Posts Tagged ‘Consommation’

J’écris présentement un livre sur le design, la consommation et les tendances qui sera de plus de 100 pages. Je vous invite à me contacter pour me suggérer des chapitres, sujets, articles…

J’ai écris deux ebooks sur le design: Le Design tout simplement et Le Design et l’écologie. En regardant le nombre de visites sur ce blogue (maintenant plus de 78 000 visiteurs uniques), j’ai remarqué que plusieurs internautes cherchaient à découvrir les avantages de la méthode propre au design. J’ai aussi constaté qu’on s’intéresse beaucoup à la recherche de tendances et au brainstorming. Par ailleurs, j’ai remarqué qu’il y avait peu de livres décrivant les bonnes pratiques d’entreprise, comme la veille commerciale appliquée au design de produits. Bref, j’écris pour partager les informations qui me semblent les plus pertinentes, par souci de faire la promotion du design, parce que j’aime les choses bien conçues.

En fait, je suis un amateur de ce qui est un système parfait, élégant et bien adapté. Je suis fasciné par l’esthétique.

Par ailleurs, il semble que le design est associé dans l’imaginaire populaire avec la décoration, mais c’est plutôt avec l’innovation qu’on devrait le considérer, puisque c’est innover qui est enseigné aux designers. Bref, innovation et design propulsent l’entreprise.

Si vous aimez ce billet, vous aimerez aussi:

Un mot sur la magie en publicité 

Je m’intéresse à la publicité parce que j’étudie les phénomènes de la consommation. Je suis persuadé après avoir lu Tendancologie de Ronan Chastelier, que l’aspect magique de certains produits (entendre ici leur aspect mythique, fantastique, inatégnable, vénéré) leur donne un statut supérieur et de la valeur. Donc, voici mon conseil aux entrepreneurs: faites que vos produits et services soient magiques, c’est-à-dire qu’ils aient une aura de mystère, une histoire, qu’ils deviennent légendaires. Comment s’y prendre? Cela dépend de votre produit ou service, mais une chose est certaine, il suffit de puiser dans l’imaginaire collectif et faire de la bonne publicité, intègre et respectueuse, qui ne prend pas les gens pour des imbéciles. 

Les superhéros du marketing

De nos jours, on veut du superhéros: un super garagiste, un super nettoyeur, un super plombier, un super geek, être de supers parents (supermom)… Regardez autour de vous, tous ces films de superhéros, il y a du superhéros dans l’air. 

Je m’intéresse aussi aux livres de toute sorte et j’écris par loisir. J’ai lu Watchmen d’Alan Moore, une bande-dessinées récompensée de nombreux prix, que j’ai découverte lors d’un cours en Bd qui m’a enseigné les méthodes de bases du graphisme. Cette Bd est d’une facture avant-gardiste et le texte est profond et intelligent, analyse à fond le besoin de superhéros qui est surtout un besoin de sécurité et de non-censure. Watchmen est une histoire complexe dans laquelle l’auteur critique entre-autre l’impact des médias dans la vie quotidienne, la présence médiatique des vedettes, la publicité et le marketing personnel (personal branding). Dans cette entrevue avec Alan Moore, l’auteur donne un point de vue original de la publicité, point de vue que je partage (à 2 min 15):  

(….) En ce moment, les gens qui utilisent le chamanisme et la magie pour former notre culture sont les publicitaires. (….) Leur chamanisme est utilisé comme un opium pour tranquiliser le peuple, les rendre manipulables. Avec leur boîte magique, la télévision, et avec leurs mots magiques, leur gingles, ils font que tout le monde dans le pays vont penser les mêmes mots et les mêmes pensées de bases tous au même moment. (….) 

Aussi, le film Watchmen (2009) n’est pas tout à fait représentatif de la Bd, mais voici qui vous donnera une idée de la qualité artistique de ce récit: 

SOURCES : 

Alan Moore: Art is Magic 

CHASTELIER, Ronan. Tendancologie: La fabrication du glamour, Organisation, Eyrolles, Paris, 2008, 208 pages. 

Vous aimez? Commentez et partagez: Bookmark  and Share Saviez-vous que j’offre des services en design de produits et marketing promotionnel?

Pour distinguer un produit ou service sur le marché de façon optimale, il faut qu’il soit facile à communiquer. Cette vidéo présente ce qu’est l’information, ce dont elle est composée et illustre que pour distinguer un produit, comme une tasse de café, il faut distinguer le message communiqué à propos de cette tasse: sa forme, sa couleur, ce qu’on en dit, comment on la reçoit, etc. Il en va de même pour distinguer un service. Ce qui facilite la communication du service, c’est ce qui le distingue des autres services.

Découvrez le design… Téléchargez le e-book Le Design tout simplement.

Maintenant que j’ai votre attention, on peut vendre toutes sortes de produits en utilisant le marketing viral, pas seulement des dessous sexy! (Oui, j’assume ce titre ridicule!)

Si j’étais fabricant de sous-vêtements…

Si j’étais fabricant de sous-vêtement, ou de n’importe quel type de produit d’ailleurs, j’étudirais la possibilité du marketing viral pour vendre mes produits. Des idées:

  • Mettre en scène son produit et demander aux autres de nous imiter
  • Multiplier les messages concernant la culture du produit et son évolution
  • Volontairement donner une image de désinvolture à notre produit en le caricaturant, le changeant de fonction ou en imaginant son utilisation par une personne en dehors de la culture dominante

J’analyserais la pertinence de créer ma propre secte de fans pour mon type de produit. Voici les trois caractéristiques d’une secte de produit:

  1. La secte invite à la désobéissance sans pour autant tomber dans l’excès ou l’illégalité
  2. La secte permet une liberté d’expression unique
  3. La secte est d’une durée limitée et vouée à disparaître sans l’appui de ses adeptes

Bien entendu, ce type de marketing ne sera pas approprié pour toutes les entreprises!

Le slip est sexy, donc vendeur sur le Web

Il m’arrive parfois de me surprendre de ce que les gens font sur Internet. Fait: beaucoup de gens se mettent en scène en slip dans des vidéos (Daft Bodies). Ils font cela pour le plaisir. C’est viral et vendeur de donner du sex-appeal à un produit et ça passe inaperçu dans un clip musical. Seule explication logique: ils aiment s’exhiber et avoir l’air cool.

Les gars:

Les filles:

Le slip est vénéré, donc vendeur sur le Web

Connaissez-vous l’Ordre du Slip Solaire? Probablement pas. Il s’agit d’une sous-culture basée sur Twitter qui vénère le slip (je n’invente même pas). C’est que je nomme une secte de produit. Cette initiative ridicule à laquelle participe @terminalose  (leur leader?) est représentative du genre de tendances étranges que le Web 2.0 fait naître. Pour comprendre leurs discussions franchement drôles, il suffit de tweeter:

Le slip est drôle, donc vendeur sur le Web

L’humour, c’est vendeur, surtout au Québec. Voir quelqu’un en slip, ça peut tourner au ridicule:

Vous avez déjà vu ces gens un peu étranges qui se filment et créer le buzz. On peut vendre des produits en les mettant en scène avec humour :

Le slip est contre-culturel, donc vendeur sur le Web

J’ai lu il y a quelques années un bouquin fort pertinent nommé Révolte consommée : le mythe de la contre-culture de Joseph Heath et Andrew Potter. Je le recommande à tous!

Dans ce bouquin, on apprend que les entreprises capitalistes ont systématiquement piquées les idées émergentes des contre-cultures à leur avantage afin de faire du profit. Pourquoi font-ils cela? Parce que ça fonctionne!

La grande majorité des modes sont le fruit du travail des jeunes qui ensuite achètent les produits qu’ils ont eux-même inspirés. Je nomme cela des « acheteurs de leur propre invention ». C’est systématique: de grandes marques vont puiser dans les lieux peu fréquentables pour trouver les nouveaux styles. Ils utilisent la publicité pour donner une image de glamour aux produits issus de cette démarche.

Vous aimez? Vous aimerez aussi…

Vous aimez? Commentez et partagez: Bookmark  and Share Saviez-vous que j’offre des services en design de produits et marketing promotionnel?

Design et conception d’objets de consommation: Contactez-moi

Pourquoi devriez-vous faire appel à moi? Pour…

  • Améliorer l’efficacité de votre équipe de travail et les moyens de production
  • Régler des problèmes techniques et de design
  • Réaliser une invention, améliorer ou développer un produit
  • Améliorer l’aspect séduisant et fonctionnel des produits
  • Réduire les coûts de production
  • Rejoindre les goûts des consommateurs difficiles
  • Battre la concurrence dans un marché
  • Assister la production (assistance technique)
  • Améliorer la créativité en entreprise

Comme pigiste, j’accompagne votre entreprise du début à la fin d’un projet. Le design de produit est une manière efficace de répondre aux besoins des consommateurs comme le prouve de nombreux spécialistes. Je suis diplômé en technique de design industriel.

  • Demandez une évluation gratuite de vos besoins
  • Voyez mon portfolio
  • Exemple de produit:
Laurent-Marcoux-lecteur-Mp3-Tonik
Laurent-Marcoux-lecteur-Mp3-Tonik

 

Le Boxing-day est une tradition du temps des fêtes qui consiste à magasiner à meilleur prix des articles en vente après Noël.

À mon avis, c’est aussi l’expression refoulée de plusieurs besoins. Mon analyse…

1) AVANT NOËL

Avant Noël, on achète des objets/produits pour « faire plaisir ». Si vous avez le moindrement du monde une connaissance de la psychologie du consommateur, vous serez d’accord avec moi: le produit est un outil matériel pour obtenir un résultat immatériel. Le livre Comportement du consommateur explique d’ailleurs comment des facteurs extérieurs et intérieurs motivent à l’achat.

Il existe aussi des moyens de répondre à la demande en créant des produits qui répondent très bien aux besoins universels de l’achat de cadeau. Selon moi, le produit acheté pour une fête comme Noël répond à quelques critères de base:

  • SYMBOLE: Le produit est une représentation symbolique de la personne qui va recevoir le produit. Par exemple, on donnera une poupée charmante à une fillette charmante, une poupée cool à une fillette cool, une poupée sportive à une fillette sportive.
  • SOCIÉTÉ: Le produit est une marque de reconnaissance dans la société. Par exemple, on donnera une montre Rolex, du parfum Dior, etc.
  • PULSION DE VIE: Le produit est un vecteur d’échange, de rencontre, de discussion et de rapprochement entre la personne qui reçoit le cadeau et la personne qui le donne. Par exemple, on donnera une boîte de chocolats, des vêtements confortables et séduisants, des billets de cinéma, des Cds et des jouets interactifs.
  • MÉMORISATION (à mon avis, un élément souvent sous-estimé par le marketing): L’objet devient un point d’encrage vers notre souvenir du moment durant lequel on a reçu un cadeau. Ce souvenir peut être très large: « Dans ce temps là, mon grand-père était en vie. » Ou très court: « Cette soirée-là, j’avais beaucoup aimé m’asseoir sur les genous de mon grand-père. » Par exemple, on se souviendra beaucoup plus des choses qui nous ont surpris, déçues, charmées ou transformées comme des produits de conivence. Le phénomène de l’épluche patate Willy Waller est d’ailleurs intimement lié à cela. Cette année là, en 2008: « C’était l’année du début des Têtes à Claques et on achetait un épluche patate en cadeau pour faire rire à Noël. »
  • COMMUNICATION: Le produit est un outil de communication, une marque d’attention qui a pour objectif de lier de façon positive le produit, la personne qui donne le produit et son intention à remplir correctement les demandes. Par exemple, on donnera le livre qui manquait à une collection.
  • INTIMITÉ: Le produit sert aussi à enclencher des processus d’éveil des désirs. C’est le cas, par exemple, d’une doudou donnée à un jeune enfant, d’un désabillé donné à sa conjointe, etc.
  • CONFLIT: Le produit peut servir à rétablir des liens affectifs brisés ou mettre fin à des conflits biens particuliers. Par exemple, on achètera une bague pour se faire pardonné un mauvais coup et en plus, on rajoutera un collier parce que c’est Noël et qu’il faut acheter pour démontrer la grandeur de son amour.
  • BESOIN REFOULÉ INCONSCIENT: Enfin, et c’est peut-être une analyse qui manque de preuve, je pense que l’objet comme tel est un « objet d’amour perdu ». Je m’explique: d’après un livre intitulé L’Objet d’amour perdu (dont je ne trouve malheureusement aucune trace sur le Web), on recherche dans le matériel des besoins immatériels refoulés. Il sera difficile de mesurer l’impact de produits ayant cet effet. Par exemple, on donnera le film Roméo et Juliette à une jeune adolescente et ce film éveillera chez elle le besoin inconscient d’être en amour « à la vie, à la mort ».

Il y a de quoi se demander si notre culture est capable de remplir ses besoins autrement que par le matériel.

2) BOXING-DAY

Lors du Boxing-day, et ça en est déstabilisant, on voit apparaître un mouvement parfois violent vers l’achat, ce qui laisse entendre que Noël est une Fête qui réveille les besoins frustrés de consommation que notre société entretient. Ces besoins, en fait, seraient plutôt des besoins naturels ayant pris la forme de besoins de consommation. Bref, on voit dans la folie du Boxing-day, une véritable névrose de groupe comme disait Jim Morrison.

En ce sens, d’autres critères s’appliquent aux produits pour les achats du boxing-day:

  • PRIX: Le prix devient un facteur important lors de la décision d’achat parce que le Boxing-day a pour objectif une réduction des prix.
  • IMPACT: Les produits ayant le plus d’impact sur les présentoires ou dans la société seront les plus recherchés.
  • FORCE: Les produits donnant le plus de puissance aux acheteurs (valeur ajoutée, fonctions innovatrices) seront les plus recherchés.

Pour comprendre le phénomène du Boxing-day, voyez :

À Lire: Kick The Shopping Habit! To Buy Or Not To Buy

MAJ:

Après observation, j’ajouterais que les produits sont aussi des moyens de renforcer l’ordre établi. D’ailleurs, j’ai vu cette afiche près d’une boutique de jeux-vidéos: « Une bonne raison de faire sa chambre. » N’est-ce pas ce qu’on dit aux jeunes: « Fais ta chambre et tu pourras jouer aux jeux-vidéos. »

SOURCE:

D’ASTOUS Alain, DAGHFOUS Naoufel, BALLOFFET Pierre et BOULAIRE Christelle, Comportement du consommateur, Montréal, Chenelière Éducation, 2ième édition, 2006, 510 p.




  • Page Facebook

  • Contactez-moi

    Laurent Marcoux, consultant en design industriel

    Email: contrat.laurent(at)gmail.com
    Skype : laurent_marcoux

    Pour la prise de rendez-vous: Heure locale au Canada

    Réseaux sociaux:
    Facebook Facebook
     Google+
    Linked-In Linked-In
    Twitter Twitter

  • Le Design et l’écologie

    LE DESIGN ET L’ÉCOLOGIE est un essai qui vise à vulgariser les concepts généraux liés à l’éco-conception de manière simple et concise. Il s’agit d’une introduction à l’éco-conception qui inclut une liste de définitions, un constat de l’impact du design sur l’entreprise socialement responsable, la logistique, le cycle de vie, l’image de marque et les normes de développement, ainsi qu’une liste de sites Web à consulter. AUCUN REMBOURSEMENT. AUCUN ÉCHANGE. 11 pages.
  • Le Design tout simplement

    LE DESIGN TOUT SIMPLEMENT est un essai qui vise à répondre à quatre grandes questions relatives au design : Qu’est-ce que le design? À quoi sert le design? Qu’est-ce qu’un bon design? Comment travaille un designer?  Né à Québec en 1987, Laurent Marcoux est diplômé en technique de design industriel au cégep de Sainte-Foy (Québec, Canada). Consultant en design, recherche et développement, il est l’auteur d’un blogue : http://designer-entreprise.com.  Notes générales: Ce texte fait 31 pages. Aucun échange. Aucun remboursement.