsqu’on est en groupe. Pourtant, il existe des méthodes assez simples:

A) LA RECHERCHE DE VOCABULAIRE

 

Comme vous le savez sans doute, le sommeil est l’un des moments privilégier pour entrer en contact avec son subconscient. On peut aussi obtenir ds résultats impressionnants en imitant les chamans (rituels, mouvements rapides, gestes directe et vifs), en faisant du yoga ou de la méditation et en écoutant du Mozart.

Prendre un callepin et un crayon. Se coucher ou s’asseoir confortablement (recommandé avec une couverture sur soi ce qui augmente l’impression de confort qui est non-négligeable). Laisser venir les images à son imaginaire.  Noter les images avec des phrases courtes de deux ou trois mots. au besoin lier les mots entre-eux avec des griboullis, des flèches et des dessins afin de créer des schémas et des diagrammes. Une sorte de chaîne d’idée se crée dans le cerveau quand on fait du brainstorming. Il suffit de se raconter l’histoire d’un mot.

En se racontant l’histoire du mot danger, on verra:

  1. Une affiche avec le mot écrit : DANGER!
  2. Un logo avec un point d’exclamation
  3. Une personne blessée
  4. Un tigre qui attaque un chasseur
  5. Une automobile qui roule à toute vitesse
  6. Une tête de mort
  7. Un requin aux grosses dents pointues
  8. La chanson « Danger! Danger! High voltage ! »
  9. La couleur rouge vif
  10. Le sang sur les dents d’un vampire
  11. La panique dans le regard d’un enfant
  12. Une meute de chiens enragés
  13. Un ravin
  14. Etc.

De ces images fortes, on notera des mots clés. Par exemple, on réunira des concepts  clés réunis en catégories comme:

  • D-A-N-G-E-R, point d’exclamation, rouge, « Danger! Danger ! »
  • Blessé, sang, dents, regard
  • Tigre, requin, chiens, vampire
  • Chasseur, enfant
  • Automobile, vitesse, ravin
  • Mort

En ce sens, le résultat du brainstorming est que ce qui est lié au danger est aussi interchangeable. En ce sens, on peut mélanger chaque mot d’une catégorie à une autre et toujours évoquer le danger. Par exemple:

 « Danger! Enfant blessé par un vampire. »

Bref, on accumulera un vocabulaire d’usage lié au concept sur lequel se porte le braisntorming. Il sera ensuite possible de créer des noms pour ces catégories:

  • Symbole de danger
  • Évocation du corps
  • Bêtes
  • Personnages
  • Vitesse
  • Mort

Une fois ces mots notés et catégorisés, il suffit de les mélanger entre eux ou de sortir de nouveaux mots pouvant aussi faire parti de la catégorie. Exemple avec la catégorie Bêtes:

  • Loup-Garou
  • Monstre
  • Bestiole
  • Venimeux
  • Serpent
  • Etc.

Par exemple, on pourrait arriver à la conclusion que le danger est une peur de la mort occasionnée par un choc rapide dû à un évênement spontanné comme celui-ci:

« Rencontrer un Loup-Garou dans une forêt sombre la nuit. »

Note: Ce genre d’opération pourra aussi être effectuée avec des images, ce qui donnera au final un collage d’images qui évoquent toutes un même concept. Ces images seront alors des images clés du concept.

B) LE CHOC AVEC SOI-MÊME

La mémoire est votre meilleur ami lors d’un remue-méninge. Par contre, la métode du choc avec soi-même n’est pas conseillée à tous, mais je suggère fortement aux artistes et créateurs blasés de l’essayer. Il s’agit de renouveller avec ses vieilles photos d’enfance, ses albums-souvenirs et ses collections d’objets et d’images. On peut aussi faire une liste des choses qu’on associe immédiatement entre elles comme: art et cuisine, même si ces deux concepts semblent d’abord très éloignés les uns des autres. Cette méthode plus expérimentale permet de trouver les motivations profondes des gens. Elle est aussi utile si on cherche à donner du sens à une information qu’on n’arrive pas à comprendre.

C) LA MISE EN CONTEXTE/MISE EN SCÈNE

Il suffit de donner vie à un concept ou une idée. Il faut imaginer sa personnalité, son caractère, son habillement, son environnement, son but dans la vie, ses passions, etc. Par exemple, si je cherche de quoi devrait avoir l’air la maison de mes rêves, je recommande une réflexion sur:

  • Qu’est-ce que je ressens au plus profond de moi par rapport à la maison de mes rêves?
  • Qu’est-ce que je dirais de la maison de mes rêves si c’était multipliée à l’infini?
  • Est-ce que je pourrais faire une marriage entre la maison de mes rêves et autre chose?
  • Si la maison de mes rêves posait problème, je ferais quoi?
  • Quel serait le partenaire idéal de la maison de mes rêves?
  • Quel est le mère, le père, le frère, la soeur de la maison de mes rêves?
  • Quel est l’histoire de la maison de mes rêves?
  • Etc.

Il est important de ne pas se limiter à la forme standard des choses et surtout se donner droit à la folie créatrice.

D) LE RÊVE

Certaines personnes pratiquent aussi l’autosuggestion avant le sommeil. Il suffit de se donner un objectif à résoudre durant son sommeil et de laisser aller son imagination. On note les résultats du rêve au réveil. Je vous assure que ça fonctionne mieux quand on n’est pas dans une période de trouble ou de panique. Dans les rêves, il est possible de voir des symboles et des représentations très claires d’inventions, de mécanismes, d’oeuvres à achever, etc. Au sujet de l’interprétation des rêves, il existe une littérature abondante. À ce sujet, je vous invite à lire les textes de Nicole Gratton, hygiéniste du sommeil (autrement dit la spécialiste des rêves).

E) LE JEU

Parfois, il suffit simplement de faire un jeu pour trouver de nouvelles idées. Parmi les jeux les plus efficaces, je note ceux qui font appel aux mots, à la logique mathématique et aux sens du toucher. Voici des exemples de jeux intéressants à utiliser en période de brainstorming:

  • Pâte à modeler
  • Cube rubique
  • Jeu-vidéo comme Tetris
  • Scrabble (et oui, sortez-le de votre placard!)
  • Jeu du dictionnaire (chercher un mot au hasard)
  • Balle anti-stress
  • Blocs Légos

Il existe aussi des outils de contemplation et de méditation qui animent l’imaginaire:

  • Lettes aimantés ou sous forme d’auto-collant ou Post-it
  • Solides de Platon en 3D
  • Revues, livres d’images
  • Films de Science-fiction (très recommandés!)
  • Regarder des vidéos ou des images au hasard sur Internet

Enfin, certaines activités répétitives favorisent l’émergence d’idées nouvelles me semble-t-il:

  • Jouer d’un instrument de musique
  • Faire un sport demandant beaucoup de coordonation
  • Tester et retester, bricoler, faire une expérience scientifique
  • Dessiner
  • Écrire
  • Observer la nature en entrant en contact avec des animaux et des plantes

En somme, il est possible de pratiquer un brainstorm de façon solitaire. Il suffit de se donner la chance d’aérer ses méninges!

 Bookmark and Share

Cette vidéo d’un accident prouve que quand vous êtes dans votre voiture, tout ce qui compte, c’est l’intérieur de votre voiture.

Vous le connaissez comme moi ce malaise, cette angoisse: le complexe du gros char. Personnellement, je n’ai rien contre les chauffeurs de Hummer ou de 4X4. Je pense qu’on vit dans un monde où chacun doit assumer ses choix et ses responsabilités et que si ce type de véhicule pose un problème environnemental, il devrait y avoir des mesures législatives qui limitent l’achat de ce type de voiture. (Ce que je ne souhaite pas par ailleurs pour l’ensemble du territoire. La pollution en ville pause de nombreux problèmes de santé, mais en région, dans le bois du Saguenay Lac-Saint-Jean, je doute qu’un 4X4 soit un danger immédiat pour l’environnement parce que le CO2 produit par le véhicule sera plus facilement transformé par les arbres. À ce sujet, je laisse les experts débattre. )

Je ne m’y connais pas comme un pro au sujet des voitures, mais ce que je sais, c’est que pour qu’une voiture soit vraiment fonctionnelle, il faut qu’elle réponde à quelques critères de base. Alors, si vous achetez une voiture ou si vous en avez une, s.v.p., posez-vous la question au sujet de sa qualité à l’intérieur: le siège du chauffeur et celui des passagers sont à la base du véhicule. Il sert à VOUS transporter…

C’est qu’historiquement, les voitures ont attiré les bourgeois, puis le peuple de toute sorte de manières, avec toute sorte de buts comme celui d’être attirant, séduisant, cool parce qu’on a une voiture de style. Je pense que le modèle de l’automobile standard de type Ford 1930 est amenée à disparaître (bon pour dire vrai, il est complètement dépassé et incompatible avec les centres urbains).

Non, mais franchement il faut changer votre perception du monde: les petites voitures de couleurs louches sont parfois (et même souvent) de bonnes voitures.

En fait, je pense qu’il est grand temps qu’on lance un message clair aux fabricants d’automobile: le look, ce n’est pas tout, même si le look c’est ce qui fait un déclic dans la tête du consommateur et qui fait se clore la vente pour bien des gens.

Je vous propose donc d’évaluer votre automobile en fonction des trois aspect du véhicule auxquels ont a le plus souvent et le plus rapidement besoin quand on conduit:

VOLANT

Il me semble qu’avec les années d’évolution, on pourrait avoir un volant confortable au toucher, qui se réchauffe quand c’est l’hiver, je ne sais pas moi… Arrêtez de nous offrir ces affreux volants inconfortables et visuellement ringards qui ont des surfaces en faux fini genre vinyl et qui se décolorent après deux années d’utilisation!

TABLEAU DE BORD

Il me semble qu’il existe une chose qu’on sous-estime totalement quand on achète une voiture et c’est le tableau de bord. Oui, pensez-y un peu: qu’est-ce que vous regardez le plus quand vous conduisez et qu’est-ce qui vous assure véritablement que votre voiture est fonctionnelle?

J’ai hâte de voir des tableaux de bord offrant différents niveaux d’illumination, des couleurs personnalisés et ce genre de détails fonctionnels stimulants lors de la conduite. Je déteste ça:

PÉDALES

Non, mais c’est seulement moi ou toutes les automobiles standards sont inconfortables au niveau de la pédale de frein et d’accélération. L’espace est trop petit, il n’y a pas de reposoir pour le pied gauche… Il y a certainement un travail de recherche à faire à ce sujet!

Bref, quand vous magasinez une voiture, pensez donc à votre corps sur le siège du conducteur au lieu de penser au fini lisse de la coque!

PS: Si j’étais vous, je mettrais le vendeur dans l’ambaras en lui demandant si l’intérieur de la voiture est confortable… Regardez son visage… Il sera stupéfait.

Dans le film Big (1988), le personnage joué par Tom Hanks invente des jouets pour enfants. Je pense que ce film est une bonne introduction au monde des jouets. Dans le film, on observe comment on décide du design d’un transformeur. Devant un robot-building, Josh s’ennui: « Mais, ce n’est pas amusant! » Il propose plutôt de construire un personnage robot-mouche qui aurait des pouvoir surnaturels… C’est ça qu’il faut comprendre à Noël: les enfants ont des critères différents des adultes quand au choix de leurs jouets.

Noël, c’est l’occasion de remplir le coffre à jouets de son enfant et vider son compte en banque. Pour vous épargner des erreurs de magasinage, voici mon analyse de marché pour les jouets tendances en 2009. Il existe deux tendances majeures: électronique et candy-pop.

1) FULL ÉLECTRONIQUE + VALEURS RÉTRO

C’est bien connu, les plus jeunes veulent faire comme les plus vieux. Cette année, pour être cool, il faut être techno-branché: jeux-vidéos, toutous avec mécanismes électroniques, téléphones cellulaires, bidules qui sont interactifs et qui réagissent aux mouvements. Dans ce sens, on suit une vieille tendance pour les jouets de type robotique. Pour éviter d’acheter un jouet électronique qui ne plaira pas à votre enfant pensez à ces cinq critères de base:

  1. Est-ce que le jouet est facilement manipulable?
  2. Est-ce qu’il est indestructible?
  3. Est-ce qu’il a des mouvements réalistes comme un vrai personnage?
  4. Est-ce qu’il est possible de l’apporter à l’école, à la garderie, dehors?
  5. Est-ce qu’il nécessite de changer des piles? Si oui, le transport de piles est-il adéquat pour que le jouet fonctionne quand l’enfant veut l’utiliser?

Comme les fabricants de jouets ne sont pas stupides, ils tenteront de vous attirer vers des jouets ayant des valeurs rétro:

  1. Inspirés d’anciens personnages (Spiderman, Batman)
  2. Inspirés de symboles universels de l’enfance (toutou, poupée)
  3. Conçu selon des techniques anciennes ou ayant l’air vieillot
  4. Conçu pour évoquer votre jeunesse (StarWars, futurisme)

2) CANDY-POP + ÉCOLO-DIPLOMATE

Cette année, je soupsonne qu’on verra apparaître une panoplie de jouets à saveur « candy-pop », des jouets évocant l’univers des raves, des filles très actives qui vont danser et s’amuser en dehors de la maison. C’est que les enfants ont des horaires de plus en plus chargés et ils veulent franchement la paix! En ce sens, les jouets évocant un univers extérieur, rêvé, mais accessible seront tendances à mon avis. Cinq critères pour l’achat d’un jouet candy-pop:

  1. Est-ce possible de faire interagir les personnages entre eux et avec des univers réalistes (parc d’attraction, cinéma, voiture, piste de dance, île déserte)?
  2. Est-ce que les personnages ont des accessoires comme ceux des nomades: vêtements colorés, cheveux, accessoires de voyage, équipements de chasse ou de guerre, animaux de compagnie, etc.?
  3. Est-ce que les personnages sont facilement transportables (dans une seule main)?
  4. Est-ce que les personnages sont de couleur vive (rose, jaune, bleu, rouge, vert, fushia, blanc), mais pas excessivement?
  5. Est-ce qu’il est possible de créer une collection, une armée de conquérants, une gang avec les personnages?

Et encore une fois, les industriels iront vous chercher:

  1. En parlant de design écologique, équitable, responsable…
  2. En utilisant des emballages minimalistes et colorés
  3. En mettant forme à personnages ultra politicly-correct
  4. En donnant forme à des personnages masculins virils sans être machos
  5. En donannt forme à des personnages féminins sexy sans être stupides

Voilà, c’était deux tendances majeures, il me semble, des jouets en 2009.

MAJ

En effet, la tendance FULL ÉLECTRONIQUE + VALEURS RÉTRO a sa place. Si vous aviez un doute sur mon analyse des jouets, regardez cette vidéo qui présente l’amour qu’on les jeunes pour les Zhu Zhu Pet, des hamsters qui bougent tout seul.

Voir: Giochi Preziosi – Zhu Zhu Pets – 2806 – Peluche Interactive – Hamster – jilly

MAJ 2

Voici une autre analyse pertinente sur les jouets en 2009.

Bookmark and Share




  • Page Facebook

  • Contactez-moi

    Laurent Marcoux, consultant en design industriel

    Email: contrat.laurent(at)gmail.com
    Skype : laurent_marcoux

    Pour la prise de rendez-vous: Heure locale au Canada

    Réseaux sociaux:
    Facebook Facebook
     Google+
    Linked-In Linked-In
    Twitter Twitter

  • Le Design et l’écologie

    LE DESIGN ET L’ÉCOLOGIE est un essai qui vise à vulgariser les concepts généraux liés à l’éco-conception de manière simple et concise. Il s’agit d’une introduction à l’éco-conception qui inclut une liste de définitions, un constat de l’impact du design sur l’entreprise socialement responsable, la logistique, le cycle de vie, l’image de marque et les normes de développement, ainsi qu’une liste de sites Web à consulter. AUCUN REMBOURSEMENT. AUCUN ÉCHANGE. 11 pages.
  • Le Design tout simplement

    LE DESIGN TOUT SIMPLEMENT est un essai qui vise à répondre à quatre grandes questions relatives au design : Qu’est-ce que le design? À quoi sert le design? Qu’est-ce qu’un bon design? Comment travaille un designer?  Né à Québec en 1987, Laurent Marcoux est diplômé en technique de design industriel au cégep de Sainte-Foy (Québec, Canada). Consultant en design, recherche et développement, il est l’auteur d’un blogue : http://designer-entreprise.com.  Notes générales: Ce texte fait 31 pages. Aucun échange. Aucun remboursement.