Posts Tagged ‘Marketing promotionnel’

Mon billet Comment vendre un frigo à un eskimo a été remarqué par Minerve, ce qui a donné ce premier article de ma plume sur Minerve et comme ils m’ont demandé de devenir un auteur pour leur site, vous pouvez y lire ma bio:

Né à Québec en 1987, Laurent Marcoux est diplômé en technique de design industriel au Cégep de Sainte-Foy (Québec, Canada). Son expertise en recherche et développement l’amène à concevoir des produits commerciaux répondant à des critères élevés, en respectant les tendances de consommation et les contraintes des marchés. Comme agent de projet marketing, il rend service aux jeunes entrepreneurs, travailleurs autonomes et PME en leur simplifiant la vie. Chasseur de tendances, designer industriel, stratège créatif, directeur artistique, blogueur, romancier (Le meilleur des deux mondes), fan de technologie, innovation et entreprenariat, Laurent carbure à la créativité! Cet hyper-actif du Web déniche les buzz, les entreprises innovantes et les créations inusitées afin de mettre en lumière leur génie et d’en faire profiter la planète. Productivité et créativité sont ses spécialités, et aider à les promouvoir dans l’entreprise est sa passion. Retrouvez-le sur blog: http://www.leprojetinspire.wordpress.com.

Je suis tellement content qu’on apprécie ma contribution à la blogosphère!

Pour plus d’information:

Qu’est-ce que Minerve?

Vous aimez? Commentez et partagez: Bookmark  and Share Saviez-vous que j’offre des services en design de produits et marketing promotionnel?

Publicités

Matthiew E. May est mon gourou puisqu’il remet en vedette la notion d’élégance. Il démontre clairement comme l’innovation et le leadership mènent à des succès commerciaux.

De son côté, François Héon m’inspire. Il définit avec rigueur en quoi le leader provoque l’enthousiasme au sein de son équipe, la mobilise et l’amène à agir. Voir son vidéo: Leadership et Barack Obama.

Le leadership, à mon avis, est une habileté naturelle qu’on peut développer. Les grands leaders de ce monde me semblent tous avoir les mêmes caractéristiques: ils sont curieux de tout, d’eux-mêmes comme des autres, de l’économie et de la créativitédes activités communautaires comme des corporations, etc. Ils savent par expérience ou instinctivement vers quoi diriger leur attention. Leur intuition est forte.

Pour exploiter vos talents comme leader, je vous invite à lire ou relire mes billets:

Comment avoir un but commun?

Pas de panique

Qu’est-ce que la R&D et pourquoi en faire une priorité?

Le Québec est capable d’innover

Brainstorm mode d’emploi

Mes lectures préférées de 2009

Innovation naturelle

Un atelier pour arrêter de perdre temps et énergie

Don Norman, provoquer le succès avec l’émotion

Comment innover au Québec?

Vous aimez? Commentez et partagez: Bookmark  and Share Saviez-vous que j’offre des services en design de produits et marketing promotionnel?

Je vous présente quelque chose d’extraordinaire aujourd’hui: une voiture en forme de pyramide. Elle est le résultat d’une phase très approfondie de recherche et développement (R&D) par son inventeur, Greg Zanis. Pour plus d’information et pour connaître mieux cette invention, visitez http://www.dreamcar123.com/

Sur son site Web, l’inventeur explique son véhicule dans d’autres vidéos:

Comme le démontre l’inventeur, et selon mon avis, c’est un concept très fonctionnel (pas sexy, fonctionnel), mais puisqu’il ne semble pas respecter les normes et standards automobiles habituels, sa mise en marché sera difficile. Son allure futuriste et révolutionnaire en fait un produit unique au monde et sa visibilité sera assurée. Le produit aura donc accumulé de la valeur et puisqu’il est dans l’ère du temps, certains collectionneurs seront intéressés à se le procurer. Par contre, M. et Mme Toutlemonde n’y auront probablement jamais accès. Pourquoi? Parce que les gens de la classe moyenne, le peuple, n’ont pas le luxe de payer un concept car, c’est-à-dire un prototype visant à exprimer une nouvelle vision de l’industrie automobile.

Bref, je lance ce message aux inventeurs: même si on invente un produit intéressant et qui rempli un véritable besoin, ça ne veut pas nécessairement dire qu’il sera commercialisable.

Vous êtes inventeur, bricoleur ou patenteux? Je vous invite à lire mes autres billets:

Évoluer technologiquement et apprendre à vivre en civilisation

Comment faire du brainstorming sans équipe?

Comment innover au Québec?

Pourquoi engager un designer de produits/designer industriel?

Être entrepreneur sans le savoir et la R&D

Vous aimez? Commentez et partagez: Bookmark  and Share Saviez-vous que j’offre des services en design de produits et marketing promotionnel?

Dans ma famille (je suis le fils d’un vendeur d’expérience), la vente est devenue un sujet commun et j’ai tenu de longues discussions avec de nombreux vendeurs d’expérience. Avec leurs conseils, je développé mon instinct de vendeur en sachant quoi dire et quoi faire pour vendre mes idées, mes produits, etc. Comment développer son instinct de vendeur? D’abord, j’ai appris à vendre ce que j’aime. Ensuite, et c’est la clé du succès, j’ai appris à vendre ce qui me colle bien à la peau et ce qui semble lié naturellement à ma personnalité. Sur ce blogue par exemple, je vends mon C.V. , mon portfolio comme designer de produits, mes compétences en marketing promotionnel, mon roman, les livres que je recommande et ma présence sur le Web. J’utilise des techniques de ventes simples et efficaces: je dis ce que j’aime et je connecte à moi les choses qui me ressemblent.

À mon avis, il suffit de trouver ce qu’on aime d’un produit ou service pour en devenir un vendeur efficace, mais pour vendre quelque chose qu’on n’aime pas, il faut que cette chose semble nous coller à la peau. En effet, si on peut vendre sans aimer notre produit ou service en devenant simplement une personne plus enthousiaste et séduisante pour le consommateur. La vente dépend beaucoup de l’enthousiasme du vendeur et de la cohérence entre ce qu’il est et ce qu’il vend.

En étudiant ma façon de vendre et en observant des dizaines de vendeurs, je me suis rendu compte que ces techniques de ventes s’appliquaient pour n’importe quel produit ou service. Bref, il suffit de trouver ce qu’on apprécie dans ce qu’on vend pour bien le vendre.

Dans ce premier billet sur le thème de la vente, voici quelques techniques de ventes qui vous permettront de vendre à peu près tout ce qui ne vous colle pas nécessairement à la peau.

L’apparence

L’attraction n’est pas un choix, c’est biologique. Nous sommes naturellement attirés vers les gens sympathiques, séduisants et qui représentent un idéal.

Les yeux, le sourire et le rythme ou débit de la voix sont les trois éléments fondamentaux d’une bonne présentation parce qu’ils sont ceux qui ont le plus d’impact. En effet, imaginez un vendeur qui ne vous regarde pas, ne vous sourie pas et parle timidement: il serait d’une incompétence! À mon avis Kevin Trudeau est un vendeur qui respecte cette technique:

Bien s’habiller, c’est relatif. Ça dépend à qui on s’adresse.

Bien s’habiller, c’est la base. On ne peut pas se vendre si on est mal habillé, mal coiffé, etc.

Le produit

On n’achète pas un produit, mais un mode de vie. On achète un profit. On s’achète une vie.

On n’achète pas un produit, mais un type de vendeur. On achète la personnalité du vendeur avant de s’intéresser à ce qu’il vend.

On vend une solution au problème. On vend des moyens de faire des trous, pas des perceuses.

La vente

Il suffit d’ouvrir la porte (arriver à entrer en contact avec le client) et de fermer la porte (terminer par une relation gagnant-gagnant), avoir une belle présentation, une belle personnalité et un bon punch.

Penser : « Avec tout le respect que je vous dois… » Comme dans cet exemple: « Avec tout le respect que je vous dois… Je pense que vous faîtes si bien à manger que vous méritez d’entreposer soigneusement vos repas dans un réfrigérateur. C’est le meilleur moyen de protéger votre nourriture des jaloux et de la garder fraîche! Un réfrigérateur, c’est le meilleur ami d’une cuisinière! »

Je vous invite à lire mes autres billets sur le service à la clientèle et la vente:

C’est quoi du bon service à la clientèle?

Mon analyse du Boxing-day

Conclusion de l’expérience #simtwitter

MAJ:

Dans la même lignée:

Comment vendre un Mr. Freeze à -20 degrés C?

Vous aimez? Commentez et partagez: Bookmark  and Share Saviez-vous que j’offre des services en design de produits et marketing promotionnel?

À moins que vous soyez ailleurs qu’au Québec, vous pensez sans doute à votre déclaration d’impôts à ce temps de l’année. Si non, il serait peut-être temps d’y penser, non? Pour moi, c’est bientôt l’heure de planifier mon budget. Que vous soyez entrepreneur, travailleur autonome, célibataire, divorcé, en couple, acheteur compulsif, collectionneur de bébelles inutiles, fan du Dolorama ou des friperies, tout le monde à avantage à planifier ses dépenses. Cet atelier à pour but de vous donner une procédure afin de déterminer quoi acheter et quand le faire.

Pourquoi économiser?

Le calcul est simple à faire. Imaginez que vous dépensez depuis 1 an 1$ par jour. Ça fait 365$ à la fin de l’année… parce que 1$ X 365 jours = 365$/an. Et oui, c’est 365$ dont vous ne profiterai pas pour vous procurer quelque chose ayant plus de valeur et qui pourrait éventuellement être vendu par la suite, comme un appareil électronique, une bicyclette, un bureau de travail, etc. Et avec 365$, on peut se payer un luxe, un cadeau, des jouets pour les enfants, ou mieux encore économiser et s’assurer à long terme d’un coussin financier. En deux ans, c’est 365$ X 2 = 730$. En mettant ce montant à la banque dans un compte épargne à terme, on peut acquérir des intérêts et l’argent s’accumule toute seule.

Cet atelier est conçu pour répondre aux besoins des gens qui n’ont jamais su ordonner leurs achats, mais il sera utile à vraiment tout le monde. Vous allez voir pourquoi.

Première étape de l’atelier budget :

D’abord, nous allons identifier vos besoins et leur urgence. Procurez-vous un ordinateur et ouvrez un fichier Excel. Créez une feuille Excel dans laquelle vous écrirez ce qui vous empêche de bien fonctionner dans la vie. (Personnellement, cette feuille se nomme : « Liste des choses inutiles de ce monde », mais je vous invite à trouver d’autres titres qui défoulent comme :

  • Au secours, je vais péter ma coche!
  • Sauvez-moi quelqu’un!
  • Si je n’ai pas ça je meurs!

Puis, reproduisez le tableau suivant en écrivant sur la première ligne, dans cet ordre:

  • A : Éléments négatifs
  • B : Désagrément
  • C : Fréquence
  • D : Niveau de risque
  • E : Méthode
  • F : Objectif
  • G : Résultat sur 10

 Tableau à copier:

Optionnel : vous pouvez sélectionner la ligne 1 et la figer (Affichage – figer les volets).

 

Assurez-vous que la colonne B X C = D. Pour ce faire, si vous n’êtes pas passé maître d’Excel, faîtes ceci :

  1. Cliquer sur le carré D2
  2. Écrivez exactement ceci (incluant le = et le *): =B48*C48
  3. Tapez sur Entrer

Maintenant, écrivez une en dessous de l’autre dans la colonne A, sous « Éléments négatifs », toutes les éléments négatifs que vous vivez au quotidien. Séparez chacun des idioties, sans n’en oublier aucune. Voici des exemples d’éléments négatifs qui concernent le monde du travail dans un atelier, mais on pourrait associer cette procédure à la vie de famille :

  • A2 : Perdre et chercher son marteau quand on doit s’en servir
  • A3 : Avoir très chaud en été dans le local
  • A4 : Être malpropre en revenant de l’atelier

Maintenant, évaluez chacun des éléments négatifs en vous fiant à cette règle :

  • Dans la colonne B, écrivez un chiffre de 1 à 4, 1 étant le désagrément le plus faible et 4 le plus élevé.
  • Dans la colonne C, écrivez un chiffre de 1 à 4, 1 étant la fréquence la plus faible et 4 la plus élevé.

Bien entendu, ce qui vous semble le plus désagréable obtiendra une note plus élevé. De même, l’élément négatif qui revient le plus souvent dans votre vie aura aussi une note plus élevé. Il sera donc possible de déterminer ce qui doit être réglé en premier en fonction du calcul désagrément multiplié par fréquence égale niveau de risque. Le niveau de risque montre à quel point ce besoin de régler ce problème est urgent ou non. Le niveau de risque se situe au maximum à 16. Il va sans dire qu’un élément négatif ayant la note 16 devrait être réglé en priorité sur un élément négatif ayant une note de 12 et ainsi de suite.

Pour régler ces problèmes, vous allez écrire dans la colonne E intitulée « Méthode » les procédures à suivre pour régler ces problèmes. Dans le cas de la ligne 2, «Perdre et chercher son marteau quand on doit s’en servir », la méthode sera de toujours remettre le marteau à sa place dans un étuis bien visible dans l’atelier. Dans la colonne F, « Objectif », notez les éléments clés de cette méthode, comme les choses à acheter, à se procurer ou à transformer. Par exemple : « Un étui en plastique avec couvercle sur lequel il est écrit le mot Marteau ». Une fois que vous vous aurez atteint vos objectifs, vous pourrez les évalués et déterminer si votre solution a été efficace en écrivant un pointage sur 10 dans la colonne G.

Deuxième étape :

Ouvrez maintenant un fichier Word que vous nommerez « Liste d’achats ». Assurez-vous d’ordonner titre 1, titre 2 et titre 3 avec une numérotation de ce genre :

1. Titre 1

      1.1 Titre 2

          1.1.1 Titre 3

 

Une fois que cela est fait, écrivez ceci :

1. Urgent

  1.1 Niveau de risque 16

  1.2 Niveau de risque 12

  1.3 Niveau de risque 9

  1.4 Niveau de risque 8

2. Pas urgent 

  2.1 Niveau de risque 6

  2.2 Niveau de risque 4

  2.3 Niveau de risque 2

3. À acheter un jour peut-être

Sous chacun de ces titres, vous ferai un copié-collé des objectifs obtenus dans le fichier Excel en les classant selon leur niveau de risque. Si la ligne «Perdre et chercher son marteau quand on doit s’en servir » indique un niveau de risque de 16, l’objectif de cette ligne sera en tête de liste.

 Fichier word à reproduire:

 

Pour conclure, vous aurez donc une liste allant de l’objectif le plus important, jusqu’à l’objectif le moins important. En n’achetant que les éléments les plus importants, vous éviterai ainsi de remplir des objectifs superficiels et de dépenser inutilement.

Cette vidéo m’amuse. J’ai pensé vous en faire part suite à l’étonnante réponse suscitée par les premiers commentaires d’une longue étude de M. Clotaire Rapaille, dont j’admire le travail. Je vous invite aussi à lire cet article qui présente la confrontation « Angry white male » versus Clotaire Rapaille.

Dans le cadre du PPU de la colline Parlementaire de Québec, j’avais rédigé un mémoire intitulé Québec de bas en haut. En 2009, j’avais incisté sur l’importance de bien véhiculer le changement d’image de la ville dans les médias. Je m’étais alors prononcé au micro pour dire environ ceci: « Changer l’urbanisme dans la ville, ça va changer les habitudes de plusieurs personnes et leur rapport affectif à cette ville. Il faut donc prendre beaucoup d’attention à ce que le message passe bien dans les médias. Il faut donc surveiller l’image du PPU dans les médias parce ce que les gens sont habitués à fonctionner d’une certaine manière… » J’avais aussi souligné l’importance de faire appel à des artistes, designers, architectes, anthropologues, psychologues, etc. afin de s’assurer que le paysage urbain représente les valeurs des gens de Québec.

Voici un extrait de ce mémoire, en page 5, « Image de marque »:

L’identité de la Ville de Québec reste à définir pour l’avenir et cette identité est une des clés du succès du projet d’urbanisation. En effet, un changement trop brutal causé par  les résultats du PPU pourrait affecter les  citoyens  et  changer  le  rapport  affectif  que  ceux-ci  entretiennent  avec  leur  environnement  en  plus  de modifier  le  regard des  touristes  sur  la ville. Même un changement  lent pourrait nuire à Québec  si on ne prenait pas en compte les idées préconçus de la population quand à l’identité de la ville et son devenir. Pour bien définir cette identité, similaire à l’identité de marque, il vous sera nécessaire de comprendre les idéaux de la population et des touristes. Conséquemment, je propose de réviser l’impact que la Ville comme milieu de vie peut avoir sur les citoyens dans le cadre du PPU à chaque initiative d’urbanisation et cela en tenant compte  d’études  de marché  pour  ne  pas  nuire  au  tourisme.  Par  exemple,  on  verrait mal  apparaître  une piscine en plein centre-ville et pourtant cette piscine  répondrait à un besoin dans  le  secteur, mais elle ne cadrerait  pas  avec  l’expérience  globale  de  la Colline Parlementaire. À  ce  sujet,  il me  semble  avoir  bien illustré ce qui, selon moi, se présente comme la logique minimale à suivre lors de ce projet d’urbanisation, soit de créer à partir de l’expérience et de la mémoire collective des gens du secteur, autrement dit, ces gens sur le plancher de la ville. Suite à ce constat, voici mon approche pour redorer l’image de la ville et guider les responsables du projet: partir du bas vers  le haut,  soit en cherchant  l’identité de  la Ville dans ce que M. et Mme Tout-le-monde peuvent  reconnaître  et  apprécier.  De  nos  jours,  la  marque  est  synonyme  de  prestige  et  donc  de reconnaissance.  Pour  que  notre  ville  soit  magnifique  en  apparence  et  dans  l’imaginaire  du  peuple,  la marque  semble  nécessaire.  Québec  a  par  ailleurs  une  identité  visuelle  certaine  et  un  style  de  vie  (le romantisme)  lui est associé. Pour concevoir une marque de sorte qu’elle soit cohérente et pour donner du cachet à la Ville, on peut se fier à au modèle de Marie-Claude Sicard (voir tableau 3.1), auteure de Ce que marque veut dire. À mon avis, aller à  l’encontre des principes de base de la marque Ville de Québec fera baisser  la  valeur  de  la  ville  tant  pour  les  touristes  que  pour  les  citoyens  et  peut-être  même  pour  les investisseurs qui ne reconnaîtront plus la valeur d’une ville sans ligne directrice évidente.

Selon moi, on pourra  améliorer davantage  l’image de  la  ville  en  entrant  en  contact direct  avec  le piéton (touriste,  résident  du  quartier  ou  citoyen  de  la  Capitale  Nationale)  qu’en  revisitant  simplement  le patrimoine  architectural  de  la  Ville.  Bien-sûr,  la  modification  des  fonctions  des  quartiers  ne  seront acceptées par les citoyens que s’ils se sentent bien dans la Ville et leur décision ne dépendra pas seulement de  la  hauteur  des  édifices,  de  la  qualité  des  logements  et  du  nombre  de  places  de  stationnement.  Ils penseront aussi à leur expérience (positive ou non) dans le quartier. Ils seront aussi soucieux de la manière dont  leur expérience pourra engendrer une discussion dans  leur entourage. Le bouche-à-oreille, c’est un outil important pour toute marque, y compris pour une ville comme Québec. L’architecture contemporaine est d’ailleurs reconnue pour émouvoir de façon spectaculaire et cela contribue à la réputation d’un quartier.

Voici le Tableau 3.1

NOTE:

La méthode de l’empreinte est tirée du livre Ce que marque veut dire de Marie-Claude Sicard

Je vous invite aussi à lire mon autre billet:

Horreur dans la Ville de Québec, comment améliorer le mobilier urbain

Définition:

La recherche et développement (souvent notée « R&D ») est une catégorie statistique, économique et comptable englobant l’ensemble des activités entreprises « de façon systématique en vue d’accroître la somme des connaissances, y compris la connaissance de l’homme, de la culture et de la société, ainsi que l’utilisation de cette somme de connaissances pour de nouvelles applications. »

Et en quoi ça peut vous servir de rechercher et développer?

Les entreprises qui font preuve d’innovation obtiennent des gains supplémentaires de marché. Pourquoi? Parce qu’inventer de meilleurs manières de répondre aux besoins des consommateurs permet d’assurer une position de leader, une visibilité dans les médias et créer de nouveaux types de consommateurs plus fidèles à la marque. C’est aussi la R&D qui permet de faire évoluer les méthodes et procedures internes de l’entreprise: service, production, machinerie, administration et gestion du personnel sont des sujets à améliorer avec l’aide d’experts en R&D.

Si vous en êtes à débuter dans la R&D, je vous invite à lire ces billets:

Être entrepreneur sans le savoir et la R&D

Design d’arme à feu, un exemple à suivre?

Comment innover au Québec?

Innovation naturelle

Il encore trop tôt pour analyser en profondeur le phénomène que je tente de vous présenter ici. Alors, je vais vous présenter les éléments que j’ai receuillis.

1) TENDANCE ÉCOLO = ULTRA-FONCTIONNALISME

Je pense que la tendance écologique est en hausse et depuis un bon bout de temps. C’est clair, il existe un public écolo. 

Aux gens qui n’ont pas compris encore que la pensée écologiste permet de sauver de l’argent, je présenterai ce vidéo:

Ce que vous voyez dans ce vidéo intitulé Jay’s Tiny House Tour, c’est une approche écologiste plutôt inusitée pour limiter au plus possible les besoins en énergie et les coûts de production. C’est un exemple tout simple, mais qui peut être appliqué à plusieurs sauces, dans différentes proportions. Si cette mini maison est un peu ridicule à l’époque du cooconing, elle est tout de même ultra-fonctionnelle. Je pourrais appeler cette approche l’ultra-fonctionnalisme.

2) UN POINT DANS L’UNIVERS

Un tendance en devenir me semble apparaître, celle de s’entourer du minimum pour survivre et de se considérer comme un petit point insignifiant dans l’univers. Le discours écologiste mise beaucoup sur cette idée que nous faisons tous parti d’un grand univers. Le voyage dans l’espace Virgin Galactic  est précurseur de ce point de vue en ce sens qu’il ramène à cet état tout en donnant un sentiment de grandeur.

Certains designers comme Karim Rashid pensent que dans le futur nous seront capable de produire à la maison nos propres meubles en achetant des fichiers 3D sur Internet et en faisant imprimer en 3D ces meubles dans notre propre maison à l’aide d’une imprimante 3D. Imaginez une mini usine, une mini salle de travail, une mini chaîne de production dans chaque ville à partir de laquelle on « importerait » des objets de toute sorte? Et si on était capable de recomposer couche par couche autre chose comme des produits alimentaires ou des médicaments?

3) SYNCRONISER

Je fais l’hypothèse d’un futur dans lequel on utilisera de moins en moins de ressources pour accomplir un maximum de choses. C’est peut-être ce qui explique le besoin de tout synchroniser sur son iPhone?

Depuis 2005, je me suis créé une banque de liens hypertextes parce que je trouvais beaucoup de sites intéressants en cherchant sur le Web par hasard ou pour des travaux scolaires. J’ai donc accumulé plus de 70 sites Web au graphisme intéressant, tape-à-l’oeil, étrange, drôle, séduisant, sympathique ou tout simplement weird! Vous trouverez aussi des sites sur la couleur, la sémiotique et d’autres qui traitent de l’effet immersif du Web. Ça vous évitera de nombreuses heures de recherche, je l’espère! Je vous suggère de passer au moins 10 secondes sur chaque page, parce que certaines pages ont des animations Flash (à ce sujet, lire la critique de Michelle Blanc)… Je vous informe qu’il ne s’agit peut-être pas des sites les mieux référencés sur le Web ou ceux présentant la mise en page la plus évidente! Je présente ici plutôt des sites qui m’ont accrochés dès le premier visionnement et qui me fascinent encore pour une raison ou une autre. Je sais qu’on sera en accord et en désaccord sur certains sites, alors j’aimerais bien recevoir vos commentaires!

1) SÉDUISANT – SIMPLE

http://www.theserved.com/contact (fond de page coloré)

http://www.patrickjouin.com/site/ (attendre le téléchargement + musique)

http://www.establishedandsons.com/ (cliquer sur les hyperliens: déplacement fluide)

http://www.cad-cc.com/ (flash et musique)

http://www.team-lab.net/about

http://www.avrioventures.com/

http://aird.ca/form_fr.php (formulaire)

2) SÉMIOTIQUE

http://www.semiopolis.fr/

3) COULEUR

http://www.colorconnections.com/colorconnections_2007/best_colors.html

4) COUVERTURES DE LIVRE

http://www.smashingmagazine.com/2008/04/14/excellent-book-covers-and-paperbacks/

http://covers.fwis.com/

5) TROUVER UN PRODUIT – ENTREPRISES

Dans le cadre de mes études, mon travail était de magasiner en ligne des outils, des pièces de quincaillerie, des matériaux, des procédés de fabrication et des guides d’utilisation. Je pense donc avoir développé une expertise pour la recherche de ce type de produits sur Internet. Ma tâche principale était donc de trouver les produits et de choisir s’ils correspondaient à mes critères d’achat. On ne peut pas être plus près du rapport client-entreprise! Alors, si vous êtes en marketing Web, prenez des notes, s.v.p.

Comme je faisais beaucoup de recherche, j’ai fini par observer que la majorité des sites ne mettent pas assez d’emphase sur les points importants, du moins de mon point de vue d’acheteur de produits. En principe, j’allais acheter de grosses quantités rapidement. J’étais donc un client réel avec des besoins réels qui n’obtenait pratiquement jamais ce qu’il cherchait. Voici mes humbles recommandations:

  • Un bouton très visible « Contact » incluant, s.v.p., une adresse courriel écrite en caractères et liée à un système de messagerie. Je déteste profondément qu’une entreprise manufacturière me propose un formulaire de courriel, surtout quand je dois lui envoyer une liste de produits que je dois acheter. La plupart des formulaires de courriel ne permettent pas l’ajout de pièces jointes (fichier Excel ou PDF). Je vous suggère par exemple, ce modèle tellement simple: info@votreentreprise.com   
  • Un bouton très visible « Catalogue » ou « Produits »
  • Sur chaque fiche de produit : le prix taxes incluses en indiquant bien $CAN si c’est au Canada, le matériau de fabrication, l’utilisation et les dimensions hors tout. À ce sujet, il faut être en mesure de classer les produits par groupes. Voici qui est bien : http://www.faucher.ca/
  • Une description du système de distribution pour savoir où, quand et comment se fera le transport des produits
  • De grâce, une assistance téléphonique fiable en tout temps, dont le numéro de téléphone (un seul numéro qui renvoie à la réception de l’entreprise) est visible sur la page d’accueil.
  • Au fait, le site qui présente le mieux ces produits à mon humble avis, c’est : http://www.toysrus.ca/home/index.jsp

Voici qui pourrait vous inspirer:

http://www.aquapuredepot.com/ (carrousel de produits)

http://www.cintrageabf.com/index.php

http://www.fibrethik.org/index-text.htm

http://www.gadshaanandesign.com/work-samples.html (voir bas de la page)

http://www.kingston.ac.uk/~kx19789/rematerialise/html_and_flash/index-characteristic-squashy.htm (liens vers petits vidéos)

http://www.desharnais.ca/index.php (vidéo de présentation efficace)

http://www.conceptmat.com/conceptmat.html

http://www.bpr.ca/

6) POLICE – TYPOGRAPHIE

http://www.freelang.com/polices/index.html

http://apocopa.free.fr/police.htm (Une police ergonomique)

http://www.youworkforthem.com/ (font)

http://ffffound.com/ (font)

http://typeish.com/ (font)

7) REVUE

http://www.jalougallery.com/jalou-corporate.php

8 ) TENDANCES

http://www.au-secours-jai-un-blog.com/ (mis à jour régulièrement)

http://vandelaydesign.com/blog/design/offline-inspiration/

9 ) LOGICIEL

http://nodebox.net/code/index.php/Evolution (logiciel pour MAC, fluide)

10) SYMPATHIQUE

http://www.ideafixa.com/ (rococo)

http://www.brindi.fr/ (naturel)

http://blog.creativethink.com/creativity/index.html (look absurde, contenu stimulant)

http://www.unmondelibre.org/node/560 (mise en page)

http://www.google.com (si vous n’aviez pas encore remarqué!)

http://www.tomford.com/ (page d’accueil)

http://www.cabanaseguin.com/francais/flash_avec.html (passer l’intro, voir notre firme, animation de croix)

http://notepad-plus.sourceforge.net/fr/site.htm  (voir le lien à gauche : Langue)

http://www.millerstudio.us/ (authenticité + inspiration)

http://natandmarty.blogspot.com/2009/12/finally.html (fond de page avec fleurs)

11) ERGONOMIQUE

http://www.leoburnett.ca/FLASH/ (animation avec crayon)

http://www.downtownbystarck.com/future_home.html (défilement fluide)

http://configure.dell.com/dellstore/config.aspx?oc=ni10vu_r_1e&c=ca&l=en&s=dhs&cs=cadhs1&kc=laptop-inspiron-10 (logos, bas de la fenêtre

http://www.larelance.ca/content.php?id=56 (diagramme de liens hypertexte)

http://www.bank-banque-canada.ca/fr/discours/2007/sp07-13f.html (barre de liens à gauche)

http://www.grandpalais.fr/en/Homepage/p-617-Homepage.htm (meilleure vue en 3D d’un bâtiment)

http://www.thewaytohappiness.org/#/home  (défilement en caroussel)

http://actijob.beljob.ca/job_emploi/resultquery.aspx?kwd=design&cit=quebec (barre défilement des distances en kilomètres)

http://www.annoncesdepot.com/sortir/rg/region-de-quebec/ (beaucoup de liens)

 12) POUR APPRENDRE

http://pages.videotron.com/courshar/index.html (Vivianne St-Yves)

13) RECOMMANDÉ

http://www.thefuturelaboratory.com/ (recommandé par Frédéric Metz en 2008)

http://www.worldbest.com/gold.htm

http://wonder-wall.com/#project/en  (recommandé par Provokat)

 14) IMPACT

http://www.triomphe.ca/experience.php?lang=fr (Logos : Acceuil, Nous contacter, English)

http://www.lxb.ca/ (voir lien profil communication + inventivité)

http://sketchblog.ecal.ch/variable_environment/archives/2005/12/ (photos destabilisantes)

http://www.amd.com/us/Pages/AMDHomePage.aspx (boutons qui flash)

http://www.3kcompute%20rs.com/products.html (boutons flash, attendre 1 minute)

http://www.gadshaanandesign.com/mission-accomplished.html (donner ses références)

http://www.sylviedenault.com/ (présentation flash et rétroactions sonores)

http://www.freelance.com/__C125675B0014F649.nsf/pages/2002accueilentreprises?OpenDocument&openSection=9 (petite planète qui tourne)

http://forum.forumactif.com/gerer-l-apparence-de-son-forum-f7/comment-mettre-bar-de-texte-qui-defile-t238451.htm (défilement de texte, voir « Derniers sujets »)

http://www.quebecweb.com/rca/ (vidéo de présentation et musique, voir bas de page)

http://www.brad-marketing.com/ (entrée avec sons)

http://www.point1.ca/ (animation)

 15) ART – PORTFOLIO

http://www.dusso.com/index.html (peinture virtuelle)

http://www.takdi.com/ (meilleure présentation – design industriel)

http://www.zzee.net/html/images_still.html (les photos sont intenses)

 16) IMMERSIF

http://www.electroluxdesignlab.com/ (meilleure intro)

http://ge.ecomagination.com/smartgrid/#/landing_page (meilleure animation)

http://www.nomadindustries.tv/ (vidéo, qualité exceptionnelle)

http://www.youtube.com/watch?v=IewpICpAbC0&feature=fvsr (son d’une foule)

http://www.millehistoires.com/ (bouton avec rétroaction)

http://www.kaliastyle.com/fr/  (page d’accueil avec vidéo)

http://www.marcjacobs.com/ (page d’accueil vidéo)

http://www.firstpersontetris.com/ (TETRIS jeu-vidéo)

  17) WEIRD – BIZARRE

http://graphism.fr/post/279970839/les-legos-se-cachent-dans-la-neige (du noir)

http://www.accellab.com/ (un cœur qui bat)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


J’apprécie beaucoup la tradition des bilans d’année. Pour moi, c’est l’occasion de receuillir une tonne d’information utile sur le sport, l’économie, l’actualité, les arts et la culture.

Dans mes temps libres, j’écris et je fais des recherches pour enrichir mon écriture. Ainsi, je développe une certaine expertise en faisant grandir ma culture générale. On me prête des livres, on m’en donne en cadeau et on m’en conseille. Mon seule critère: je veux des livres qui encourage « à penser en dehors de la boîte » (traduction libre et moche de « to think outside the box »). Il y en a pour tous les goûts! Voici donc la liste des livres que j’ai le plus aimé lire en 2009:

3) Pourquoi est-ce qu’on consomme?

Comportement du consommateur est un livre éducatif de niveau universitaire qui s’adresse principalement aux profesionnels de la vente, du marketing et du service à la clientèle.

POINTS FORTS: Très bien structuré, ce volume épais est une introduction rapide aux principes de la mise en valeur des produits pour en augmenter la vente et l’attrait pour les consommateurs. Il s’agit aussi d’un moyen efficace pour comprendre les besoins inassouvis des consommateurs contemporains et la société de consommation dans son ensemble.

POINTS FAIBLES: J’aurais apprécié une version en papier couleur ou accompagnée d’un Cd-Rom en raison de la variété des affiches publicitaires présentées dans le livre.

D’ASTOUS Alain, DAGHFOUS Naoufel, BALLOFFET Pierre et BOULAIRE Christelle, Comportement du consommateur, Montréal, Chenelière Éducation, 2ième édition, 2006, 510 p.

Si vous aimez, vous aimerez sans doute:

Designing the 21st Century : Edition anglais-français-allemand (très beau!)

2) Pourquoi est-ce que c’est beau?

À mon humble avis, Le Code secret est un must-have pour les designers, graphistes, architectes, artistes et créateurs de ce monde. Ce livre fait une rétrospective des chercheurs qui ont étudié le nombre d’or, une proportion idéale pour que les choses soient belles.

POINTS FORTS: Beaucoup d’images, la passion de l’auteur pour son sujet est évidente, la recherche est présentée de façon inspirante dans un livre d’un format compact et pratique.

POINTS FAIBLES: La jaquette en plastique semi-transparent qui recouvre le livre est d’une qualité douteuse.

Hemenway Priya, Le Code Secret: la formule mystérieuse qui régit les arts, la nature et les sciences, Suisse, Evergreen, 2008, 203 p.

Si vous aimez, vous aimerez sans doute:

Le Courage de créer  de Rollo May

1) Que faire quand je suis dans une impasse?

Débloquer, c’est un guide pratique pour se sortir d’une impasse quand on travaille sur un projet. Ce livre s’adresse surtout aux entrepreneurs (directeurs), mais il sera d’une aide inestimable pour les équipes de travail de toute sorte ou même pour les travailleurs autonomes.

POINTS FORTS: Le dynamisme de la mise en page, la qualité des conseils et leur performance, l’efficacité de la table des matières avec laquelle on peut identifier rapidement une solution à n’importe quel problème rencontré lors du travail d’équipe.

POINTS FAIBLES: Le livre est d’un format qui tient dans la main, ce qui en limite son utilisation par plusieurs personne. J’aurai apprécié une version permettant à toute une équipe de voir les images. Tout de même très pratique comme format.

YAMASHITA, Keith. Débloquer, Transcontinental, 2009, 202 pages.

Si vous aimez, vous aimerez sans doute:

S’Organiser pour Réussir de David Allen

Le Millionnaire paresseux de Marc Fisher (très inspirant!)




  • Page Facebook

  • Contactez-moi

    Laurent Marcoux, consultant en design industriel

    Email: contrat.laurent(at)gmail.com
    Skype : laurent_marcoux

    Pour la prise de rendez-vous: Heure locale au Canada

    Réseaux sociaux:
    Facebook Facebook
     Google+
    Linked-In Linked-In
    Twitter Twitter

  • Le Design et l’écologie

    LE DESIGN ET L’ÉCOLOGIE est un essai qui vise à vulgariser les concepts généraux liés à l’éco-conception de manière simple et concise. Il s’agit d’une introduction à l’éco-conception qui inclut une liste de définitions, un constat de l’impact du design sur l’entreprise socialement responsable, la logistique, le cycle de vie, l’image de marque et les normes de développement, ainsi qu’une liste de sites Web à consulter. AUCUN REMBOURSEMENT. AUCUN ÉCHANGE. 11 pages.
  • Le Design tout simplement

    LE DESIGN TOUT SIMPLEMENT est un essai qui vise à répondre à quatre grandes questions relatives au design : Qu’est-ce que le design? À quoi sert le design? Qu’est-ce qu’un bon design? Comment travaille un designer?  Né à Québec en 1987, Laurent Marcoux est diplômé en technique de design industriel au cégep de Sainte-Foy (Québec, Canada). Consultant en design, recherche et développement, il est l’auteur d’un blogue : http://designer-entreprise.com.  Notes générales: Ce texte fait 31 pages. Aucun échange. Aucun remboursement.