Posts Tagged ‘Innovateur’

Definition:

Research and development (often abbreviated « R & D ») is a statistical category, including economic and accounting of all activities undertaken « a systematic basis in order to increase the stock of knowledge, including knowledge of man, culture and society, and the use of this stock of knowledge to devise new applications. « 

And how it can serve as a research and development?

Companies in which innovation is activ obtain additional market gains. Why? Because their ways of responding to customer needs will ensure their leading position, visibility in the media and it also creates new types of consumers, loyal to the brand. It is also the R & D that allows to change the methods and procedures of the company: service, production, machinery, administration and personnel management are subjects to improve with the help of a designer and experts in R & D .

Publicités

Récemment, j’ai été demandé en entrevue pour le Magazine Elle Québec, pour lequel j’ai identifié des tendances de la consommation. Lors de cet entretien, j’ai constaté que parler des tendances, c’est aussi toucher aux croyances populaires vis-à-vis l’utilité de la mode, et sur l’effet que les entreprises peuvent avoir sur celle-ci. J’ai pensé pousser ma réflexion plus loin en vous invitant à considérer la recherche de tendances comme un processus favorisant la créativité et l’innovation. Quand on implique la recherche de tendances à des sessions de recherche et développement (R & D), on trace le portrait typique des futurs utilisateurs de nos produits et services en se basant à leurs attitudes, visions du monde et manières d’agir. Voici donc quelques éléments pertinents à considérer lorsqu’on souhaite faire appel à un chasseur de tendances.

Améliorer la valeur perçue de votre entreprise en vous distinguant auprès des clientèles très sensibles à la nouveauté.

Donner une orientation à un projet en se fiant à des courants populaires (par exemple, utiliser le mot-clé « authenticité » pour définir son branding).

Innover en devançant les tendances et en repérant des tendances « souterraines » cherchant à exploser.

Repérer des consommateurs typiques, capables d’influencer sur l’ensemble de la recherche marketing.

Initier des courants anti-conformistes, qui par nature attirent des publics désireux de laisser leur marque, en manipulant des produits disponibles sur le marché.

Attribuer à son entreprise une image forte en reversant une tendance allant à l’encontre de son objectif d’affaires.

Qu’est-ce qu’un chasseur de tendance? Une étudiante au BAC (Terminale sciences et technologies de la gestion spécialité Mercatique) m’a posé quelques questions pour son travail scolaire sur mes pratiques comme chasseur de tendance. Voici mes réponses:

1) En quoi consiste le rôle de chasseur de tendance ?

En entreprise, le chasseur de tendance à comme rôle d’observer les mouvements du marché, les comportements des consommateurs et les produits et services nouveaux ayant suscité l’intérêt de consommateurs dits « innovateurs » ou « influents ». C’est aussi son travail de conseiller les entrepreneurs afin que leurs produits et services soient en lien direct avec des tendances existantes ou en croissance de manière à créer un « fit » parfait entre le désir inconscient de l’acheteur et ce qu’il achète.

2) Pourriez-vous donner une définition au mot « chasseur de tendance » ?

Responsable de la recherche et développement (R et D) dont les tâches consistent à analyser l’univers de la consommation afin d’en déceler les opportunités de marchés, les courants d’idées et les modes.

Aussi, voici des synonymes selon René Duringer, http://observatoiredestendances.com  :

Le vocable de « chasseur de tendances » couvre un spectre assez large de profils : trend hunter, trend-spotter, planneur stratégique, défricheur, découvreur, tendanceur, early adopter, cool hunter, dénicheur, détecteur d’influences créatives, connecteur, trend-setter, trend tracker, chasseur de futur, précurseur, prospectiviste, influenceur, avant gardiste, geek, décrypteur de tendances, veilleur, innovateur, tendançologue, observateur attentif, spin doctor, créateur de tendances innovantes, trend maker, journaliste trendy, visionnaire, future shaper, styliste, électron libre, marketeur curieux, pionnier, influenceur créatif, décodeur d’influences, observateur de l’air du temps, agitateur d’idées, éclaireur du futur, expert en matière de trendhunting, styliste, etc.

3) Comment faites-vous pour dénicher la tendance de demain ?

Comme je le dis dans le livre Voyage au pays des chasseurs de tendances :

Rien ne vaut de fouiller dans les zones d’ombres… Oui, en quelque sorte, je cherche les coins les moins éclairés d’une ville ou d’un centre d’achat et je regarde ce que les gens font et comment ils le font.

Il faut aussi oser s’intéresser ce qui inquiète les gens et au rôle rassurant que la consommation procure de nos jours, lire beaucoup et sortir de chez soi !

En observant les statistiques de consommation et en questionnant directement les spécialistes en design et marketing, on établit des liens clairs entre des tendances et des produits ou services à succès. Il y a aussi quelques secrets…

4) Pouvez-vous être sur que la tendance dénichée sera la bonne, autrement dit, celle qui fera vendre aux enseignes de mode ?

Oui, quand on arrive avec un ensemble d’indicateurs qui pointent vers une tendance véritable. Mais il existe des exceptions. En fait, la tendance peut être bonne, mais il faut aussi que l’entreprise soit performante pour que le produit ait du succès.

Il est relativement facile de prédire l’évolution d’une tendance en mode vestimentaire, puisque cela est étudié depuis des dizaines d’années de façon très sérieuse. Par contre, les tendances changent brutalement d’un secteur à un autre, donc il ne faut pas généraliser. Certains coins de pays sont très complexes à analyser. Les tendances sont aussi plus difficiles à prédire quand on s’éloigne du champ de la consommation : difficiles de prédire avec certitude les nouvelles inventions de demain. Si un ingénieur conçoit un textile révolutionnaire qui fait son apparition en masse dans les magasins et que les consommateurs en raffolent, cela peut affecter les tendances bien établies de façon majeure.

Si l’étude de tendance se fait sur plusieurs mois, on peut mesurer ces effets.

Puis, il y a des gens très influents sur le marché qui imposent les tendances de par leur charisme et leurs entreprises. Lorsque cela arrive, ça créer des « buzz » puissants et difficiles à éviter.

5) Avec quelle(s) entreprise(s) travaillez-vous ?

Des entreprises de petites ou moyenne taille qui souhaitent miser juste en lançant un nouveau produit ou service.

6) Quel rôle jouez-vous dans la veille commerciale de cette entreprise ?
Je les conseille au début de leur projet et ils me questionnent lorsque nécessaire. Je fais personnellement une recherche de tendance en continue et les entrepreneurs peuvent me consulter à ce sujet.

7) A quel moment intervenez-vous dans sa veille commerciale ?

Au début du projet en général, lorsqu’il s’agit de tracer les limites du produit ou service à concevoir.

8 ) Vos services permettent-ils aux entreprises d’être plus dynamique que leurs concurrents ?

Oui, faire appel à un chasseur de tendance permet d’innover de manière intelligente en créant des produits et services « tendance », « design » et « innovateurs ».

Ronan Chastelier, sociologue et auteur, dit sans son livre sur les tendances du marché :

Selon une étude réalisée au Royaume-Uni sur la période de 2002 à 2005, les entreprises qui utilisent intensivement le design ont réalisé deux fois plus d’innovations que les autres. Le corolaire est une augmentation de chiffre d’affaires, comme le montre une autre étude, danoise elle : sur une période de cinq ans, les entreprises qui « font du design » ont connu une augmentation de 122% de leur chiffre d’affaires.

9) Quelles ont été les avantages pour les entreprises qui ont bénéficié de vos services ?

Cela leur permet de comprendre les consommateurs et d’interagir avec eux de manière préventive. Lorsqu’un produit ou service suit une tendance de manière optimale, les consommateurs adhèrent à l’entreprise de manière étonnante. Je crois que cela aide à la fidélisation que d’être « tendance ».

SOURCE:

CHASTELIER, Ronan. Tendancologie: La fabrication du glamour, Organisation, Eyrolles, Paris, 2008, 208 pages.

Je souligne deux points importants tirés de cette vidéo intitulée « Quels processus d’innovation dans la Silicon Valley ? Entreprise Globale » (via François Lajeunesse-Crevier) :

Faire confiance à la créativité

Les entrepreneurs ont avantages à susciter la créativité de leurs employés et les soutenir. Pourquoi? Parce que chaque individu dans une entreprise est susceptible de la faire grandir. Vous voulez faire confiance à la créativité?

  • Commencez par comprendre ce qu’est une personne créative et comment l’encourager positivement. Voir:

Le Courage de créer : pour évoluer sans se détruire

Atelier de recherche d’inspiration pour entreprendre dans l’inconnu

La créativité et votre cerveau

Un atelier pour augmenter sa productivité avec son énergie créative

  • Continuez en installant une boîte à suggestions dans votre entreprise
  • Puis, créez un mur d’inspiration sur lequel vos employés pourront afficher des images, post-it et s’échanger des idées rapidement
  • Devenez un meilleur leader. Voir:

Comment le leadership inspire le travail?

Aimer les start-ups (entreprises en démarrage)

Je vous suggère fortement de connaître les étudiants et leurs travaux dans votre domaine d’activité. Encouragez leurs innovations. Pensez-y, ce sont des heures de travail que vous n’aurez pas à vous taper. Vous éviterez des risques importants et aurez l’avis d’un professionnel dans son domaine (l’enseignant qui corrige le projet scolaire).

Dotez-vous d’une politique interne favorisant la découverte de stat-ups et leur soutien éventuel. Ne passez pas plus de 10 minutes pour entendre les idées de ceux qui vous vendent leurs innovations. Si après 10 minutes, vous n’avez rien pigé, demandez à l’innovateur de revenir avec quelque chose de plus concret. Ne parlez pas au téléphone, demandez du face-à-face. Les innovateurs qui ont de l’intérêt sont aussi d’excellents vendeurs, sinon leur idée est vouée à mourir. Au fait, si vous êtes un inventeur évitez des erreurs courantes et dotez-vous d’une équipe de vente si vous n’êtes pas doué. Un investisseur intelligent n’encourage pas les gens sans organisation.

Dotez-vous également d’une politique pour les coups de coeur: quand vous découvrez le travail impressionnant d’une personne, que faîtes-vous pour devenir partenaire avec elle? Ignorez-vous toujours ces découvertes?

Suivez les chasseurs de tendances:

Je suis dans un e-book: Voyage au pays des chasseurs de tendances

Contactez-moi

Vous cherchez à innover, avez-vous penser demander à un expert en recherche et développement?

Vous aimez? Commentez et partagez: Bookmark  and Share Saviez-vous que j’offre des services en design de produits et marketing promotionnel?

Entreprendre dans l’inconnu, c’est le travail du directeur artistique, expert de ce type de travail s’il en est un, qui doit superviser une entreprise créative et coordonner des activités sans en connaître la finalité. Les entrepreneurs devraient s’intéresser davantage au travail créatif s’ils veulent innover. De fait, l’innovation est gage de succès lorsqu’elle est bien structurée lors d’une étape de recherche et développement et pour innover, on a besoin de travailler dans l’inconnu à certains moments.

S’il n’est pas rare de voir les gens les plus avantureux réussir en situation de crise, il n’est pas rare non plus de voir les gens les plus créatif traverser avec succès les phases d’inconnu et de confusion.

On sous-estime souvent le travail créatif parce qu’il n’est pas toujours concret. C’est bien connu, ce qu’on ne peut pas voir, sentir, toucher, entendre ou goûter, on le trouve sans intérêt et ce qu’on ne peut pas se procurer, c’est pire. C’est bien normal de ne pas apprécier quelque chose qui manque de structure ou qui n’est pas arrivé à son terme final. On consomme ce qui est consommable. En ce sens, je risque de perdre certains d’entre-vous en vous parlant aujourd’hui de la recherche d’inspiration et ceux qui resteront, et bien tant mieux pour vous parce qu’il s’agit d’un des secrets du succès d’une entreprise à l’écoute de ses clients.

S’il y a une étape du travail créatif qui est nébuleuse et désordonnée c’est bien celle de la recherche d’inspiration. Il n’y a ni forme, ni ordre, ni méthode traditionnelle. Chacun sa méthode. Voici la mienne:

  • Trouver les ancêtres
  • Se donner un objectif immatériel
  • Partir à la découverte
  • Trouver un filon
  • Recommencer jusqu’à atteindre les limites de l’échéancier

Je vais aussi noter le niveau de difficulté de chacune de ces étapes afin de vous inviter à ne pas les prendre à la légère.

Trouver les ancêtres

Niveau de difficulté faible.

Comme directeur artistique, on a généralement intérêt à connaître ce qui a déjà été créé avant nous dans le même domaine d’activité sur lequel on travail. C’est une partie de la recherche d’inspiration que de passer en revue les ancêtres (ceux qui ont fait ce que vous voulez faire avant vous). Je vais prendre pour exemple ma direction artistique pour le design d’une salle de musée, je vais tenter de trouver toutes les expositions sur ce thème et en analyser les points forts et les points faibles. On fait cela dans d’autres domaines d’activité, en marketing entre autre, et c’est souvent sous-estimé des PME que de s’inspirer des anciens pour améliorer leur entreprise. Vous voulez passer à l’action?

  • Quelles sont les entreprises/personnes qui occupaient dans le passé l’activité que vous pratiquez aujourd’hui?
  • Quelles sont les ancêtres qui ont fait le plus de profit et pourquoi?

Se donner un objectif immatériel

Niveau de difficulté très élevé. Cette phase de la recherche d’inspiration est loin d’être naturelle chez la majorité des gens et il ne suffit pas d’être créatif ou artistique pour la comprendre. La plupart des gens ne savent même pas quoi en penser et ne savent pas du tout la reconnaître. Les publicitaires le savent bien, ce n’est pas donné à tout le monde de donner du sens à quelque chose et en augmenter la valeur perçue. Consultez-moi avant de faire n’importe quoi.

Il s’agit de l’étape la plus difficile et la plus déstabilisant. Pour trouver les objectifs immatériels, il faut comprendre intuitivement, sincèrement la raison d’être de ce qu’on fait. Bon… si cela sonne étrange, c’est bien normal parce que c’est l’étape du travail qui demande le plus de flexibilité, d’élasticité du cerveau, de lâcher prise. Quand je parle d’objectif immatériel, je ne parle pas de mission d’entreprise ou de faire du profit, attirer l’attention ou même rendre heureux. Je parle de trouver la raison d’être de ce que vous faîtes dans l’évolution de la vie, dans ce film qu’est la vie.

Si vous vendez des souliers, vous ne vendez pas que des souliers. Vous vendez la possibilité de marcher, de se déplacer. En fait, vous vendez du mouvement, du nomadisme, de la liberté. Vous donnez un moyen de transport naturel à quelqu’un qui, autrement, serait prisonnier de son anatomie. Vous changez le corps humain en un moyen de transport… Vous voyez le portrait?

Supposons que vous faîtes cette recherche d’inspiration comme moi pour un musée, vous aurez ensuite avantage à définir votre recherche en résumant les principaux objectifs immatériels de votre exposition. Par exemple, l’objectif immatériel d’une exposition sur l’espace, c’est de faire prendre conscience de l’idée que chaque humain influence le reste de l’univers et que chaque partie de l’univers est en symbiose, que si je pense ici, peut-être que cela a un effet là-bas, que chaque chose que je fais peut changer le monde, même si je ne le veux pas, que j’ai du pouvoir sur l’univers simplement parce que j’existe… Il y a, vous comprendrez, un aspect hautement spirituel à  de réaliser une exposition sur l’espace.

Pour cela, vous pouvez vous imaginer dans le film La Matrice.

Vous êtes une partie de l’univers, une illusion. Cette illusion a un objectif, mais elle cache quelque chose. Ce quelque chose est un mystère, le votre, celui de votre raison d’être.

  • Qu’est-ce qui s’agglutine au concept de ce que vous faîtes?
  • Qu’est-ce qui colle parfaitement à ce que vous entreprenez?
  • Quelle est le pourquoi du comment?
  • Quelle est la racine inconsciente, le code, le programme de ce que vous faîtes?
  • En quoi ce que vous faîtes crée des connexions fortes dans le cerveau?

Partir à la découverte

Niveau de difficulté moyen.

Maintenant, faîtes ce que vous voulez. Partez à la découverte. Collectez les flash, les idées spontanées, les images fortes. Pour mon travail sur l’exposition, ça ressemble à ceci (très court résumé de la recherche):

Trouver un filon

Niveau de difficulté moyen.

Vous verrez lentement apparaître des liens entre ce que vous trouvez et ce que vos ancêtres ont fait. Suivez ce filon.

Recommencer jusqu’à atteindre les limites de l’échéancier

Niveau de difficulté moyen.

Compilez les idées, ne perdez rien, classez le tout et recommencez jusqu’à ne plus avoir de temps.

Vous aimez? Commentez et partagez: Bookmark  and Share Saviez-vous que j’offre des services en design de produits et marketing promotionnel?

Récemment, une recherchiste de l’émission Mise à Jour – Québec au Canal Vox m’a contactée pour suite à un billet sur mon blogie intitulé Horreur dans la Ville de Québec, comment améliorer le mobilier urbain.

Je lui ai fait parvenir une recherche rapide sur le mobilier urbain en regard des projets d’aménagements du Nouvo St-Rock. Voici cette étude:

Introduction au mobilier urbain

Points forts de l’image du Quartier

Tiré du site Web www.quartiersaintroch.com :

En marge du Vieux-Québec, une nouvelle destination touristique voit le jour dans le quartier Saint-Roch, secteur dynamique de la Capitale. Le présent fait place à une revitalisation urbaine et branchée sur l’avenir. Le défi principal est d’attirer la clientèle touristique par des boutiques et restaurants de destination que l’on ne retrouve pas ailleurs. De plus, la conception de cette artère commerciale permet aux visiteurs de découvrir un milieu de vie authentique, agréable et novateur. L’offre culturelle, commerciale et artistique est une force incontestable dans le quartier, proposant ainsi une expérience originale.

Depuis l’an 2000, 380 millions de dollars ont été investis dans ce quartier afin de rénover et de reconstruire la plupart des édifices de la rue Saint-Joseph. L’enlèvement du toit du Mail Centre-ville contribue à une amélioration considérable d’un milieu de vie unique. La Ville de Québec a enfin retrouvé son centre-ville et permet à tous de redécouvrir le Nouvo Saint-Roch et ses nouveaux attraits.

De ce fait, le secteur fait partie depuis 2008 du circuit pédestre de 5,3 km qui vous mène de la Grande Allée Est dans la Haute-Ville de Québec, au Vieux-Port dans la Basse-Ville, en passant par quelques-unes des rues et places les plus pittoresques du Vieux-Québec. Tout au long du parcours, nous pouvons voir les constructions et monuments qui mettent en évidence les différents styles propres de chaque époque.

Le Nouvo St-Rock est d’esprit:

  • Dynamique
  • Urbain
  • Novateur (branchée sur l’avenir)
  • Authentique
  • Agréable

Le Nouveau St-Rock a une particularité :

  • Styles propres de chaque époque

Le Nouvo St-Rock a pour fonction :

  • Destination touristique
  • Circuit pédestre
  • Artère commerciale

Besoins de base :

Problème Solution
Jeter ses déchets Poubelles, bac de recyclage
Avoir soif Abreuvoir public
Aller aux toilettes Toilettes publiques
S’asseoir Bancs
Manger Tables
Jouer Ères de jeux pour enfants (balançoires) et pour adultes (jeu d’échec)
Apprendre Panneaux décrivant l’histoire du quartier
Se repérer Cartes géographiques
Se divertir Équipement multimédia, musique
Voir durant le soir et la nuit Lampadaires

Besoins généraux du milieu :

  • Se reposer après la marche ou la bicyclette pour boire, manger et se détendre
  • Se divertir en famille
  • Se divertir entre amis
  • Se divertir en couple
  • Rencontrer des collègues  et faire des rencontres d’affaires
  • Découvrir le quartier et en connaître l’histoire
  • Flâner
  • Jouer
  • Faire la fête

Utilisateurs principaux selon leur fréquentation des lieux :

  • Résidents du quartier
  • Groupe de collègues de travail du quartier
  • Touristes
  • Consommateurs résidents de la ville de Québec
  • Grands sportifs/grands marcheurs de la ville de Québec

Désagréments potentiels pour la population:

  • Saleté des lieux et odeurs
  • Pollution (sonore, air)
  • Présence d’animaux (oiseaux, écureuils)
  • Gang de rue, vandalisme, itinérance

Ma recommandation

Créer plusieurs ères de repos ou séparer une grande ère de repos en sections bien isolées les unes des autres afin de satisfaire trois clientèles bien différentes. Il devrait y avoir trois zones principales :

  • Zone chic et branchée pour commerçants et consomamteurs
  • Zone familiale avec jeux pour familles
  • Zone détente, histoire et rencontre pour touristes, sportifs et marcheurs

Zone chic et branchée pour commerçants

Zone familiale avec jeux

Zone détente, histoire et rencontre pour touristes, sportifs et marcheurs

MAJ:

Voici l’épisode de Mise à Jour sur le mobilier urbain:

Découvrez le design… Téléchargez le e-book Le Design tout simplement.

Hier, c’était le Gumball 3000 et j’y étais pour voir de belles voitures (la Viper noire était ma préférée). Il y avait des bons coups de marketing sur place et des moins bon. J’aurais cru qu’on aurait afficher des bannières invitant à acheter ces voitures de luxe au Québec.

Il y avait de gros véhicules polluants (Hummer version modèle géant qui détruit tout sur son passage) et pas du tout d’écologistes. Pas de pancartes, rien. Ils avaient peur de quoi, ces écolos? Un stunt aurait été un coup publicitaire délicieux pour Green Peace. À moins que je ne sois plus à jour, les émissions de CO2 de ce genre de véhicules sont plutôt reconnues pour nuire à l’environnement. Mais entre vous et moi, c’est le genre de chose qu’on oublie devant ceci:

Il y avait pour des millions de dollars de tôle et de mécanique stationné au Château Frontenac, des bolides au design futuriste, racecar, bling-bling et tous de très bon goût. Il y avait de l’ambiance, des jeunes, surtout des hommes et des familles complètes. Bref, c’était un franc succès et une belle occasion de voir des sculptures sur roues.

Découvrez le design… Téléchargez le e-book Le Design tout simplement.

Aujourd’hui, j’apprends que l’organisme Idéa PME met un terme à ses activités.

Sur le blogue de l’organisme, on peut lire ce matin:

IDÉA était la seule boîte qui proposait de faire les choses différemment au Saguenay–Lac-Saint-Jean, la seule boîte de design industriel pour soutenir et développer les entreprises manufacturières par le développement de nouveaux produits novateurs. Le seul organisme qui assurait une mission de sensibilisation à l’innovation pour développer une région basée sur une économie créative dans le futur.

Nous voulions changer le paysage économique régional, mais il semble que l’ambition était finalement démesurée, puisque la volonté de changement que nous sommes parvenus à installer n’est pas assez forte, même aujourd’hui.

Sachez que j’offre du soutien aux entreprises manufacturières en tant de designer industriel et agent de projet marketing.

À mon avis, ce regard lucide que porte M. Romain Cunat est systématique des bouleversements qu’on causés la crise économique. Selon toutes réserves, il semblerait que les entreprises en design industriel du Québec, en particulier les bureaux de consultations (j’en ai visité plusieurs), soient durement affectés par ce marasme économique. Si il y a moins de travail, c’est parce que :

  • Les entreprises du Québec sont en majorité des PME qui n’ont ni le temps, ni l’argent, ni l’expertise pour enclencher des cessions de recherche et développement importantes et ainsi investir dans l’innovation et la créativité, alors qu’on reconnaît un peu partout dans le monde que l’innovation en industrie est source de grands profits;
  • Le design industriel est une profession peu connue au Québec comme dans le monde, malgré que ce soit un levier économique et que les efforts du designer ont pour impact l’accroissement des revenus en réduisant les coûts de production, de main d’œuvre et en augmentant le potentiel de vente;
  • Les structures de soutient (appelons ça filet de survie) sont pratiquement inconnus des jeunes entrepreneurs parce qu’on n’en fait pas assez la publicité dans les cégeps et université à mon sens;
  • La mondialisation entraîne son lot de changements et de nouvelles formes d’économies sont en train d’émerger : économie et écologie, vente sur Internet, production à courte série par des procédés nouveaux…
  • La concurrence est mondiale et la production en Chine est à faible coût.

De mon côté, je pense que les efforts du gouvernement pour exporter le talent et l’expertise québécoise est tout-à-fait nécessaire. Aussi, les nombreux voyages à l’étranger de Monsieur le premier ministre Jean Charest n’ont rien de provoquant, à mon avis. Ils sont absolument nécessaires. Et d’ailleurs, la visite du PM en Russie caractérise toute l’aventure et je vous invite à regarder ce reportage:

On entend qu’un entrepreneur, via ses contacts avec le PM, a été en mesure de créer une alliance en Russie, ce qui me fait dire: si vous êtes une entreprise manufacturière du Québec, tentez donc par tous les moyens de faire parti de ces voyages d’affaires en contactant immédiatement le Ministère du Développement économique, innovation et exportation (MDEIE)! Vous trouverez des informations pertinentes en posant les bonnes questions à ces professionnels du développement économique via un simple courriel.

De fait, le Québec et la Russie feraient des partenaires économiques intéressants dans la mesure où ils subissent les rigueurs d’un climat semblable. Du moins, c’est ce que m’inspirent les reportages à ce sujet qu’on fait Radio-Canada. D’un autre côté, on critique cette approche comme un manque de responsabilité, mais comme je ne suis pas un spécialiste de la question, je vais me résigner de commenter. En considérant seulement les manufactures, les producteurs et les exportateurs, c’est une action audacieuse et rentable que tous ces voyages.

C’est incroyable de remarquer à quel point les médias ont ignoré les entreprises qui ont profité de ces voyages sous prétexte, j’imagine, que ça ne profite pas au bien commun.

En conclusion, le positionnement des entreprises manufacturières au Québec se doit peut-être d’être à l’échelle mondiale. Si internet permet la distribution rapide des produits et la production pièce par pièce de produits personnalisés, je pense qu’il est temps de revoir la manière dont on conçoit, met en forme et distribue les produits fabriqués au Québec.

SOURCE:

Vous aimez? Commentez et partagez: Bookmark  and Share Saviez-vous que j’offre des services en design de produits et marketing promotionnel?

Vous avez ce genre d’idées originales?

Êtes-vous inventeur? Voici une liste d’éléments à prendre en considération selon les différentes étapes de votre travail:

  • Dès que vous avez une idée d’invention, notez-là avec la date et signez et placez-là en lieu sûr. Ensuite, fouillez tout ce qui existe qui pourrait ressembler de près ou de loin à ce que vous avez imaginé et tentez de distinguer votre produit sur le marché ciblé. Au Canada comme ailleurs dans le monde, les inventeurs se font voler leurs idées, mais dans le pire des cas, vous aurez tout de même une preuve papier que vous avez eu l’intelligence de penser à cette invention, même sans en avoir le brevet. Vous pourrez ainsi surfer sur le succès du voleur en disant que vous aviez imaginé la même chose ou aller en court avec ce minimum de preuves.
  • Votre idée est-elle notée? Avez-vous pensé à sa mise en marché? Ce n’est pas tout d’être inventeur. Pour profiter de ses inventions, il faut encore les vendre. Avez-vous estimé le succès commercial de votre invention?
  • Vous voulez mettre votre invention sur le marché? Avez-vous pensé à la produire de façon rentable afin d’en réduire les coûts de production? Avez-vous pensé faire appel à un designer de produits pour qu’il améliore votre invention et en fasse un produit commercial véritable? Êtes-vous entrepreneur sans le savoir?
  • Notez que le brevet n’est applicable que dans le pays où il est donné, à moins d’exception. Pour vos brevets, parlez à des agents de brevets comme le CRIQ. Un brevet peut coûter 3000$.
  • Votre invention est commercialisable, brevetée et ensuite…? Il suffit de réaliser un prototype et de contacter des salons d’expositions, des commerçants et des détaillants. Avez-vous une force de vente?
  • Et une fois que vous aurez vendu quelques produits, avez-vous pensé à la suite? Avez-vous bien géré vos dépenses? C’est la panique?

Je me confie à vous: je pense que la plupart des inventeurs ne comprennent absolument rien au design. Si vous voulez en avoir la preuve, visitez Google Patents (brevets pour inventions) . Je vous fais une autre confession: les inventeurs sont parfois capricieux au point de préférer leurs idées à celles d’experts. Si c’est votre cas, sachez que selon les spécialistes du CRIQ, de nombreux inventeurs dépensent des sommes considérables pour que leurs idées deviennent réalité sans même avoir pensé regarder sur Google Images si quelqu’un d’autre a déjà mis en marché ce dont ces inventeurs rêvent de réaliser. Si ce genre d’erreur majeure peut arriver en tout début de projet, lorsqu’il est temps de noter l’idée, imaginez le genre de problématiques que peuvent engendrer la mise en marché et la vente!

Maintenant que c’est dit, il serait intéressant que vous sachiez que les inventeurs ont du profit à tirer de faire appel à un designer de produits. Pourquoi? Parce que par définition, le designer de produits est l’expert de la conception de produits commerciaux, ce qui signifie qu’il a l’expérience et la compétence pour transformer une idée/une invention en un succès commercial dans la mesure où il travaille en collaboration avec des gens en production, marketing, vente, etc. afin de réaliser des profits et réduire les coûts de production.

Pour plus d’information, je vous invite à lire ou relire mes autres billets:

Image de marque et durabilité sur le marché

Pourquoi engager un designer industriel/designer de produits?

Comment créer de l’engouement dans un salon d’exposition?

Une voiture électrique en forme de pyramide

Les Vlogbrothers ou comment faire du profit avec un gag

Découvrez le design… Téléchargez le e-book Le Design tout simplement.

Matthiew E. May est mon gourou puisqu’il remet en vedette la notion d’élégance. Il démontre clairement comme l’innovation et le leadership mènent à des succès commerciaux.

De son côté, François Héon m’inspire. Il définit avec rigueur en quoi le leader provoque l’enthousiasme au sein de son équipe, la mobilise et l’amène à agir. Voir son vidéo: Leadership et Barack Obama.

Le leadership, à mon avis, est une habileté naturelle qu’on peut développer. Les grands leaders de ce monde me semblent tous avoir les mêmes caractéristiques: ils sont curieux de tout, d’eux-mêmes comme des autres, de l’économie et de la créativitédes activités communautaires comme des corporations, etc. Ils savent par expérience ou instinctivement vers quoi diriger leur attention. Leur intuition est forte.

Pour exploiter vos talents comme leader, je vous invite à lire ou relire mes billets:

Comment avoir un but commun?

Pas de panique

Qu’est-ce que la R&D et pourquoi en faire une priorité?

Le Québec est capable d’innover

Brainstorm mode d’emploi

Mes lectures préférées de 2009

Innovation naturelle

Un atelier pour arrêter de perdre temps et énergie

Don Norman, provoquer le succès avec l’émotion

Comment innover au Québec?

Vous aimez? Commentez et partagez: Bookmark  and Share Saviez-vous que j’offre des services en design de produits et marketing promotionnel?




  • Page Facebook

  • Contactez-moi

    Laurent Marcoux, consultant en design industriel

    Email: contrat.laurent(at)gmail.com
    Skype : laurent_marcoux

    Pour la prise de rendez-vous: Heure locale au Canada

    Réseaux sociaux:
    Facebook Facebook
     Google+
    Linked-In Linked-In
    Twitter Twitter

  • Le Design et l’écologie

    LE DESIGN ET L’ÉCOLOGIE est un essai qui vise à vulgariser les concepts généraux liés à l’éco-conception de manière simple et concise. Il s’agit d’une introduction à l’éco-conception qui inclut une liste de définitions, un constat de l’impact du design sur l’entreprise socialement responsable, la logistique, le cycle de vie, l’image de marque et les normes de développement, ainsi qu’une liste de sites Web à consulter. AUCUN REMBOURSEMENT. AUCUN ÉCHANGE. 11 pages.
  • Le Design tout simplement

    LE DESIGN TOUT SIMPLEMENT est un essai qui vise à répondre à quatre grandes questions relatives au design : Qu’est-ce que le design? À quoi sert le design? Qu’est-ce qu’un bon design? Comment travaille un designer?  Né à Québec en 1987, Laurent Marcoux est diplômé en technique de design industriel au cégep de Sainte-Foy (Québec, Canada). Consultant en design, recherche et développement, il est l’auteur d’un blogue : http://designer-entreprise.com.  Notes générales: Ce texte fait 31 pages. Aucun échange. Aucun remboursement.