Posts Tagged ‘Cible’

Entreprendre dans l’inconnu, c’est le travail du directeur artistique, expert de ce type de travail s’il en est un, qui doit superviser une entreprise créative et coordonner des activités sans en connaître la finalité. Les entrepreneurs devraient s’intéresser davantage au travail créatif s’ils veulent innover. De fait, l’innovation est gage de succès lorsqu’elle est bien structurée lors d’une étape de recherche et développement et pour innover, on a besoin de travailler dans l’inconnu à certains moments.

S’il n’est pas rare de voir les gens les plus avantureux réussir en situation de crise, il n’est pas rare non plus de voir les gens les plus créatif traverser avec succès les phases d’inconnu et de confusion.

On sous-estime souvent le travail créatif parce qu’il n’est pas toujours concret. C’est bien connu, ce qu’on ne peut pas voir, sentir, toucher, entendre ou goûter, on le trouve sans intérêt et ce qu’on ne peut pas se procurer, c’est pire. C’est bien normal de ne pas apprécier quelque chose qui manque de structure ou qui n’est pas arrivé à son terme final. On consomme ce qui est consommable. En ce sens, je risque de perdre certains d’entre-vous en vous parlant aujourd’hui de la recherche d’inspiration et ceux qui resteront, et bien tant mieux pour vous parce qu’il s’agit d’un des secrets du succès d’une entreprise à l’écoute de ses clients.

S’il y a une étape du travail créatif qui est nébuleuse et désordonnée c’est bien celle de la recherche d’inspiration. Il n’y a ni forme, ni ordre, ni méthode traditionnelle. Chacun sa méthode. Voici la mienne:

  • Trouver les ancêtres
  • Se donner un objectif immatériel
  • Partir à la découverte
  • Trouver un filon
  • Recommencer jusqu’à atteindre les limites de l’échéancier

Je vais aussi noter le niveau de difficulté de chacune de ces étapes afin de vous inviter à ne pas les prendre à la légère.

Trouver les ancêtres

Niveau de difficulté faible.

Comme directeur artistique, on a généralement intérêt à connaître ce qui a déjà été créé avant nous dans le même domaine d’activité sur lequel on travail. C’est une partie de la recherche d’inspiration que de passer en revue les ancêtres (ceux qui ont fait ce que vous voulez faire avant vous). Je vais prendre pour exemple ma direction artistique pour le design d’une salle de musée, je vais tenter de trouver toutes les expositions sur ce thème et en analyser les points forts et les points faibles. On fait cela dans d’autres domaines d’activité, en marketing entre autre, et c’est souvent sous-estimé des PME que de s’inspirer des anciens pour améliorer leur entreprise. Vous voulez passer à l’action?

  • Quelles sont les entreprises/personnes qui occupaient dans le passé l’activité que vous pratiquez aujourd’hui?
  • Quelles sont les ancêtres qui ont fait le plus de profit et pourquoi?

Se donner un objectif immatériel

Niveau de difficulté très élevé. Cette phase de la recherche d’inspiration est loin d’être naturelle chez la majorité des gens et il ne suffit pas d’être créatif ou artistique pour la comprendre. La plupart des gens ne savent même pas quoi en penser et ne savent pas du tout la reconnaître. Les publicitaires le savent bien, ce n’est pas donné à tout le monde de donner du sens à quelque chose et en augmenter la valeur perçue. Consultez-moi avant de faire n’importe quoi.

Il s’agit de l’étape la plus difficile et la plus déstabilisant. Pour trouver les objectifs immatériels, il faut comprendre intuitivement, sincèrement la raison d’être de ce qu’on fait. Bon… si cela sonne étrange, c’est bien normal parce que c’est l’étape du travail qui demande le plus de flexibilité, d’élasticité du cerveau, de lâcher prise. Quand je parle d’objectif immatériel, je ne parle pas de mission d’entreprise ou de faire du profit, attirer l’attention ou même rendre heureux. Je parle de trouver la raison d’être de ce que vous faîtes dans l’évolution de la vie, dans ce film qu’est la vie.

Si vous vendez des souliers, vous ne vendez pas que des souliers. Vous vendez la possibilité de marcher, de se déplacer. En fait, vous vendez du mouvement, du nomadisme, de la liberté. Vous donnez un moyen de transport naturel à quelqu’un qui, autrement, serait prisonnier de son anatomie. Vous changez le corps humain en un moyen de transport… Vous voyez le portrait?

Supposons que vous faîtes cette recherche d’inspiration comme moi pour un musée, vous aurez ensuite avantage à définir votre recherche en résumant les principaux objectifs immatériels de votre exposition. Par exemple, l’objectif immatériel d’une exposition sur l’espace, c’est de faire prendre conscience de l’idée que chaque humain influence le reste de l’univers et que chaque partie de l’univers est en symbiose, que si je pense ici, peut-être que cela a un effet là-bas, que chaque chose que je fais peut changer le monde, même si je ne le veux pas, que j’ai du pouvoir sur l’univers simplement parce que j’existe… Il y a, vous comprendrez, un aspect hautement spirituel à  de réaliser une exposition sur l’espace.

Pour cela, vous pouvez vous imaginer dans le film La Matrice.

Vous êtes une partie de l’univers, une illusion. Cette illusion a un objectif, mais elle cache quelque chose. Ce quelque chose est un mystère, le votre, celui de votre raison d’être.

  • Qu’est-ce qui s’agglutine au concept de ce que vous faîtes?
  • Qu’est-ce qui colle parfaitement à ce que vous entreprenez?
  • Quelle est le pourquoi du comment?
  • Quelle est la racine inconsciente, le code, le programme de ce que vous faîtes?
  • En quoi ce que vous faîtes crée des connexions fortes dans le cerveau?

Partir à la découverte

Niveau de difficulté moyen.

Maintenant, faîtes ce que vous voulez. Partez à la découverte. Collectez les flash, les idées spontanées, les images fortes. Pour mon travail sur l’exposition, ça ressemble à ceci (très court résumé de la recherche):

Trouver un filon

Niveau de difficulté moyen.

Vous verrez lentement apparaître des liens entre ce que vous trouvez et ce que vos ancêtres ont fait. Suivez ce filon.

Recommencer jusqu’à atteindre les limites de l’échéancier

Niveau de difficulté moyen.

Compilez les idées, ne perdez rien, classez le tout et recommencez jusqu’à ne plus avoir de temps.

Vous aimez? Commentez et partagez: Bookmark  and Share Saviez-vous que j’offre des services en design de produits et marketing promotionnel?

Publicités

Démarrer une entreprise: Contactez-moi

J’offre aux entrepreneurs de les accompagner du début à la fin du développement de leur entreprise. Entreprendre avec succès demande une méthode. Vous trouverez ici les étapes à suivre pour passer de l’idée de départ à la mise en marché d’un produit ou service.

1. Rêvez à un monde meilleur    

2. Gérez bien votre argent    

3. Travaillez en équipe    

4. Devenez plus productif au travail    

5. Trouvez un but    

6. Trouver des partenaires et faîtes du réseautage 

7. Faîtes un brainstorm    

8. Développez vos idées    

Recherche et développement  

Invention  

Conception  

9. Devenez le meilleur  

Compétition sur le marché   

Service à la clientèle   

Développement de produit novateur   

Stratégie de croissance   

Enrichissement personnel  



À moins que vous soyez ailleurs qu’au Québec, vous pensez sans doute à votre déclaration d’impôts à ce temps de l’année. Si non, il serait peut-être temps d’y penser, non? Pour moi, c’est bientôt l’heure de planifier mon budget. Que vous soyez entrepreneur, travailleur autonome, célibataire, divorcé, en couple, acheteur compulsif, collectionneur de bébelles inutiles, fan du Dolorama ou des friperies, tout le monde à avantage à planifier ses dépenses. Cet atelier à pour but de vous donner une procédure afin de déterminer quoi acheter et quand le faire.

Pourquoi économiser?

Le calcul est simple à faire. Imaginez que vous dépensez depuis 1 an 1$ par jour. Ça fait 365$ à la fin de l’année… parce que 1$ X 365 jours = 365$/an. Et oui, c’est 365$ dont vous ne profiterai pas pour vous procurer quelque chose ayant plus de valeur et qui pourrait éventuellement être vendu par la suite, comme un appareil électronique, une bicyclette, un bureau de travail, etc. Et avec 365$, on peut se payer un luxe, un cadeau, des jouets pour les enfants, ou mieux encore économiser et s’assurer à long terme d’un coussin financier. En deux ans, c’est 365$ X 2 = 730$. En mettant ce montant à la banque dans un compte épargne à terme, on peut acquérir des intérêts et l’argent s’accumule toute seule.

Cet atelier est conçu pour répondre aux besoins des gens qui n’ont jamais su ordonner leurs achats, mais il sera utile à vraiment tout le monde. Vous allez voir pourquoi.

Première étape de l’atelier budget :

D’abord, nous allons identifier vos besoins et leur urgence. Procurez-vous un ordinateur et ouvrez un fichier Excel. Créez une feuille Excel dans laquelle vous écrirez ce qui vous empêche de bien fonctionner dans la vie. (Personnellement, cette feuille se nomme : « Liste des choses inutiles de ce monde », mais je vous invite à trouver d’autres titres qui défoulent comme :

  • Au secours, je vais péter ma coche!
  • Sauvez-moi quelqu’un!
  • Si je n’ai pas ça je meurs!

Puis, reproduisez le tableau suivant en écrivant sur la première ligne, dans cet ordre:

  • A : Éléments négatifs
  • B : Désagrément
  • C : Fréquence
  • D : Niveau de risque
  • E : Méthode
  • F : Objectif
  • G : Résultat sur 10

 Tableau à copier:

Optionnel : vous pouvez sélectionner la ligne 1 et la figer (Affichage – figer les volets).

 

Assurez-vous que la colonne B X C = D. Pour ce faire, si vous n’êtes pas passé maître d’Excel, faîtes ceci :

  1. Cliquer sur le carré D2
  2. Écrivez exactement ceci (incluant le = et le *): =B48*C48
  3. Tapez sur Entrer

Maintenant, écrivez une en dessous de l’autre dans la colonne A, sous « Éléments négatifs », toutes les éléments négatifs que vous vivez au quotidien. Séparez chacun des idioties, sans n’en oublier aucune. Voici des exemples d’éléments négatifs qui concernent le monde du travail dans un atelier, mais on pourrait associer cette procédure à la vie de famille :

  • A2 : Perdre et chercher son marteau quand on doit s’en servir
  • A3 : Avoir très chaud en été dans le local
  • A4 : Être malpropre en revenant de l’atelier

Maintenant, évaluez chacun des éléments négatifs en vous fiant à cette règle :

  • Dans la colonne B, écrivez un chiffre de 1 à 4, 1 étant le désagrément le plus faible et 4 le plus élevé.
  • Dans la colonne C, écrivez un chiffre de 1 à 4, 1 étant la fréquence la plus faible et 4 la plus élevé.

Bien entendu, ce qui vous semble le plus désagréable obtiendra une note plus élevé. De même, l’élément négatif qui revient le plus souvent dans votre vie aura aussi une note plus élevé. Il sera donc possible de déterminer ce qui doit être réglé en premier en fonction du calcul désagrément multiplié par fréquence égale niveau de risque. Le niveau de risque montre à quel point ce besoin de régler ce problème est urgent ou non. Le niveau de risque se situe au maximum à 16. Il va sans dire qu’un élément négatif ayant la note 16 devrait être réglé en priorité sur un élément négatif ayant une note de 12 et ainsi de suite.

Pour régler ces problèmes, vous allez écrire dans la colonne E intitulée « Méthode » les procédures à suivre pour régler ces problèmes. Dans le cas de la ligne 2, «Perdre et chercher son marteau quand on doit s’en servir », la méthode sera de toujours remettre le marteau à sa place dans un étuis bien visible dans l’atelier. Dans la colonne F, « Objectif », notez les éléments clés de cette méthode, comme les choses à acheter, à se procurer ou à transformer. Par exemple : « Un étui en plastique avec couvercle sur lequel il est écrit le mot Marteau ». Une fois que vous vous aurez atteint vos objectifs, vous pourrez les évalués et déterminer si votre solution a été efficace en écrivant un pointage sur 10 dans la colonne G.

Deuxième étape :

Ouvrez maintenant un fichier Word que vous nommerez « Liste d’achats ». Assurez-vous d’ordonner titre 1, titre 2 et titre 3 avec une numérotation de ce genre :

1. Titre 1

      1.1 Titre 2

          1.1.1 Titre 3

 

Une fois que cela est fait, écrivez ceci :

1. Urgent

  1.1 Niveau de risque 16

  1.2 Niveau de risque 12

  1.3 Niveau de risque 9

  1.4 Niveau de risque 8

2. Pas urgent 

  2.1 Niveau de risque 6

  2.2 Niveau de risque 4

  2.3 Niveau de risque 2

3. À acheter un jour peut-être

Sous chacun de ces titres, vous ferai un copié-collé des objectifs obtenus dans le fichier Excel en les classant selon leur niveau de risque. Si la ligne «Perdre et chercher son marteau quand on doit s’en servir » indique un niveau de risque de 16, l’objectif de cette ligne sera en tête de liste.

 Fichier word à reproduire:

 

Pour conclure, vous aurez donc une liste allant de l’objectif le plus important, jusqu’à l’objectif le moins important. En n’achetant que les éléments les plus importants, vous éviterai ainsi de remplir des objectifs superficiels et de dépenser inutilement.

Imaginez si vous pouviez être aussi heureux au travail que dans les moments où vous êtes le plus spontanné et libre?

Cet atelier sert à:

  1. Révéler le plein potentiel des individus
  2. Organiser un environnement sain favorisant le bien-être
  3. Organiser un environnement dans lequel chaque individu est performant à son maximum

Il est très probable que vous soyez sceptique à mon approche et c’est bien ainsi. Comme vous verrez, c’est un comportement tout à fait normal dans notre culture d’être sceptique des gens qui parlent de la créativité. Pour commencer cet atelier, je vous invite seulement à être centré sur votre perception de votre vie en général, ce qui inclut vos temps de travail, de repos, de sociabilité, etc.

Si vous êtes intéressé à mettre en pratique cet atelier dans votre équipe, je vous propose de vous placer dans une position d’ouverture d’esprit et d’être spontanné quand vous donnez cet atelier. Bref, soyez LIBRE et demandez à ceux qui vous entourent d’être LIBRE aussi! Acceptez les questions spontannées et les remarques, elles sont essentielles au bon déroulement de l’atelier.

D’abord, il faut démystifier la créativité. Créer c’est:

  1. Transformer
  2. Concevoir
  3. Imaginer

En d’autres mots, tout le monde peur créer. C’est accessible à tous. Par contre, certaines personnes ont un niveau de créativité supérieur. Ce que cet atelier révèle, c’est à quel point chacun de nous est créatif au quotidien sans s’en rendre compte.

Voici un schéma qui représente le cerveau vu de face. L’hémisphère gauche est lié au Rationnel (R) et le cerveau droit est lié à l’Émotionnel (E):

Votre cerveau!

Ces deux hémisphères (gauche et droit) sont liés par des connexions et ils échangent des informations. L’école et le travail sont des milieux de vie rationnels et ils sont les milieux de vie dans lesquels on consacre généralement le plus de son temps à l’état d’éveil. Le côté rationnel/ordonné/structuré, c’est ce qu’on valorise le plus du détriment du côté émotionnel/désordonné/spontanné. Par conséquent, le côté E du cerveau est souvent moins demandé et par définition, frustré par l’environnement. Par expérience, je dirais que 90% des gens ont une créativité frustrée en raison de leur dévalorisation du côté émotionnel de leur cerveau. Comme les interractions entres les deux hémisphères du cerveau sont directement liés à la rapidité et l’élégance avec laquelle le cerveau fonctionne, plus on renforce les connexions entre hémisphère gauche et hémisphère droit, plus on fait de son cerveau un outil performant.

Certaines personnes sont naturellement plus Rationnelles et d’autres sont plus Émotionnelles. Comme chaque être humain est différent, il n’existe pas de modèle parfait d’équilibre Rationnel/Émotionnel.

Je vous présente donc un atelier qui vous permettra d’augmenter votre productivité au travail en utilisant vos forces naturelles qui s’expriment dans les moments où vous êtes le plus créatif parce que c’est durant ces moments que vous utilisez le plus votre cerveau droit, Émotionnel, cette partie de vous peu stimulée par notre société. Commençons l’aventure!

1) REPÉREZ TROIS MOMENTS

Je vous demande de repérer trois moments de votre quotidien, peu importe l’endroit ou la durée, dans lequel vous vous sentez parfaitement libre, spontanné et dans lequel les idées vous viennent tout naturellement, sans difficulté. Généralement, on trouvera des activités dans ces domaines:

  • Choisir ses vêtements et ses accessoires de mode
  • Faire un sport très actif
  • Jouer aux jeux-vidéos
  • Regarder la télévision
  • Écouter la radio
  • Faire de blagues entre amis
  • Décorer sa chambre
  • Se maquiller
  • Prendre un bain
  • Chanter sous la douche
  • Dessiner, peindre, écrire
  • Lire le journal
  • Prendre soin d’une collection

Ne vous limitez surtout pas à cette liste. Il faut que ce soit seulement les trois activités les plus importantes dans votre vie. Si vous avez plus de trois activités en tête, écrivez-les et soulignez (sans trop penser) les trois activités que vous feriez le plus vite si vous étiez sans contraintes sur une île déserte. En somme, choisissez trois activités qui correspondent aux moments durant lesquels personne n’a besoin de vous dire quoi faire pour que vous fassiez quelque chose par pur plaisir de le faire.

2) LE DIAGNOSTIC

Vous allez remarquer que ces trois activités vont révéler votre profil comme personne créative. En d’autres mots, si je voulais vous connaître en totalité, je ne pourrais passer à côté de votre plaisir à faire ses trois choses par vous-même en suivant vos élans. Tentez de donner un titre à votre personnalité créative en trouvant ce qui unie chacune de ces trois activités. Comme tout le monde est différent, aucun diagnostic ne devrait être exactement pareil.

EXMEPLES:

Julie ne peut se passer de:

  1. Jouer au cartes avec sa grand-mère
  2. Parlez à quelqu’un au téléphone
  3. Écouter un talk-show de fin de soirée qui la fait rire
  4. DIAGNOSTIC: Accro de la parole

Robert a absolument besoin de:

  1. Bricoler dans son garage
  2. Regarder un film de superhéros avec ses enfants
  3. Organiser un Barbecue à sa maison
  4. DIAGNOSTIC: Faire des activités qui valorisent la masculinité

Marie ne peut vivre sans:

  1. Voir son chum jouer au hockey
  2. Faire une soirée cocktail avec ses amies de filles
  3. Lire une biographie de personnage célèbre
  4. DIAGNOSTIC: Se sentir en contact avec des gens passionnants

Paul devient fou s’il ne peut pas:

  1. Se donner au moins une heure par semaine pour regarder la télévision
  2. Faire du clavardage avec des inconnus
  3. Jouer dans un Grandeur Nature de Donjon et Dragons
  4. DIAGNOSTIC: Découvrir des univers différents à chaque semaine

Votre profil créatif, c’est votre manière d’aborder le monde. En ce sens, les gens qui agiront de façon contraire à votre profil créatif vous sembleront détestables. Elles seront peut-être même vos ennemis.

Pour Julie, l’ennemi sera une personne qui déteste parler aux autres.

Pour Robert, l’ennemi sera une personne incapable de respecter les hommes.

Pour Marie, l’ennemi sera une personne qui s’isole toujours des autres.

Pour Paul, l’ennemi sera quelqu’un qui refuse catégoriquement de sortir de ses habitudes de temps en temps.

3) POURQUOI?

Une fois que vous avez ciblé vos trois activités et votre diagnostic, tentez de savoir pourquoi ces trois activités vous font tant de bien. Est-ce parce qu’elles vous permettent de parler à des amis, de manipuler des objets, de vous sentir confortable…?

Notez tout ce qui vous vient à l’esprit pour chacune des trois activités créatrice ciblée.

4) LE PERSONNAGE

Une fois terminé, il est temps de cibler les éléments clés qui font que votre environnement permet ces activités créatrices. Donc, au centre d’une feuille standard de papier, dessinez un bonhomme alumettes. Ce bonhomme, c’est vous.

 

Tout autour de votre bonhomme alumettes, écrivez des mots clés  qui représentent les éléments essentiels à ce que vos activités aient lieu. Il s’agit des contraintes que vous avez pour vous accomplir comme personne créative.

EXMEPLE:

Pour Julie:

  • Jeu simple
  • Moyen de communication
  • Personne qui écoute
  • Amis
  • Divertissement
  • Être assise confortablement
  • Être dans une pièce silencieuse
  • Des Blagues
  • Une lumière tamisée

 Ensuite, soulignez les trois éléments les plus essentiels à vos activités créatives.

Exemple pour Julie

5) ANALYSE

Il est temps de voir en quoi ces critères sont complètement essentiels à votre bon fonctionnement dans la vie. Si vous avez fait cet excercice de façon sérieuse, vous avez découvert que les critères s’appliquant à la base à votre bonheur dans vos activités créatrices sont les mêmes qui s’appliquent à augmenter votre productivité dans les moments moins créatifs.

EXEMPLE:

Selon son dessin, Julie est une personne qui a absolument besoin d’être dans une pièce où elle n’entend pas de bruits de fond désagréable. Elle détestera travailler dans une usine pleine de bruits, mais sera vraiment productive si elle se trouve dans un bureau avec deux ou trois collègues. Julie veut aussi participer à des jeux (lire activités) simples. Elle détestera faire l’assemblage de véhicules complexes, mais aura beaucoup d’aisance à manipuler une pile de dossiers. Enfin, Julie a profondément besoin de moyens de communication. On la sentira moins productive sans son téléphone cellulaire et son accès à ses courriels et elle sera une personne beaucoup plus sympathique si on lui parle de temps en temps au lieu de la laisser travailler dans son coin toute seule. Comme Julie est accro à la parole, elle devrait être productive pour un travail de communication verbale.

5) EST-CE PRÉSENT DANS VOTRE VIE?

Maintenant, posez-vous la question: est-ce que les trois éléments que j’ai souligné sur ma feuille avec le bonhomme alumettes sont présents dans ma vie? Sont-ils présent dans mon environnement de travail, à la maison…? Comment puis-je faire pour que ces éléments soient plus présents dans ma vie?

Consultez vos amis et collègues. Parlez-en en groupe suite à l’atelier et assurez-vous de placer la feuille de papier avec votre bonhomme alumettes près de votre lit ou à un endroit très visible dans votre maison afin de le voir à chaque jour et vous rapeller ce qui doit être amélioré dans votre quotidien pour que vous soyez plus productif dans chaque sphère de votre vie.

NOTE:

Pour votre information, le bonhomme alumettes est une des seule chose qu’on associe tous instinctivement à la création dans une culture qui tend à associer créativité et enfance. Ce symbole est directement connecté à votre imaginaire et c’est un outil extraordinaire pour vous rappeler que vous êtes aussi une personne capable de créer votre environnement pour qu’il réponde à vos besoins. Dans une impasse, pensez à vous dessiner sous la forme d’un bonhomme alumettes et d’écrire autour de vous les critères de base de votre environnement créatif. Ces critères peuvent changer au cours d’une vie, bien entendu!

Comme je l’ai déjà mentionné dans ce billet sur les inventeurs, je considère qu’il existe des fonctions différentes dans chaque hémisphère du cerveau. C’est une dualité.

 

Vous aimez? Commentez et partagez: Bookmark and Share Saviez-vous que j’offre des services en design de produits et marketing promotionnel?

« Kamehameha! » Voilà une phrase clé de mon enfance. Dans DragonBall, série culte, un personnage attaque son ennemi en concentrant son énergie avant de la relâcher. Pour moi, c’est la méthaphore parfaite de la pensée positive. C’est que la pensée positive peut aussi servir à l’attaque, pas seulement à la défense.

La pensée positive, c’est parfois une drôle d’affaire, mais que j’apprécie. J’avoue que je pratique moi-même une forme de pensée positive et comme cela me mène souvent à me questionner, j’ai pensé vous présenter ce qui me semble être la suite logique à suivre quand on veut atteindre un objectif et être équilibré.

Durant mes recherches sur les moyens d’améliorer ma créativité et ma productivité, je suis tombé sur ces deux schémas qui représentent les éléments à prendre en considération :

Schema

J’ai donc appris à mes risques et périls qu’il faut suivre cette logique toute simple pour retrouver sa route après avoir rencontré un obstacle:

  1. Voir ce qui est un obstacle
  2. Intégrer/assimiler l’information nécessaire
  3. Se transformer et évoluer en fonction des nouveaux changements
  4. Utiliser les informations et l’énergie accumulée pour devenir plus fort
  5. Agir en fonction de son objectif à l’aide d’un échéancier bien défini

 

Bookmark and Share

Comment fait-on pour qu’une équipe suive un but commun? comparez votre équipe à une équipe de sport ou à l’armée. De quoi sont composées ces équipes:

  • Coach ou leader positif (il est généralement représentatif de l’esprit de l’équipe au complet);
  • Conseillers ou experts ou aides;
  • Membres de l’équipe.

D’abord, il faut avoir un objectif général et ceci dépend des motivations d’un leader ou d’une personne capable de bien résumer les idées du groupe. Bref, l’objectif dépend de la culture (il est important de noter que chaque groupe a sa propre sous-culture). Dans un groupe d’amateurs de sports, l’objectif général sera de faire partager un passion pour le sport par exemple, mais pas n’importe comment et le but commun sera de véhiculer la passion du sport aux jeunes grâce à des activités sportives variées.

Un poste doit être assigné (ou voté) pour la personne ayant la fonction de leader positif. À ce sujet, rapellons que l’expérience prouve qu’il est difficile et malaisant de choisir un chef et que le chef idéal est un genre de chef d’orchestre (selon François Héon, psychologue). Souvent, la personne ayant le plus de charisme, d’expérience, de talent et de jugement sera le leader positif.

Le leader doit décrire la culture de l’équipe de manière à ce que l’objectif général soit cohérent avec la culture du groupe. Pour se faire il va prendre en compte:

  • Les désirs communs à tous
  • Les motivations communes à tous
  • Les capacités communes à tous
  • Les contraintes communes à tous
  • Les valeurs communes à tous
  • Les actions et responsabilités communes à tous
  • Les croyances communes à tous
  • Les règles communes à tous, etc.

Il utilisera sans doute un système pour noter les idées des membres du groupe à moins qu’il ne fasse lui-même la description de l’objectif en se référant à des experts ou à ses propres motivations. Je propose d’ailleurs le brainstorm et la Cible comme système idéal de mise en forme de l’objectif. Le leader doit bien prendre en compte les désirs des membres, mais il doit aussi savoir ramener le groupe à l’ordre en cas de dérive.

À mon humble avis, il existe deux solutions principales pour trouver un but commun à un groupe une fois que l’étape de la Cible est passée.

1) CE QU’ON FAIT DÉJÀ, MAIS MIEUX

Voici un truc pour trouver son but commun. C’est terriblement simple, mais aussi terriblement efficace: faire ce qu’on fait déjà, mais mieux. Prenez une feuille de papier et un crayon. Vous êtes leader. Tracez une ligne au centre de la feuille et d’un côté écrivez « Pour » et de l’autre « Contre ». Écrivez tout ce qui vous passe par la tête comme projet avec votre équipe. Si vous n’avez pas d’idées: faîtes une session de brainstorming.

Dans la section « Pour », vous mettez tout ce que vous êtes déjà capable de faire selon ces contraintes:

  • Être capable de faire la première action dès demain et que ça soit un succès
  • Répondre à vos contraintes: budget, temps, énergie, contact et matériel
  • Présenter le moins de problèmes à la source (exemple: marché en déclin)
  • Présenter le moins de problème à court, moyen et long terme
  • Respecter vos valeurs comme groupe
  • Respecter votre marque comme groupe
  • Respecter chaque capacités des individus du groupe (exemple: nombre d’heures de travail raisonnables)
  • Correspondre à la personnalité et aux motivations d’un vrai leader positif et donc correspondre à la culture du groupe dont il est un représentant
  • Être rentable dans le court terme et nécessiter un minimum d’investissement. Idéalement, utiliser vos passifs, soit les choses que vous possédez et qui ne vous rapporte pas de profit et les transformer en actifs, soit ce qui va vous rapporter des prodfits (exemple: une voiture (passif) pourrait être utilisée par un représentant qui vendrait vos produits(actif)) (selon Marc Fisher, auteur du livre Le Millionnaire paresseux)

Vous aurez donc une liste de projets qui correspondent à vos objectifs de groupe et vos capacités de groupe dans la section « Pour ». Une fois cette opération terminée, si vous êtes satisfait, ordonnez ces projets par ordre de priorité, c’est-à-dire en fonction de la correspondance des projets avec votre objectif. Si vous êtes loin de votre objectif, choisissez les projets qui vous donnent une porte d’entrée impresionnante vers votre objectif ultime. Par exemple, une équipe de hockey amateure visera d’abord à fare un premier match « test » devant public avant d’être acceptée par l’association des équipes amateurs de hockey et faire une compétition devant public. Si vous avez de la difficulté à organiser vos priorités, imaginez que vous soyez incapable de faire tous ces projets sauf un, ce serait lequel? Quel serait la première étape à ce projet? (Lire S’organiser pour Réussir : Getting Things Done (méthode GTD) de David Allen au besoin)

Dans la section « Contre » sur votre feuille, vous trouverez des bonnes idées, mais qui ne correspondent tout simplement pas à vos capacités et à votre objectif du moment. Si ces idées ont du potentiel, mais que vous êtes incapable de les faire, passez à « Ce qui est en demande ».

2) CE QUI EST EN DEMANDE

En général, et il me semble que c’est logique, la demande, le besoin, est générateur du but commun. Par contre, quand il y a une demande, il faut valider cette demande. Voici donc la suite chronologique des étapes à suivre:

  1. Si ce n’est déjà fait, décrivez votre objectif commun et mettez-le à la vue de tous
  2. Si ce n’est déjà fait, décrivez vos valeurs communes et mettez-les à la vue de tous
  3. Si ce n’est déjà fait, décrivez votre marque et mettez-la à la vue de tous
  4. Décrivez votre but commun comme étant 100% cohérent avec ce qui est en demande
  5. Une fois que cela est fait, vous pouvez déléguer des tâches et former des sou-groupes ou vous allier avec des groupes supérieurs afin de vous rapprocher de votre objectif commun en respectant votre équipe
  6. Votre but commun devra répondre alors aux contraintes du marché
  7. Pour se faire, il faudra :
  • Inspecter, noter et faire l’inventaire des choses connues
  • Prendre des décision d’affaire
  • Organiser et structurer votre équipe
  • Faire des bilans (1 bilan par semaine), trouver et parler à des experts
  • Faire quelque chose comme un prototype et des tests
  • Faire le ménage et acquérir (matériel, ressources, outils, logiciels)
  • Traiter l’information selon son intérêt (importance)
  • Créer un système de trie et structurer
  • Prendre du recul et ordonner les actions
  • Écrire un échéancier et agir

Ainsi, vous aurez une suite d’actions à poser et la première action à poser, celle qui vous dirigera le plus efficacement vers votre objectif général, c’est votre but commun.

M. Guy Belletête, expert en gestion de l’innovation au Québec, souligne dans sa conférence à l’Université de Montréal que les pratiques de bonne gestion et le bon esprit d’équipe sont favorables, pour ne pas dire essentielles, au développement de produits innovateurs.

1) PRATIQUES DE BONNE GESTION

Voici 3 bonnes pratiques pour la gestion:

  1. Être capable de créer des idées (bonnes idées et mise en marché)
  2. Exploiter l’innovation – transformer en profit et croissance
  3. Important – bâtir les conditions de l’innovation qui varient beaucoup selon les domaines d’activité

Vous êtes dans le pétrin? Lisez le livre Unstuck: A tool for Yourself, Your Team , and Your World de Keith Yamashita

2) PRATIQUES DE BON ESPRIT D’ÉQUIPE

Vous avez une équipe? Savez-vous:

>MAJ

Il est intéressant de noter que la majorité des entreprises du Québec sont des PME et qu’en raison de la taille et donc du nombre de leurs employés, les tâches administratives peuvent devenir un frein à l’innovation. En conséquence, je vous conseille d’adopter volontairement des systèmes administratifs très efficaces et moins demandant si votre entreprise se définit selon ces critères:

  • Surplus de travail dû à la gestion
  • Nombre d’heures de travail du patron en hausse
  • Domaine d’activité en lien direct avec l’innovation: santé, technologie, aérospatiale
  • Domaine d’activité où la demande est vite satisfaite: mode, sports, alimentation de masse
  • Si votre capacité à produire est plus importante que votre capacité à obtenir des produits performants, de qualité et innovateurs

Récemment, j’ai découvert qu’il suffisait parfois de dessiner, de chercher des images sur Internet et de coller des post-it sur une cible pour se sortir d’une impasse.

JAUNE:

Trouvez votre objectif ultime, placez le au centre d’une mire. Cet objectif doit prendre en compte tous les aspects de votre vie ou de votre projet.

ROUGE:

Tout autour, placez des images et des mots-clés, ce sont les moyens d’atteindre votre objectif. Choisissez des icônes, des gens que vous admirez et des symboles de succès liés à votre objectif.

BLEU:

Placez ici les points d’interrogation. Vous verrez assez vite que vous savez ce que vous ne savez pas. Mettez-vous à chercher comment remplir les trous.

NOIR:

Ici, placez des images qui évoquent beaucoup d’émotion et de concepts. Liées les images entres-elles afin de créer des liens entre vos idées.

BLANC:

Sur le contour extérieur de la mire, c’est votre porte d’entrée: vos passions, vos intérêts, vos talents, votre expérience, vos moyens, etc.

 
Bookmark and Share



  • Page Facebook

  • Contactez-moi

    Laurent Marcoux, consultant en design industriel

    Email: contrat.laurent(at)gmail.com
    Skype : laurent_marcoux

    Pour la prise de rendez-vous: Heure locale au Canada

    Réseaux sociaux:
    Facebook Facebook
     Google+
    Linked-In Linked-In
    Twitter Twitter

  • Le Design et l’écologie

    LE DESIGN ET L’ÉCOLOGIE est un essai qui vise à vulgariser les concepts généraux liés à l’éco-conception de manière simple et concise. Il s’agit d’une introduction à l’éco-conception qui inclut une liste de définitions, un constat de l’impact du design sur l’entreprise socialement responsable, la logistique, le cycle de vie, l’image de marque et les normes de développement, ainsi qu’une liste de sites Web à consulter. AUCUN REMBOURSEMENT. AUCUN ÉCHANGE. 11 pages.
  • Le Design tout simplement

    LE DESIGN TOUT SIMPLEMENT est un essai qui vise à répondre à quatre grandes questions relatives au design : Qu’est-ce que le design? À quoi sert le design? Qu’est-ce qu’un bon design? Comment travaille un designer?  Né à Québec en 1987, Laurent Marcoux est diplômé en technique de design industriel au cégep de Sainte-Foy (Québec, Canada). Consultant en design, recherche et développement, il est l’auteur d’un blogue : http://designer-entreprise.com.  Notes générales: Ce texte fait 31 pages. Aucun échange. Aucun remboursement.