Posts Tagged ‘Tous les billets de ce blogue’

Definition:

Research and development (often abbreviated « R & D ») is a statistical category, including economic and accounting of all activities undertaken « a systematic basis in order to increase the stock of knowledge, including knowledge of man, culture and society, and the use of this stock of knowledge to devise new applications. « 

And how it can serve as a research and development?

Companies in which innovation is activ obtain additional market gains. Why? Because their ways of responding to customer needs will ensure their leading position, visibility in the media and it also creates new types of consumers, loyal to the brand. It is also the R & D that allows to change the methods and procedures of the company: service, production, machinery, administration and personnel management are subjects to improve with the help of a designer and experts in R & D .

Publicités

Hier, c’était le Gumball 3000 et j’y étais pour voir de belles voitures (la Viper noire était ma préférée). Il y avait des bons coups de marketing sur place et des moins bon. J’aurais cru qu’on aurait afficher des bannières invitant à acheter ces voitures de luxe au Québec.

Il y avait de gros véhicules polluants (Hummer version modèle géant qui détruit tout sur son passage) et pas du tout d’écologistes. Pas de pancartes, rien. Ils avaient peur de quoi, ces écolos? Un stunt aurait été un coup publicitaire délicieux pour Green Peace. À moins que je ne sois plus à jour, les émissions de CO2 de ce genre de véhicules sont plutôt reconnues pour nuire à l’environnement. Mais entre vous et moi, c’est le genre de chose qu’on oublie devant ceci:

Il y avait pour des millions de dollars de tôle et de mécanique stationné au Château Frontenac, des bolides au design futuriste, racecar, bling-bling et tous de très bon goût. Il y avait de l’ambiance, des jeunes, surtout des hommes et des familles complètes. Bref, c’était un franc succès et une belle occasion de voir des sculptures sur roues.

Découvrez le design… Téléchargez le e-book Le Design tout simplement.

Vous vous demandez ce qu’est le design industriel? Venez voir l’exposition des finissants en design industriel du cégep de Sainte-Foy du 11 au 17 mai.

L’an passé, j’y ai présenté en 2009 ce concept d’un équipement médical ergonomique:

Ce produit est conçu pour satisfaire les besoins d’une clientèle partiulière: les personnes à mobilité réduite. La chaise sert à transporter une personne de son lit jusquà un bain. La personne se fait laver sur la chaise, immergée dans l’eau du bain.

Des problèmes d’ergonomie important ont été répondus en ajustant le siège aux différents gabarits.

Pour votre information, voici le produit initial d’AQUAelectronik Technologis inc.:

http://www.aquaelectronik.ca/sitecomplet/L3000.html

Alexandre Forand, B.Ing. Vice-président AQUAelectronik Technologies inc. :

Laurent a démontré des aptitudes supérieures à ce qui était attendu en ce qui concerne la qualité de son travail et son niveau de professionnalisme. Les résultats sont d’ailleurs extrêmement satisfaisants pour notre entreprise.

Nombre d’heures de travail: 650h
  • Stage en industrie
  • Recherche
  • Conception d’un produit pouvant être produit par l’entreprise
  • Pour connaître les services dont AQUAelectronik a profité, consultez Connaître mes services

Stage avec Joanie Lemelin, avec qui j’ai fait la première partie du travail.

Découvrez le design… Téléchargez le e-book Le Design tout simplement.

Aujourd’hui, j’apprends que l’organisme Idéa PME met un terme à ses activités.

Sur le blogue de l’organisme, on peut lire ce matin:

IDÉA était la seule boîte qui proposait de faire les choses différemment au Saguenay–Lac-Saint-Jean, la seule boîte de design industriel pour soutenir et développer les entreprises manufacturières par le développement de nouveaux produits novateurs. Le seul organisme qui assurait une mission de sensibilisation à l’innovation pour développer une région basée sur une économie créative dans le futur.

Nous voulions changer le paysage économique régional, mais il semble que l’ambition était finalement démesurée, puisque la volonté de changement que nous sommes parvenus à installer n’est pas assez forte, même aujourd’hui.

Sachez que j’offre du soutien aux entreprises manufacturières en tant de designer industriel et agent de projet marketing.

À mon avis, ce regard lucide que porte M. Romain Cunat est systématique des bouleversements qu’on causés la crise économique. Selon toutes réserves, il semblerait que les entreprises en design industriel du Québec, en particulier les bureaux de consultations (j’en ai visité plusieurs), soient durement affectés par ce marasme économique. Si il y a moins de travail, c’est parce que :

  • Les entreprises du Québec sont en majorité des PME qui n’ont ni le temps, ni l’argent, ni l’expertise pour enclencher des cessions de recherche et développement importantes et ainsi investir dans l’innovation et la créativité, alors qu’on reconnaît un peu partout dans le monde que l’innovation en industrie est source de grands profits;
  • Le design industriel est une profession peu connue au Québec comme dans le monde, malgré que ce soit un levier économique et que les efforts du designer ont pour impact l’accroissement des revenus en réduisant les coûts de production, de main d’œuvre et en augmentant le potentiel de vente;
  • Les structures de soutient (appelons ça filet de survie) sont pratiquement inconnus des jeunes entrepreneurs parce qu’on n’en fait pas assez la publicité dans les cégeps et université à mon sens;
  • La mondialisation entraîne son lot de changements et de nouvelles formes d’économies sont en train d’émerger : économie et écologie, vente sur Internet, production à courte série par des procédés nouveaux…
  • La concurrence est mondiale et la production en Chine est à faible coût.

De mon côté, je pense que les efforts du gouvernement pour exporter le talent et l’expertise québécoise est tout-à-fait nécessaire. Aussi, les nombreux voyages à l’étranger de Monsieur le premier ministre Jean Charest n’ont rien de provoquant, à mon avis. Ils sont absolument nécessaires. Et d’ailleurs, la visite du PM en Russie caractérise toute l’aventure et je vous invite à regarder ce reportage:

On entend qu’un entrepreneur, via ses contacts avec le PM, a été en mesure de créer une alliance en Russie, ce qui me fait dire: si vous êtes une entreprise manufacturière du Québec, tentez donc par tous les moyens de faire parti de ces voyages d’affaires en contactant immédiatement le Ministère du Développement économique, innovation et exportation (MDEIE)! Vous trouverez des informations pertinentes en posant les bonnes questions à ces professionnels du développement économique via un simple courriel.

De fait, le Québec et la Russie feraient des partenaires économiques intéressants dans la mesure où ils subissent les rigueurs d’un climat semblable. Du moins, c’est ce que m’inspirent les reportages à ce sujet qu’on fait Radio-Canada. D’un autre côté, on critique cette approche comme un manque de responsabilité, mais comme je ne suis pas un spécialiste de la question, je vais me résigner de commenter. En considérant seulement les manufactures, les producteurs et les exportateurs, c’est une action audacieuse et rentable que tous ces voyages.

C’est incroyable de remarquer à quel point les médias ont ignoré les entreprises qui ont profité de ces voyages sous prétexte, j’imagine, que ça ne profite pas au bien commun.

En conclusion, le positionnement des entreprises manufacturières au Québec se doit peut-être d’être à l’échelle mondiale. Si internet permet la distribution rapide des produits et la production pièce par pièce de produits personnalisés, je pense qu’il est temps de revoir la manière dont on conçoit, met en forme et distribue les produits fabriqués au Québec.

SOURCE:

Vous aimez? Commentez et partagez: Bookmark  and Share Saviez-vous que j’offre des services en design de produits et marketing promotionnel?

Démarrer une entreprise: Contactez-moi

J’offre aux entrepreneurs de les accompagner du début à la fin du développement de leur entreprise. Entreprendre avec succès demande une méthode. Vous trouverez ici les étapes à suivre pour passer de l’idée de départ à la mise en marché d’un produit ou service.

1. Rêvez à un monde meilleur    

2. Gérez bien votre argent    

3. Travaillez en équipe    

4. Devenez plus productif au travail    

5. Trouvez un but    

6. Trouver des partenaires et faîtes du réseautage 

7. Faîtes un brainstorm    

8. Développez vos idées    

Recherche et développement  

Invention  

Conception  

9. Devenez le meilleur  

Compétition sur le marché   

Service à la clientèle   

Développement de produit novateur   

Stratégie de croissance   

Enrichissement personnel  



Cette publicité d’IKEA par Spike Jonze montre à quel point les objets peuvent avoir un effet psychologique puissant.

J’étais assis devant la télévision (une activité que j’ai de plus en plus délaissée) quand soudain je tombe sur une émission en anglais nommée  Til Debt Do Us Part: 2010 Life Planner avec Gail Vaz-Oxlade . Le sujet de cette émission est l’impact des dettes sur la vie de couple. Ce qui m’a le plus surpris de cet épisode, c’est qu’à un moment l’animatrice suggère à un homme et une femme de faire le montage ensemble d’un meuble démontable afin de solidifier leur couple. Wow! Et le pire dans tout ça, c’est que ça fonctionnait. Les deux amoureux traversaient leur épreuve ensemble, se souriaient, se taquinaient… Ils collaboraient pour réussir quelque chose. L’assemblage de ce meuble fut pour eux l’occasion de travailler en équipe.

Ça m’a fait réfléchir au « pouvoir » des objets. Parfois, des objets qui semblent anodins peuvent, tout comme ce meuble de type IKEA, prendre beaucoup d’importance dans la vie. Des analyses de firmes marketing sur les habitudes reliées aux objets montrent que c’est bien-sûr l’expérience de l’objet qui lui donne de la valeur.

Si les designers prennent de plus en plus d’importance, c’est qu’ils comprennent instinctivement bien souvent l’impact de l’expérience des produits dans la vie quotidienne. C’est étonnant de voir à quel point une texture, une couleur ou une fonction peuvent modifier complètement notre rapport à un objet. Dans un atelier sur l’esthétique en design, j’ai conçu ce meuble d’ordinateur ergonomique et pratique sur lequel j’écris ce texte en ce moment même.

Ce meuble fut inspiré des travaux de Mies Van der Rohe. Sans entrer dans les détails, il est clair que les couleurs et l’allure de ce meuble ont un effet psychologique. Travailler sur ce meuble, c’est apaisant, stimulant et reposant à la fois.

 

Un futur designer m’a contacté hier via Facebook. Son nom: Olivier Le Meignen. Je lui ai répondu avec sincérité selon ma connaissances du marché et mon expérience de travail. Cela dit, j’adore mon métier, avec toutes ces facettes! Je le cite:

Bonsoir, j’ai vu sur votre profil que vous connaissiez bien le domaine du design, et étant candidat pour un BTS designer industriel, il m’est demandé pour demain matin, de me renseigner sur différents métiers du design.

Voici ma réponse:

1- Décrire une journée de travail.
La journée typique se déroule ainsi: Parler avec mes collègues pour les tenir à jour, regarder mon échéancier de projet, contacter mon client au besoin, répondre à mes courriels, m’asseoir devant ma table à dessins (moyennement fréquent), mon ordinateur (très fréquent) ou travailler en atelier (ça dépend des journées).
À l’occasion, ma journée ressemble à une journée de magasinage, une journée de recherche sur Internet, à un travail administratif, à l’amélioration des services de vente, des rencontres et appels avec des clients et des experts, des sorties en industrie, tester mes idées avec une maquette, réviser encore et encore jusqu’à un résultat fiable, modéliser en 3d et rédiger des plans de fabrication.

2- Vos activités principales.
Il faut comprendre que le design est un travail par projet et c’est divisé en étapes : idéation, recherche, analyse de marché, dessin ou modélisation 3D pour développer un concept, amélioration du concept jusqu’à l’idée finale, test avec maquette, modélisation 3D et plan de fabrication (guide d’assemblage et rendu 3D). Les activités dépendent de l’étape du projet. Principalement, on fait de la recherche sur Internet et en magasin, on fait des appels et on répond à des courriels, on dessine et on modélise en 3D. La modélisation 3D et la rédaction de plan de fabrication est la tâche la plus longue et difficile en raison des nombreux bugs techniques possibles.

3- Les compétences requises pour ce métier.
Talent naturel ou intérêt pour la résolution de problème, sens esthétique, concentration, minutie, gestion du stress, aimer le travail supervisé et en équipe, être déterminé et intéressé par les concepts et les idées nouvelles. Il faut être absolument spécialisé et cela demande de bien connaître son marché. Moi, je suis spécialisé en image de marque, ce qui est plutôt rare et donc, ça me donne une certaine valeur. Puis, il faut être passionné et aimer travailler sans obtenir de résultat immédiatement.

4- Avantages et inconvénients du métier.
AVANTAGES : Je pense que l’élément le plus intéressant du design, c’est la recherche de tendance. Il faut comprendre qu’on peut passer des journées entières à chercher en magasin ou sur Internet, parler et faire des brainstorm. Beaucoup de gens diront qu’ils aiment beaucoup la pensée design, la philosophie du design est très intéressante et utile dans toutes les sphères de la vie. Dessiner, bricoler, créer des objets beaux comme des sculptures, concevoir des mécanismes et des produits ergonomiques, c’est cool !

INCONVÉNIENTS : Si tu n’aimes pas travailler à l’ordinateur, tu ne seras pas rentable parce que tu vas être épuisé. Il faut comprendre qu’il m’est arrivé de passer 50 heures par semaine à faire de la modélisation 3D. C’est ce qu’on appelle un rush ici et c’est ce qui arrive en toute fin de projet. Si tu n’aimes pas écouter des gens de parler de façon critique et te dire de refaire ceci ou cela, tu vas devoir t’ajuster parce que le milieu du design n’est pas exactement le milieu de la gentillesse absolue. Quand c’est laid, c’est laid. Quand c’est une mauvaise idée, c’est une mauvaise idée. Certains gens de production et des amateurs de mode sont des critiques impossibles!

5- Quel niveau de formation ?
Diplômé comme technicien en design industriel (formation technique au collégial). Je suis de la ville de Québec au Canada.

6- A votre avis, quelle est la meilleure formation pour exercer cette profession ?
À mon avis, l’approche de l’école de Stanford aux États-Unis est la meilleure parce qu’elle permet de cibler des besoins existants sur le marché. Il est important que la formation présente les marchés les plus forts et les produits qui ont le mieux réussis dans chaque marché en hausse. Voir ceci : http://www.businessweek.com/innovate/dschoolindex.html?chan=top+news_top+news+index_top+story

7- Quels conseils me donneriez-vous pour l’exercer ?
Si tu aimes le marketing et la vente, tu as un avantage concurrentiel indéniable. Tente de comprendre comment tes concurrents et les utilisateurs de tes produits vont penser et fait mieux que tout le monde avant toi. Je te suggère de passer la prochaine année à tenter de prédire quelle seront les tendances les plus fortes en mode, technologie, architecture et sports et de te bâtir une solide banque d’images que tu vas garder sur ton ordinateur personnel toute ta vie et qui serviront à t’inspirer. Va voir les travaux de: Jacques Fresco, Philippe Starck, Karim Rashid et Ross Lovegrove, Lunar Design. Si tu veux plus de trucs, va voir la section pour les designers/concepteurs sur mon blogue: https://leprojetinspire.wordpress.com/category/pour-les-designersconcepteurs/

8- Quels sont les outils de travail ?
Ordinateurs et logiciels d’usage : Photoshop, inDesign, Illustrator, Flash, Solidworks, ProEngeneer, Catia, Rhinoceros, Modo, suite Microsoft Office.
Papier crayon ou tablette graphique.
Coffre à outil et matériaux pour la maquette.
Revues, objets en tout genre, guides et manuels.

9- Votre métier a t-il changé ces dernières années ?
Oui. De plus en plus de designers se tournent vers la modélisation 3D. Aussi, si tu veux pratiquer le design de façon très créative, je te propose de regarder les travaux et l’approche de studios en Australie, Californie, Singapour et pays Scandinaves.

Découvrez le design… Téléchargez le e-book Le Design tout simplement.

Il encore trop tôt pour analyser en profondeur le phénomène que je tente de vous présenter ici. Alors, je vais vous présenter les éléments que j’ai receuillis.

1) TENDANCE ÉCOLO = ULTRA-FONCTIONNALISME

Je pense que la tendance écologique est en hausse et depuis un bon bout de temps. C’est clair, il existe un public écolo. 

Aux gens qui n’ont pas compris encore que la pensée écologiste permet de sauver de l’argent, je présenterai ce vidéo:

Ce que vous voyez dans ce vidéo intitulé Jay’s Tiny House Tour, c’est une approche écologiste plutôt inusitée pour limiter au plus possible les besoins en énergie et les coûts de production. C’est un exemple tout simple, mais qui peut être appliqué à plusieurs sauces, dans différentes proportions. Si cette mini maison est un peu ridicule à l’époque du cooconing, elle est tout de même ultra-fonctionnelle. Je pourrais appeler cette approche l’ultra-fonctionnalisme.

2) UN POINT DANS L’UNIVERS

Un tendance en devenir me semble apparaître, celle de s’entourer du minimum pour survivre et de se considérer comme un petit point insignifiant dans l’univers. Le discours écologiste mise beaucoup sur cette idée que nous faisons tous parti d’un grand univers. Le voyage dans l’espace Virgin Galactic  est précurseur de ce point de vue en ce sens qu’il ramène à cet état tout en donnant un sentiment de grandeur.

Certains designers comme Karim Rashid pensent que dans le futur nous seront capable de produire à la maison nos propres meubles en achetant des fichiers 3D sur Internet et en faisant imprimer en 3D ces meubles dans notre propre maison à l’aide d’une imprimante 3D. Imaginez une mini usine, une mini salle de travail, une mini chaîne de production dans chaque ville à partir de laquelle on « importerait » des objets de toute sorte? Et si on était capable de recomposer couche par couche autre chose comme des produits alimentaires ou des médicaments?

3) SYNCRONISER

Je fais l’hypothèse d’un futur dans lequel on utilisera de moins en moins de ressources pour accomplir un maximum de choses. C’est peut-être ce qui explique le besoin de tout synchroniser sur son iPhone?

Tout artiste, designer, auteur ou architecte ambitieux s’est déjà dit un jour ou l’autre: j’aimerais bien que mon talent soit reconnu et avoir de l’influence.

C’est dans cette optique que quelques amis et moi avons pensé créer un mouvement artistique. Je pense que la première étape fut de se recontrer dans un café pour en parler et décrouvrir ensemble nos intérêts communs. Nous voulons tous faire la promotion de l’art et de la culture, évoluer comme artiste et changer le monde à notre manière. Notre premier geste fut d’écrire un manifeste du Supraréalisme:

  • supraréalisme_manifeste (PDF), la raison comme emprunte du cortex frontal, développons des imaginaires non raisonnables pour étendre nos perceptions.

Avant toute chose, Hervé Leroux et moi étions des auteurs aux idées avant-gardistes qui se sont trouvés des points communs et une ligne de pensée similaire. Puis, par le bouche-à-oreille, d’autres créateurs se sont joints à nous. Ce petit groupe encore embryonnaire demeure tout de même d’une grande importance à mes yeux. On y trouve des gens sympathiques, passionnés et intelligents qui aiment échanger et partager leurs idées.

Alors, comment créer un mouvement artistique? Il suffit de:

  1. Avoir un projet personnel qui nous tient à coeur
  2. Rencontrer un passionné ambitieux et talentueux
  3. Écrire un manifeste ou une ligne de pensée
  4. Se créer un réseau de contact
  5. Organiser une rencontre d’information avec ses contacts
  6. Trouver une mission
  7. Inviter les gens à participer à ce projet s’il lui tient à coeur de créer un mouvement artistique en suivant ce manifeste ou cette ligne de pensée

Nous sommes tous originaire de Québec. Notre mouvement artistique est en constant changement. Nous cherchons à expérimenter et développer de nouvelles manières de créer et de concevoir. Le Groupe Supraréaliste, c’est un laboratoire créatif, un Think Tank groupe de R&D pour gens créatifs dans lequel on s’influence et on crée des alliances positives.

Si vous êtes de Québec ou d’ailleurs et souhaitez vous joindre à notre petit groupe de créateurs, Contactez-moi dès maintenant pour savoir la date et le lieu de notre prochaine rencontre.

Nous cherchons des gens de ces domaines en particulier:

  • Arts visuels
  • Graphisme
  • Musique
  • Multimédia
  • Design
  • TI
  • Littérature et poésie
  • Architecture
  • Danse
  • Chant
  • Jeux-vidéos

Même si vous ne figurez pas dans une de ces catégories, nous acceuillons chaleureusement ceux qui souhaiteront s’impliquer dans ce projet, partager leur passion et inspirer les autres.

MAJ:

Correction. Disons que je me suis mal exprimé. Suite à un commentaire que j’ai reçu, ma vision du Think Tank a changée. Un Think Tank c’est ça:

Le mouvement que je lance est un groupe de recherche et développement (R&D).

Selon Wikipédia:

Le brainstorming[1] ou remue-méninges[2],[3] est une technique de résolution créative de problème sous la direction d’un animateur, un remue-méninges étant plus spécifiquement une réunion informelle de collecte d’idées ou, pour les enfants, un casse-tête.

Il suffit de se lancer des idées en groupe et de ne pas se juger. Il existe des techniques comme celle de partir d’un mot et d’en trouver tous les mots en lien avec ce mot, celle de refuser la première idée automatiquement, celle de dessiner des choses simples et de les complexifier. On écrit et on dessine, on bricole, on dit ce qui nous passe par la tête.

Dans le cas d’un blocage, je vous suggère fortement de faire un barbeau, un dessin volontairement affreux, d’écrire n’importe quoi, d’être absurde, de ne pas avoir de sens esthétique ou poétique. Bref, faites comme un enfant sans idées ferait: il se mettrait à faire n’importe quoi pour se donner un jeu.

Pour faire un brainstorm, il faut:

1) Une équipe

Avoir une équipe est idéal, sinon voici des trucs quand on est seul . Plus il y a de gens de caractères différents et mieux c’est. Par contre, il faut rester ouvert à l’opinion des autres, à leurs élans naturels et ne jamais bloquer les idées. Tout est permis: on est libre. Il n’y a pas de patron, juste un leader positif qui ramène les gens à leur but commun en cas de dérive totale (voir cet article sur le but commun). Cela arrive parfois quand on a plus d’énergie pour créer, il vaut mieux alors cesser et recommancer le lendemain si la journée est terminée. Sinon, on continue jusqu’à épuisement s’il faut. Un épuisement volontaire et positif (ce qui demande un effort soutenu au départ), c’est souvent générateur d’idées, mais il ne faut pas non plus s’épuiser sans avoir du plaisir. Par exemple, on peut décider d’organiser une journée brainstorm et commencer par demander à tous de jouer au soccer avant de commencer le brainstorm.

2) Un environnement de travail

L’environnement de travail est la clé, si vous voulez mon avis, d’un brainstorm efficace. Et par environnement de travail, je veux dire

  1. Êtes vous bien dans ce local, dans cette bâtisse, dans cette ville, dans cette province; dans ce pays; dans ce monde, dans cet univers?
  2. Qu’est-ce qui vous manque pour être confortable?
  3. Est-ce que vos cinq sens sont stimulés positivement?
  4. Est-ce que vous avez besoin d’être plus en contact avec la nature?
  5. Est-ce que des éléments perturbateurs inconscients vous affectent négativement (télévision, radio, journal, voisins dérangeants)?
  6. Êtes-vous surstimulé (trop de publicité, trop de lumière et de bruits)?
  7. Êtes-vous sous-stimulés (manque de lumière, absence d’oeuvres d’art, de livres, de gens stimulants)?
  8. Malgré tout les défauts de votre environnement (et il y en aura beaucoup, c’est certain), il vous suffit de créer un espace sans contrainte pour la créativité. Cela arrive beaucoup quand on repeint une pièce ou qu’on rénove: c’est le bordel, mais on se sent bien.

Sachez que les meilleures idées proviennent généralement, il me semble, des environnements les plus équilibrés et harmonieux. Aussi, je vous invite, comme je le disais dans ce billet, de vous entourer de:

  • Une bouteille d’eau (ne pas négliger ce détail qui peut faire la différence);
  • Une boîte contenant des objets insolites;
  • Des éléments stimulants artistiques et dynamiques: musique, livres d’art, revues, films…

Débarassez-vous au plus vite de:

  • Ce foutu téléphone qui fait « Brrring! Brrring! » alors vous avez une réceptionniste compétente
  • Ce téléphone cellulaire et ces ondes potentiellement dangereuses pour la santé
  • Cet amassi de câbles électroniques
  • Ce bordel dans votre étagère ou votre classeur

Liste de critères pour un environnement créatif idéal au brainstorm:

  1. Table ronde blanche avec plusieurs sièges autour;
  2. Un espace pour pouvoir dessiner en s’appuyant sur le sol;
  3. Un bon éclairage naturel venant du Soleil ou l’imitant;
  4. Un espace sans pollution : le bruit, les odeurs, la poussière, la lumière, les couleurs trop vives nuisent à la détente et au confort;
  5. Un siège du penseur qui est une chaise inclinée confortable, ou un hamac, ou un divan avec des coussins, ou un tas de coussins sur le sol, avec une couverture;
  6. Un mur de l’inspiration qui est un mur dédié à recevoir des images;
  7. Un espace de jeu, de débat et de camaraderie;
  8. Les murs blanc sont donc préférables aux espace de travail de brainstorming pur des raisons d’éclairage et de neutralité. On doit créer une zone neutre dans laquelle les résultats des essais en brainstorm sont sous la vue des participants avant que le décor ne les stimule. Dans le cas où la neutralité de l’espace pose problème, il est temps d’ajouter des jeux: ballons, jeux-vidéos, déguisements, etc, pour stimuler l’imaginaire.

3) Des crayons

Ayez sous la main des crayons de toute sorte (feutre, stylo, marqueur, crayon de couleur). Je vous invite à utiliser ce code de couleurs:

  1. Débuter avec un stylo
  2. Entourer les éléments importants avec un marqueur selon ce code: bleu = essentiel, vert = préférable, jaune = utile, rouge = à éliminer
  3. Créez des liens entre les idées en utilisant un feutre noir

4) Un bloc-note

 Un bloc-note standard fera l’affaire.

Pensez toujours traîner un bloc note avec vous. Comme le disait A. Hiam, l’auteur du sympathique et franchement utile bouquin Le Marketing pour les nuls : « Les meilleures idées arrivent toujours quand on les attend le moins. » La forme de loupe de l’aiguille à coudre a été trouvée dans un rêve , alors mettez un bloc-note et un crayon près de votre lit;

5) Une grande surface pour dessiner

Une grande feuille de papier (idéal format A1) ou des tableaux blancs. On peut aussi dessiner sur les murs si on veut. À ce sujet, voici une technologie intéressante nommée Ideapaint:

(Via Flatacre)

6) Un bon sens de l’observation

Quelques observations étranges, mais vraies:

Beaucoup de brainstorm se font naturellement:

  • Dans le vestiaire après le sport;
  • Dans un bar en pleine nuit;
  • Autour d’un jeu de société ennuyant comparé à du divertissement passif auquel nous habitue la culture de masse: Scrabble, échecs, dames, jeu de cartes.
  • Au volant de la voiture;
  • Dans un moment de lâcheté sans non comme celui de passer la soirée entière à regarder la télévision en zappant;
  • Devant une image à caractère érotique ou vulgaire.

Beaucoup d’idées sont trouvées :

  • Durant une activité très physique comme un marathon;
  • En contact avec un miroir comme dans le salle de bain;
  • En contact avec des enfants (la lecture aux enfants étant un des moments le splus propices);
  • En jouant;
  • En faisant une activité quotidienne créative, mais banale: cuisine, couture, parler avec des amis, regarder la télévision, écouter la radio, lire un livre…

7) Un peu de folie

Devenez un joueur de tours. Voici qui devrait vous inspirer si vous êtes nul en brainstorming:




  • Page Facebook

  • Contactez-moi

    Laurent Marcoux, consultant en design industriel

    Email: contrat.laurent(at)gmail.com
    Skype : laurent_marcoux

    Pour la prise de rendez-vous: Heure locale au Canada

    Réseaux sociaux:
    Facebook Facebook
     Google+
    Linked-In Linked-In
    Twitter Twitter

  • Le Design et l’écologie

    LE DESIGN ET L’ÉCOLOGIE est un essai qui vise à vulgariser les concepts généraux liés à l’éco-conception de manière simple et concise. Il s’agit d’une introduction à l’éco-conception qui inclut une liste de définitions, un constat de l’impact du design sur l’entreprise socialement responsable, la logistique, le cycle de vie, l’image de marque et les normes de développement, ainsi qu’une liste de sites Web à consulter. AUCUN REMBOURSEMENT. AUCUN ÉCHANGE. 11 pages.
  • Le Design tout simplement

    LE DESIGN TOUT SIMPLEMENT est un essai qui vise à répondre à quatre grandes questions relatives au design : Qu’est-ce que le design? À quoi sert le design? Qu’est-ce qu’un bon design? Comment travaille un designer?  Né à Québec en 1987, Laurent Marcoux est diplômé en technique de design industriel au cégep de Sainte-Foy (Québec, Canada). Consultant en design, recherche et développement, il est l’auteur d’un blogue : http://designer-entreprise.com.  Notes générales: Ce texte fait 31 pages. Aucun échange. Aucun remboursement.