Posts Tagged ‘nourriture’

En entrevue à C’est juste de la TV avec Ricardo (vidéo), on discute du rôle du porte-parole dans la vente des appareils de cuisine:

RICARDO

Ricardo  débute ses études à l’Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec (ITHQ) et poursuit en communications radio-télé à Ottawa. Depuis plus de onze ans, Ricardo anime une émission quotidienne à Radio-Canada. Il a aussi animé et coproduit la série anglophone Ricardo & Friends sur Food Network Canada et Global. Sa toute dernière création, le Fermier urbain, a été diffusée le printemps dernier  à Radio-Canada.  Les émissions de Ricardo sont diffusées dans plus de 35 pays à travers le monde. Ricardo est aussi un auteur à succès. Son tout récent livre, La Mijoteuse, fracasse présentement des  dans le marché de l’édition au Canada. Ricardo, c’est aussi un magazine publié huit fois par année, depuis 12 ans.  En 2011, il lance une collection d’articles de cuisine.

L’échange des objets de cuisine pour de l’argent, ça fait parti d’une culture millénaire du troc avant tout. On ne vend pas des appareils de cuisine comme on vend des appareils de sports. La cuisine, c’est le monde du plaisir, mais aussi le monde de la communion en famille… En ce sens, on en parle comme d’un jeu, une « food fight », une « soirée bouffe »… C’est ludique!

Il faut viser le multiplateforme pour saturer les ondes avec sa marque et raconter une aventure à poursuivre dans son chez-soi. C’est l’histoire de la marque qui fait vendre, les aventures avec la nourriture.

À quand l’échange de nourriture sera-t-il une monnaie? Il fut un temps où le sel servait de monnaie d’échange, d’où le mot « salaire ». Selon Wikipédia:

Le mot salaire vient du latinsalarium, dérivé de sal, le sel ; ressource indispensable pour conserver la viande. Il désignait initialement la ration de sel fournie aux soldats romains (salarium), puis désigna l’indemnité en argent versée pour acheter le sel et autres vivres (salarium argentum).

Il existe des marchés qui se basent essentiellement sur le troc et qui sont des échanges n’incluant pas l’argent. Moi, je vois un peu l’appareil de cuisine comme faisant parti de cette logique de la nourriture comme monnaie d’échange. Et le design dans tout ça? Connaissez-vous le design culinaire? Il s’agit de la mise en scène de la nourriture pour raconter une histoire.

Pour avoir fait le design d’un appareil de cuisine, je peux vous dire que l’appareil de cuisine se doit de ne pas nuire au jeu qui se joue entre ceux qui mangent: les clins d’œil amoureux, les soupers de  famille et les dégustations par les foodies. Bref, restons ludique dans la cuisine!

Si vous aimez ce billet, vous aimerez aussi:

Publicités

Voici une très belle infographie interactive, via Guy Kawasaki, c’est Data.MassiveHeatlh http://data.massivehealth.com/. Apprenons la méthodologie:

behind the data

methodology

The findings presented in these infographics are, unless otherwise specified, calculated from 7.68 million food ratings of half-a-million foods by Eatery users from over 50 countries over a span of 5 months.

eatery findings and the real world

We often get asked if crowd-sourced data can be trusted. We had a gut feel that the answer was “probably yes”.

Famously, one of the most accurate ways to guess the number of jellybeans in a jar is to average the guesses of everyone in the room1. The crowd-sourced method beats much more advanced algorithms. To test our hunch that the same applied in nutrition, we looked at the aggregate Eatery scores for all meals eaten in a city versus the published obesity level in that city. It turns out there’s a strong correlation. Eatery data can accurately predict obesity levels of cities in the United States. That is, Eatery data strongly correlates with the healthiness of its users.

Furthermore, findings from the Eatery aligns with current scientific research. For example, the influence rate of food choices by friends matches closely with the obesity transmission rates2described by Christakis and Fowler. Breakfast eating findings are also in line with research conducted on the effects of breakfast eating—that people who eat breakfast tend to eat smaller portions3,4,5,6,7 and healthier food throughout the day8,9. Additionally, as expected, controversial foods, such as coffee, diet soda, orange juice, and bacon are flagged with higher standard deviations from user ratings on the Eatery.

data

If you are affiliated with a University and would like to use our anonymized data for research, please contact sylvia [at] massivehealth [dot] com.

references

  1. Sunstein, CR. Group Judgements: Deliberation, Statistical Means, and Information Markets. U Chicago Law & Economics, Olin Working Paper No 219; U Chicago Public Law Working Paper No. 72. Aug 2004.

  2. Christakis NA, Fowler JH. The Spread of Obesity in a Large Social Network over 32 Years. N Engl J Med. 2007; 357-370-9.

  3. Clark CA, Gardiner J, McBurney MI, Anderson S, Weatherspoon LJ, Henry DN, Hord NG. Effects of Breakfast Meal Composition on Second Meal Metabolic Responses in Adults with Type 2 Diabetes Mellitus. Eur J Clin Nutr. 2006;60:1122–9.

  4. Liljeberg HG, Akerberg AK, Bjorck IM. Effect of the Glycemic Index and Content of Indigestible Carbohydrates of Cereal-based Breakfast Meals on Glucose Tolerance at Lunch in Healthy Subjects. Am J Clin Nutr. 1999;69:647–55.

  5. Nestler JE, Barlascini CO, Clore JN, Blackard WG. Absorption Characteristic of Breakfast Determines Insulin Sensitivity and Carbohydrate Tolerance for Lunch. Diabetes Care. 1988;11:755–60.

  6. Pai S, Ghugre PS, Udipi SA. Satiety from Rice-based, Wheat-based and Rice-pulse Combination Preparations. Appetite. 2005;44:263–71.

  7. Pasman WJ, Blokdijk VM, Bertina FM, Hopman WP, Hendriks HF. Effect of Two Breakfasts, Different in Carbohydrate Composition, on Hunger and Satiety and Mood in Healthy Men. Int J Obes Relat Metab Disord. 2003;27:663–8.

  8. Isaksson H, Sundberg B, Åman P, Fredriksson H, Olsson J. Whole Grain Rye Porridge Breakfast Improves Satiety Compared to Refined Wheat Bread Breakfast. Food Nutr Res. 2008; 52.

  9. Levine AS, Tallman JR, Grace MK, Parker SA, Billington CJ, Levitt MD. Effect of Breakfast Cereals on Short-term Food Intake. Am J Clin Nutr. 1989;50: 1303-7.

Who eats what

Si vous aimez ce billet, vous aimerez aussi:

John Nese (son entreprise),  ce sympathique personnage, raconte son amour du soda:

David Coiffier filme le soda. Ça pétille, c’est du soda, c’est magique:

Étrange qu’on l’aime toujours…

Les défauts du soda sont nombreux:

  • Un produit qui n’est pas santé
  • Un produit qui n’est pas très en vogue, sur le point d’un déclin face aux nombreux produits concurrents (boisson énergétique, boissons en canette…)
  • Un produit qui n’est ni écolo, ni bio, ni niche, ni particulièrement tendance
  • Un produit en concurrence directe avec les boissons de toute sorte

Le Soda restera populaire

Et pourtant, ça fonctionne, « le monde en achète » comme on dit. Il y a quelque chose de particulier dans la manière dont on présente et on vend le soda :

  • Bouteille pas particulièrement attirante
  • Présentoir pas particulièrement attirant
  • Contenu pas particulièrement beau (des couleurs fluos, du brun et du noir)
  • Un graphisme très « populaire »

Mais c’est peut-être là le charme du soda: il est accessible à tous.

Pourquoi un tel succès?

Pourquoi? Le soda est magique… les enfants l’adorent, les ados aussi, les adultes aussi. Vraiment, c’est un produit représentatif de la culture populaire. Il est en vente partout, même au dépanneur le plus miteux. Il est addictif. Il sert à faire passer un repas mal équilibré, bref, il est contemporain. Le soda vise un public très large. En augmentant les probabilités de plaire à la masse des consommateurs, on augmente ses chances de fidéliser cette clientèle.

SOURCE:

http://www.worbz.com/soda-explosion/?utm_source=rss&utm_medium=rss&utm_campaign=soda-explosion

Vous aimez? Commentez et partagez: Bookmark  and Share Saviez-vous que j’offre des services en design de produits et marketing promotionnel?




  • Page Facebook

  • Contactez-moi

    Laurent Marcoux, consultant en design industriel

    Email: contrat.laurent(at)gmail.com
    Skype : laurent_marcoux

    Pour la prise de rendez-vous: Heure locale au Canada

    Réseaux sociaux:
    Facebook Facebook
     Google+
    Linked-In Linked-In
    Twitter Twitter

  • Le Design et l’écologie

    LE DESIGN ET L’ÉCOLOGIE est un essai qui vise à vulgariser les concepts généraux liés à l’éco-conception de manière simple et concise. Il s’agit d’une introduction à l’éco-conception qui inclut une liste de définitions, un constat de l’impact du design sur l’entreprise socialement responsable, la logistique, le cycle de vie, l’image de marque et les normes de développement, ainsi qu’une liste de sites Web à consulter. AUCUN REMBOURSEMENT. AUCUN ÉCHANGE. 11 pages.
  • Le Design tout simplement

    LE DESIGN TOUT SIMPLEMENT est un essai qui vise à répondre à quatre grandes questions relatives au design : Qu’est-ce que le design? À quoi sert le design? Qu’est-ce qu’un bon design? Comment travaille un designer?  Né à Québec en 1987, Laurent Marcoux est diplômé en technique de design industriel au cégep de Sainte-Foy (Québec, Canada). Consultant en design, recherche et développement, il est l’auteur d’un blogue : http://designer-entreprise.com.  Notes générales: Ce texte fait 31 pages. Aucun échange. Aucun remboursement.