Posts Tagged ‘Travail’

Definition:

Research and development (often abbreviated « R & D ») is a statistical category, including economic and accounting of all activities undertaken « a systematic basis in order to increase the stock of knowledge, including knowledge of man, culture and society, and the use of this stock of knowledge to devise new applications. « 

And how it can serve as a research and development?

Companies in which innovation is activ obtain additional market gains. Why? Because their ways of responding to customer needs will ensure their leading position, visibility in the media and it also creates new types of consumers, loyal to the brand. It is also the R & D that allows to change the methods and procedures of the company: service, production, machinery, administration and personnel management are subjects to improve with the help of a designer and experts in R & D .

C’est Samedi, journée de magasinage pour plusieurs. Remarquez à quel point nous sommes en contact avec le service à la clientèle.

Proverbe : « Les cordonniers sont les plus mal chaussés » ou « Fils de cordonnier est le plus mal chaussé » : on est souvent mal pourvu des avantages qu’on est le plus à portée de se procurer par son état, par sa position.

Il me semble que c’est la base de toute image de marque que de mettre en valeur les qualités, compétences, bénéfices et intérêts de la marque. En ce sens, chaque personne en lien avec le consommateur, directement ou indirectement, qu’il soit vendeur ou représentant, caissier ou commis, se doit de représenter la marque. Et pour ce faire, la cohérence est de mise.

J’ai vu de nombreuses incohérences et vous aussi sans doute. Voici des exemples:

  • Un vendeur de voitures qui conduit une minoune (traduction: une voiture de basse qualité). Il devrait conduire une automobile qui fait vendre…
  • Un représentant en produits de beauté pour femmes qui porte la barbe. Ce devrait être une femme ou du moins quelqu’un qui représente l’esthétisme et la mode actuelle, l’épilation.
  • Un caissier qui ne connait pas le coût des produits. Il devrait avoir un moyen (un scanner) pour retracer le coût des produits.
  • Un commis qui ne porte pas les vêtements de la boutique qu’il représente. Il devrait avoir un uniforme ou bien on devrait lui donner des vêtements de la boutique.

Ces erreurs sont dues à la négligence et comme ils ne semblent pas avoir d’impact direct sur les profits, on les tolère. Par contre, la fidélisation de la clientèle implique de respecter cette clientèle et pour cela, on doit être cohérent.

Afin de créer une grille de critère pour évaluer vos services, je vous suggère d’écrire sur une feuille les mots-clés qui représentent votre entreprise et votre service. Par exemple, si vous vendez des voitures:

  • Courtois
  • Belle voiture
  • Bonne mécanique
  • Confortable
  • Agréable
  • Souriant
  • Bien habillé
  • Serviable
  • Propre
  • Neuf
  • Mature
  • Pour couple
  • Pour famille
  • Homme et femme

Ensuite, trouvez pour chacun de ces mots-clés trois manières de prouver que votre service correspond à cela. Par exemple, pour « souriant »:

  • Souriant parce qu’on accueille les clients avec le sourire en leur disant: « Bonjour! »
  • Souriant parce qu’on sourie quand le client veut acheter au lieu de le regarder comme si c’était un imbécile
  • Souriant parce que l’équipe de vente s’apprécie vraiment et s’échange des sourires.

Je vous invite à lire mes autres billets sur l’image de marque:

Ce n’est pas un luxe de battre la concurrence

Lectures recommandées

Image de marque et durabilité sur le marché

C’est quoi du bon service à la clientèle?

Vous aimez? Commentez et partagez: Bookmark  and Share Saviez-vous que j’offre des services en design de produits et marketing promotionnel?

Matthiew E. May est mon gourou puisqu’il remet en vedette la notion d’élégance. Il démontre clairement comme l’innovation et le leadership mènent à des succès commerciaux.

De son côté, François Héon m’inspire. Il définit avec rigueur en quoi le leader provoque l’enthousiasme au sein de son équipe, la mobilise et l’amène à agir. Voir son vidéo: Leadership et Barack Obama.

Le leadership, à mon avis, est une habileté naturelle qu’on peut développer. Les grands leaders de ce monde me semblent tous avoir les mêmes caractéristiques: ils sont curieux de tout, d’eux-mêmes comme des autres, de l’économie et de la créativitédes activités communautaires comme des corporations, etc. Ils savent par expérience ou instinctivement vers quoi diriger leur attention. Leur intuition est forte.

Pour exploiter vos talents comme leader, je vous invite à lire ou relire mes billets:

Comment avoir un but commun?

Pas de panique

Qu’est-ce que la R&D et pourquoi en faire une priorité?

Le Québec est capable d’innover

Brainstorm mode d’emploi

Mes lectures préférées de 2009

Innovation naturelle

Un atelier pour arrêter de perdre temps et énergie

Don Norman, provoquer le succès avec l’émotion

Comment innover au Québec?

Vous aimez? Commentez et partagez: Bookmark  and Share Saviez-vous que j’offre des services en design de produits et marketing promotionnel?

Démarrer une entreprise: Contactez-moi

J’offre aux entrepreneurs de les accompagner du début à la fin du développement de leur entreprise. Entreprendre avec succès demande une méthode. Vous trouverez ici les étapes à suivre pour passer de l’idée de départ à la mise en marché d’un produit ou service.

1. Rêvez à un monde meilleur    

2. Gérez bien votre argent    

3. Travaillez en équipe    

4. Devenez plus productif au travail    

5. Trouvez un but    

6. Trouver des partenaires et faîtes du réseautage 

7. Faîtes un brainstorm    

8. Développez vos idées    

Recherche et développement  

Invention  

Conception  

9. Devenez le meilleur  

Compétition sur le marché   

Service à la clientèle   

Développement de produit novateur   

Stratégie de croissance   

Enrichissement personnel  



À moins que vous soyez ailleurs qu’au Québec, vous pensez sans doute à votre déclaration d’impôts à ce temps de l’année. Si non, il serait peut-être temps d’y penser, non? Pour moi, c’est bientôt l’heure de planifier mon budget. Que vous soyez entrepreneur, travailleur autonome, célibataire, divorcé, en couple, acheteur compulsif, collectionneur de bébelles inutiles, fan du Dolorama ou des friperies, tout le monde à avantage à planifier ses dépenses. Cet atelier à pour but de vous donner une procédure afin de déterminer quoi acheter et quand le faire.

Pourquoi économiser?

Le calcul est simple à faire. Imaginez que vous dépensez depuis 1 an 1$ par jour. Ça fait 365$ à la fin de l’année… parce que 1$ X 365 jours = 365$/an. Et oui, c’est 365$ dont vous ne profiterai pas pour vous procurer quelque chose ayant plus de valeur et qui pourrait éventuellement être vendu par la suite, comme un appareil électronique, une bicyclette, un bureau de travail, etc. Et avec 365$, on peut se payer un luxe, un cadeau, des jouets pour les enfants, ou mieux encore économiser et s’assurer à long terme d’un coussin financier. En deux ans, c’est 365$ X 2 = 730$. En mettant ce montant à la banque dans un compte épargne à terme, on peut acquérir des intérêts et l’argent s’accumule toute seule.

Cet atelier est conçu pour répondre aux besoins des gens qui n’ont jamais su ordonner leurs achats, mais il sera utile à vraiment tout le monde. Vous allez voir pourquoi.

Première étape de l’atelier budget :

D’abord, nous allons identifier vos besoins et leur urgence. Procurez-vous un ordinateur et ouvrez un fichier Excel. Créez une feuille Excel dans laquelle vous écrirez ce qui vous empêche de bien fonctionner dans la vie. (Personnellement, cette feuille se nomme : « Liste des choses inutiles de ce monde », mais je vous invite à trouver d’autres titres qui défoulent comme :

  • Au secours, je vais péter ma coche!
  • Sauvez-moi quelqu’un!
  • Si je n’ai pas ça je meurs!

Puis, reproduisez le tableau suivant en écrivant sur la première ligne, dans cet ordre:

  • A : Éléments négatifs
  • B : Désagrément
  • C : Fréquence
  • D : Niveau de risque
  • E : Méthode
  • F : Objectif
  • G : Résultat sur 10

 Tableau à copier:

Optionnel : vous pouvez sélectionner la ligne 1 et la figer (Affichage – figer les volets).

 

Assurez-vous que la colonne B X C = D. Pour ce faire, si vous n’êtes pas passé maître d’Excel, faîtes ceci :

  1. Cliquer sur le carré D2
  2. Écrivez exactement ceci (incluant le = et le *): =B48*C48
  3. Tapez sur Entrer

Maintenant, écrivez une en dessous de l’autre dans la colonne A, sous « Éléments négatifs », toutes les éléments négatifs que vous vivez au quotidien. Séparez chacun des idioties, sans n’en oublier aucune. Voici des exemples d’éléments négatifs qui concernent le monde du travail dans un atelier, mais on pourrait associer cette procédure à la vie de famille :

  • A2 : Perdre et chercher son marteau quand on doit s’en servir
  • A3 : Avoir très chaud en été dans le local
  • A4 : Être malpropre en revenant de l’atelier

Maintenant, évaluez chacun des éléments négatifs en vous fiant à cette règle :

  • Dans la colonne B, écrivez un chiffre de 1 à 4, 1 étant le désagrément le plus faible et 4 le plus élevé.
  • Dans la colonne C, écrivez un chiffre de 1 à 4, 1 étant la fréquence la plus faible et 4 la plus élevé.

Bien entendu, ce qui vous semble le plus désagréable obtiendra une note plus élevé. De même, l’élément négatif qui revient le plus souvent dans votre vie aura aussi une note plus élevé. Il sera donc possible de déterminer ce qui doit être réglé en premier en fonction du calcul désagrément multiplié par fréquence égale niveau de risque. Le niveau de risque montre à quel point ce besoin de régler ce problème est urgent ou non. Le niveau de risque se situe au maximum à 16. Il va sans dire qu’un élément négatif ayant la note 16 devrait être réglé en priorité sur un élément négatif ayant une note de 12 et ainsi de suite.

Pour régler ces problèmes, vous allez écrire dans la colonne E intitulée « Méthode » les procédures à suivre pour régler ces problèmes. Dans le cas de la ligne 2, «Perdre et chercher son marteau quand on doit s’en servir », la méthode sera de toujours remettre le marteau à sa place dans un étuis bien visible dans l’atelier. Dans la colonne F, « Objectif », notez les éléments clés de cette méthode, comme les choses à acheter, à se procurer ou à transformer. Par exemple : « Un étui en plastique avec couvercle sur lequel il est écrit le mot Marteau ». Une fois que vous vous aurez atteint vos objectifs, vous pourrez les évalués et déterminer si votre solution a été efficace en écrivant un pointage sur 10 dans la colonne G.

Deuxième étape :

Ouvrez maintenant un fichier Word que vous nommerez « Liste d’achats ». Assurez-vous d’ordonner titre 1, titre 2 et titre 3 avec une numérotation de ce genre :

1. Titre 1

      1.1 Titre 2

          1.1.1 Titre 3

 

Une fois que cela est fait, écrivez ceci :

1. Urgent

  1.1 Niveau de risque 16

  1.2 Niveau de risque 12

  1.3 Niveau de risque 9

  1.4 Niveau de risque 8

2. Pas urgent 

  2.1 Niveau de risque 6

  2.2 Niveau de risque 4

  2.3 Niveau de risque 2

3. À acheter un jour peut-être

Sous chacun de ces titres, vous ferai un copié-collé des objectifs obtenus dans le fichier Excel en les classant selon leur niveau de risque. Si la ligne «Perdre et chercher son marteau quand on doit s’en servir » indique un niveau de risque de 16, l’objectif de cette ligne sera en tête de liste.

 Fichier word à reproduire:

 

Pour conclure, vous aurez donc une liste allant de l’objectif le plus important, jusqu’à l’objectif le moins important. En n’achetant que les éléments les plus importants, vous éviterai ainsi de remplir des objectifs superficiels et de dépenser inutilement.

Définition:

La recherche et développement (souvent notée « R&D ») est une catégorie statistique, économique et comptable englobant l’ensemble des activités entreprises « de façon systématique en vue d’accroître la somme des connaissances, y compris la connaissance de l’homme, de la culture et de la société, ainsi que l’utilisation de cette somme de connaissances pour de nouvelles applications. »

Et en quoi ça peut vous servir de rechercher et développer?

Les entreprises qui font preuve d’innovation obtiennent des gains supplémentaires de marché. Pourquoi? Parce qu’inventer de meilleurs manières de répondre aux besoins des consommateurs permet d’assurer une position de leader, une visibilité dans les médias et créer de nouveaux types de consommateurs plus fidèles à la marque. C’est aussi la R&D qui permet de faire évoluer les méthodes et procedures internes de l’entreprise: service, production, machinerie, administration et gestion du personnel sont des sujets à améliorer avec l’aide d’experts en R&D.

Si vous en êtes à débuter dans la R&D, je vous invite à lire ces billets:

Être entrepreneur sans le savoir et la R&D

Design d’arme à feu, un exemple à suivre?

Comment innover au Québec?

Innovation naturelle

Voici quelques trucs pour améliorer votre espace de travail et ainsi être plus productif.

1. Séparez le travail de votre vie domestique

2. Votre espace doit être ergonomique

3. Désencombrez votre espace de travail

4. Utilisez un deuxième écran 

5. Ajoutez quelques éléments stimulants au niveau visuel

6. Éclairez et colorez soigneusement votre espace de travail

7. Utilisez un babillard et un calendrier

8. Ajoutez des plantes

9. La musique au travail

10. Ajoutez un sofa ou un endroit de relaxation. 

Ces conseils sont tirés de cet excellent article: http://www.marevueweb.com/2010/03/10-conseils-pour-creer-un-environnement-de-travail-motivant-a-la-maison/

Je vous invite par ailleurs à consulter mes billets sur le sujet des environnements de travail:

La dictature du téléphone et TTC, mon analyse

Avoir de l’autorité sur les objets du quotidien c’est sortir du matérialisme?

Brainstorm mode d’emploi

Il encore trop tôt pour analyser en profondeur le phénomène que je tente de vous présenter ici. Alors, je vais vous présenter les éléments que j’ai receuillis.

1) TENDANCE ÉCOLO = ULTRA-FONCTIONNALISME

Je pense que la tendance écologique est en hausse et depuis un bon bout de temps. C’est clair, il existe un public écolo. 

Aux gens qui n’ont pas compris encore que la pensée écologiste permet de sauver de l’argent, je présenterai ce vidéo:

Ce que vous voyez dans ce vidéo intitulé Jay’s Tiny House Tour, c’est une approche écologiste plutôt inusitée pour limiter au plus possible les besoins en énergie et les coûts de production. C’est un exemple tout simple, mais qui peut être appliqué à plusieurs sauces, dans différentes proportions. Si cette mini maison est un peu ridicule à l’époque du cooconing, elle est tout de même ultra-fonctionnelle. Je pourrais appeler cette approche l’ultra-fonctionnalisme.

2) UN POINT DANS L’UNIVERS

Un tendance en devenir me semble apparaître, celle de s’entourer du minimum pour survivre et de se considérer comme un petit point insignifiant dans l’univers. Le discours écologiste mise beaucoup sur cette idée que nous faisons tous parti d’un grand univers. Le voyage dans l’espace Virgin Galactic  est précurseur de ce point de vue en ce sens qu’il ramène à cet état tout en donnant un sentiment de grandeur.

Certains designers comme Karim Rashid pensent que dans le futur nous seront capable de produire à la maison nos propres meubles en achetant des fichiers 3D sur Internet et en faisant imprimer en 3D ces meubles dans notre propre maison à l’aide d’une imprimante 3D. Imaginez une mini usine, une mini salle de travail, une mini chaîne de production dans chaque ville à partir de laquelle on « importerait » des objets de toute sorte? Et si on était capable de recomposer couche par couche autre chose comme des produits alimentaires ou des médicaments?

3) SYNCRONISER

Je fais l’hypothèse d’un futur dans lequel on utilisera de moins en moins de ressources pour accomplir un maximum de choses. C’est peut-être ce qui explique le besoin de tout synchroniser sur son iPhone?

Selon Wikipédia:

Le brainstorming[1] ou remue-méninges[2],[3] est une technique de résolution créative de problème sous la direction d’un animateur, un remue-méninges étant plus spécifiquement une réunion informelle de collecte d’idées ou, pour les enfants, un casse-tête.

Il suffit de se lancer des idées en groupe et de ne pas se juger. Il existe des techniques comme celle de partir d’un mot et d’en trouver tous les mots en lien avec ce mot, celle de refuser la première idée automatiquement, celle de dessiner des choses simples et de les complexifier. On écrit et on dessine, on bricole, on dit ce qui nous passe par la tête.

Dans le cas d’un blocage, je vous suggère fortement de faire un barbeau, un dessin volontairement affreux, d’écrire n’importe quoi, d’être absurde, de ne pas avoir de sens esthétique ou poétique. Bref, faites comme un enfant sans idées ferait: il se mettrait à faire n’importe quoi pour se donner un jeu.

Pour faire un brainstorm, il faut:

1) Une équipe

Avoir une équipe est idéal, sinon voici des trucs quand on est seul . Plus il y a de gens de caractères différents et mieux c’est. Par contre, il faut rester ouvert à l’opinion des autres, à leurs élans naturels et ne jamais bloquer les idées. Tout est permis: on est libre. Il n’y a pas de patron, juste un leader positif qui ramène les gens à leur but commun en cas de dérive totale (voir cet article sur le but commun). Cela arrive parfois quand on a plus d’énergie pour créer, il vaut mieux alors cesser et recommancer le lendemain si la journée est terminée. Sinon, on continue jusqu’à épuisement s’il faut. Un épuisement volontaire et positif (ce qui demande un effort soutenu au départ), c’est souvent générateur d’idées, mais il ne faut pas non plus s’épuiser sans avoir du plaisir. Par exemple, on peut décider d’organiser une journée brainstorm et commencer par demander à tous de jouer au soccer avant de commencer le brainstorm.

2) Un environnement de travail

L’environnement de travail est la clé, si vous voulez mon avis, d’un brainstorm efficace. Et par environnement de travail, je veux dire

  1. Êtes vous bien dans ce local, dans cette bâtisse, dans cette ville, dans cette province; dans ce pays; dans ce monde, dans cet univers?
  2. Qu’est-ce qui vous manque pour être confortable?
  3. Est-ce que vos cinq sens sont stimulés positivement?
  4. Est-ce que vous avez besoin d’être plus en contact avec la nature?
  5. Est-ce que des éléments perturbateurs inconscients vous affectent négativement (télévision, radio, journal, voisins dérangeants)?
  6. Êtes-vous surstimulé (trop de publicité, trop de lumière et de bruits)?
  7. Êtes-vous sous-stimulés (manque de lumière, absence d’oeuvres d’art, de livres, de gens stimulants)?
  8. Malgré tout les défauts de votre environnement (et il y en aura beaucoup, c’est certain), il vous suffit de créer un espace sans contrainte pour la créativité. Cela arrive beaucoup quand on repeint une pièce ou qu’on rénove: c’est le bordel, mais on se sent bien.

Sachez que les meilleures idées proviennent généralement, il me semble, des environnements les plus équilibrés et harmonieux. Aussi, je vous invite, comme je le disais dans ce billet, de vous entourer de:

  • Une bouteille d’eau (ne pas négliger ce détail qui peut faire la différence);
  • Une boîte contenant des objets insolites;
  • Des éléments stimulants artistiques et dynamiques: musique, livres d’art, revues, films…

Débarassez-vous au plus vite de:

  • Ce foutu téléphone qui fait « Brrring! Brrring! » alors vous avez une réceptionniste compétente
  • Ce téléphone cellulaire et ces ondes potentiellement dangereuses pour la santé
  • Cet amassi de câbles électroniques
  • Ce bordel dans votre étagère ou votre classeur

Liste de critères pour un environnement créatif idéal au brainstorm:

  1. Table ronde blanche avec plusieurs sièges autour;
  2. Un espace pour pouvoir dessiner en s’appuyant sur le sol;
  3. Un bon éclairage naturel venant du Soleil ou l’imitant;
  4. Un espace sans pollution : le bruit, les odeurs, la poussière, la lumière, les couleurs trop vives nuisent à la détente et au confort;
  5. Un siège du penseur qui est une chaise inclinée confortable, ou un hamac, ou un divan avec des coussins, ou un tas de coussins sur le sol, avec une couverture;
  6. Un mur de l’inspiration qui est un mur dédié à recevoir des images;
  7. Un espace de jeu, de débat et de camaraderie;
  8. Les murs blanc sont donc préférables aux espace de travail de brainstorming pur des raisons d’éclairage et de neutralité. On doit créer une zone neutre dans laquelle les résultats des essais en brainstorm sont sous la vue des participants avant que le décor ne les stimule. Dans le cas où la neutralité de l’espace pose problème, il est temps d’ajouter des jeux: ballons, jeux-vidéos, déguisements, etc, pour stimuler l’imaginaire.

3) Des crayons

Ayez sous la main des crayons de toute sorte (feutre, stylo, marqueur, crayon de couleur). Je vous invite à utiliser ce code de couleurs:

  1. Débuter avec un stylo
  2. Entourer les éléments importants avec un marqueur selon ce code: bleu = essentiel, vert = préférable, jaune = utile, rouge = à éliminer
  3. Créez des liens entre les idées en utilisant un feutre noir

4) Un bloc-note

 Un bloc-note standard fera l’affaire.

Pensez toujours traîner un bloc note avec vous. Comme le disait A. Hiam, l’auteur du sympathique et franchement utile bouquin Le Marketing pour les nuls : « Les meilleures idées arrivent toujours quand on les attend le moins. » La forme de loupe de l’aiguille à coudre a été trouvée dans un rêve , alors mettez un bloc-note et un crayon près de votre lit;

5) Une grande surface pour dessiner

Une grande feuille de papier (idéal format A1) ou des tableaux blancs. On peut aussi dessiner sur les murs si on veut. À ce sujet, voici une technologie intéressante nommée Ideapaint:

(Via Flatacre)

6) Un bon sens de l’observation

Quelques observations étranges, mais vraies:

Beaucoup de brainstorm se font naturellement:

  • Dans le vestiaire après le sport;
  • Dans un bar en pleine nuit;
  • Autour d’un jeu de société ennuyant comparé à du divertissement passif auquel nous habitue la culture de masse: Scrabble, échecs, dames, jeu de cartes.
  • Au volant de la voiture;
  • Dans un moment de lâcheté sans non comme celui de passer la soirée entière à regarder la télévision en zappant;
  • Devant une image à caractère érotique ou vulgaire.

Beaucoup d’idées sont trouvées :

  • Durant une activité très physique comme un marathon;
  • En contact avec un miroir comme dans le salle de bain;
  • En contact avec des enfants (la lecture aux enfants étant un des moments le splus propices);
  • En jouant;
  • En faisant une activité quotidienne créative, mais banale: cuisine, couture, parler avec des amis, regarder la télévision, écouter la radio, lire un livre…

7) Un peu de folie

Devenez un joueur de tours. Voici qui devrait vous inspirer si vous êtes nul en brainstorming:


J’apprécie beaucoup la tradition des bilans d’année. Pour moi, c’est l’occasion de receuillir une tonne d’information utile sur le sport, l’économie, l’actualité, les arts et la culture.

Dans mes temps libres, j’écris et je fais des recherches pour enrichir mon écriture. Ainsi, je développe une certaine expertise en faisant grandir ma culture générale. On me prête des livres, on m’en donne en cadeau et on m’en conseille. Mon seule critère: je veux des livres qui encourage « à penser en dehors de la boîte » (traduction libre et moche de « to think outside the box »). Il y en a pour tous les goûts! Voici donc la liste des livres que j’ai le plus aimé lire en 2009:

3) Pourquoi est-ce qu’on consomme?

Comportement du consommateur est un livre éducatif de niveau universitaire qui s’adresse principalement aux profesionnels de la vente, du marketing et du service à la clientèle.

POINTS FORTS: Très bien structuré, ce volume épais est une introduction rapide aux principes de la mise en valeur des produits pour en augmenter la vente et l’attrait pour les consommateurs. Il s’agit aussi d’un moyen efficace pour comprendre les besoins inassouvis des consommateurs contemporains et la société de consommation dans son ensemble.

POINTS FAIBLES: J’aurais apprécié une version en papier couleur ou accompagnée d’un Cd-Rom en raison de la variété des affiches publicitaires présentées dans le livre.

D’ASTOUS Alain, DAGHFOUS Naoufel, BALLOFFET Pierre et BOULAIRE Christelle, Comportement du consommateur, Montréal, Chenelière Éducation, 2ième édition, 2006, 510 p.

Si vous aimez, vous aimerez sans doute:

Designing the 21st Century : Edition anglais-français-allemand (très beau!)

2) Pourquoi est-ce que c’est beau?

À mon humble avis, Le Code secret est un must-have pour les designers, graphistes, architectes, artistes et créateurs de ce monde. Ce livre fait une rétrospective des chercheurs qui ont étudié le nombre d’or, une proportion idéale pour que les choses soient belles.

POINTS FORTS: Beaucoup d’images, la passion de l’auteur pour son sujet est évidente, la recherche est présentée de façon inspirante dans un livre d’un format compact et pratique.

POINTS FAIBLES: La jaquette en plastique semi-transparent qui recouvre le livre est d’une qualité douteuse.

Hemenway Priya, Le Code Secret: la formule mystérieuse qui régit les arts, la nature et les sciences, Suisse, Evergreen, 2008, 203 p.

Si vous aimez, vous aimerez sans doute:

Le Courage de créer  de Rollo May

1) Que faire quand je suis dans une impasse?

Débloquer, c’est un guide pratique pour se sortir d’une impasse quand on travaille sur un projet. Ce livre s’adresse surtout aux entrepreneurs (directeurs), mais il sera d’une aide inestimable pour les équipes de travail de toute sorte ou même pour les travailleurs autonomes.

POINTS FORTS: Le dynamisme de la mise en page, la qualité des conseils et leur performance, l’efficacité de la table des matières avec laquelle on peut identifier rapidement une solution à n’importe quel problème rencontré lors du travail d’équipe.

POINTS FAIBLES: Le livre est d’un format qui tient dans la main, ce qui en limite son utilisation par plusieurs personne. J’aurai apprécié une version permettant à toute une équipe de voir les images. Tout de même très pratique comme format.

YAMASHITA, Keith. Débloquer, Transcontinental, 2009, 202 pages.

Si vous aimez, vous aimerez sans doute:

S’Organiser pour Réussir de David Allen

Le Millionnaire paresseux de Marc Fisher (très inspirant!)




  • Page Facebook

  • Contactez-moi

    Laurent Marcoux, consultant en design industriel

    Email: contrat.laurent(at)gmail.com
    Skype : laurent_marcoux

    Pour la prise de rendez-vous: Heure locale au Canada

    Réseaux sociaux:
    Facebook Facebook
     Google+
    Linked-In Linked-In
    Twitter Twitter

  • Le Design et l’écologie

    LE DESIGN ET L’ÉCOLOGIE est un essai qui vise à vulgariser les concepts généraux liés à l’éco-conception de manière simple et concise. Il s’agit d’une introduction à l’éco-conception qui inclut une liste de définitions, un constat de l’impact du design sur l’entreprise socialement responsable, la logistique, le cycle de vie, l’image de marque et les normes de développement, ainsi qu’une liste de sites Web à consulter. AUCUN REMBOURSEMENT. AUCUN ÉCHANGE. 11 pages.
  • Le Design tout simplement

    LE DESIGN TOUT SIMPLEMENT est un essai qui vise à répondre à quatre grandes questions relatives au design : Qu’est-ce que le design? À quoi sert le design? Qu’est-ce qu’un bon design? Comment travaille un designer?  Né à Québec en 1987, Laurent Marcoux est diplômé en technique de design industriel au cégep de Sainte-Foy (Québec, Canada). Consultant en design, recherche et développement, il est l’auteur d’un blogue : http://designer-entreprise.com.  Notes générales: Ce texte fait 31 pages. Aucun échange. Aucun remboursement.