Archive for the ‘Design : Invention, inventeur, inventer, brevets’ Category

Cette semaine, j’ai fait un Facepalm. Cette semaine, j’ai eu un déclic mental. J’ai compris que pour arriver à mettre en marché les produits que j’avais imaginé, je devais m’adresser à des gens spécialisés en matériaux. Wow! Quelle découverte! Moi qui travaillait un peu à l’envers, je développais mon idée de startup sans m’adresser ensuite aux bonnes personnes pour rendre concret mon projet.

J’ai perdu tellement de temps avant de rencontrer la bonne personne qui n’a raconté ce petit truc tout simple finalement! J’ai passé un bon moment au début à chercher un ébéniste, mais j’avais arrêté ma quête à une seule personne. C’était pour cela que mon projet en bois n’avait jamais levé! J’avais le plan d’affaires, j’avais le produit, mais je n’avais pas LA BONNE ÉQUIPE derrière moi!

Quel déclic simplement génial! Je le résumerais ainsi: développer votre idée et ensuite soumettez-là à un expert de la matière dans laquelle votre idée est faite. Ce n’est pas un producteur ou un manufacturier. C’est véritablement un expert de la matière.

Par exemple, si vous inventez une brosse-à-dents, contactez un spécialiste du plastique. Si vous concevez des bottes, contactez un spécialiste des tissus et des caoutchoucs… Si vous faîtes un programme informatique ou un application, parlez de votre concept à un programmeur Apple par exemple… Tout simplement: entourez-vous de gens qui en savent plus que vous sur la matière que vous cherchez à transformer, ça vous évitera tellement de perte de temps!

J’ai enfin compris pourquoi les gens disent toujours: il faut savoir s’entourer!

À propos, à quoi pourrais-je vous servir? Je suis designer de produits, je suis la personne qui peut vous aider à faire de votre idée un objet de consommation et qui peut vous aider à rendre votre produit plus « sexy », ergonomique et fonctionnel/pratique.

Comme entrepreneur, vous avez des idéaux et parfois c’est l’idéologie du profit seul qui guide vos actions. Alors pourquoi serait-il utile de miser sur la beauté?

1. La beauté fait vendre

Ce n’est pas moi qui l’ait inventé: la laideur se vend mal. Les belles choses interpellent les consommateurs dans ce qu’ils ont de plus intime: leur goût.

2. La beauté rassure et attire dans un magasin

Dans un contexte de mondialisation où il y a beaucoup de bruit, la beauté est sécurisante. Elle apaise les sens. La beauté permet de retenir le consommateur dans un espace clé: le poste de vente.

3. La beauté est universelle et propre à la sélection naturelle

La beauté de la poésie est une chose universelle et comme tel, elle permet de créer une culture universelle dans une entreprise. Cette culture qui s’adresse à tout le monde permet de rejoindre tout le monde. Contrairement à la croyance populaire, il y a des choses qui sont belles pour tout le monde. Kant en avait parlé dans ses textes sur l’esthétique. La beauté relève aussi de la sélection naturelle: on a tendance à préférer ce qui est beau et à le conserver avec attention.

Pour enregistrer un brevet que faut-il savoir? Les Mentors à RDI nous renseigne.

Un brevet protège-t-il vraiment?

Vaut-il la peine d’effectuer toutes les démarches pour enregistrer son invention si d’autres peuvent se l’approprier en changeant un seul détail? Le point de vue de Danièle Henkel.

Si vous aimez ce billet, vous aimerez aussi:

Cet été, surprenez vos clients en leur offrant du nouveau, une invention que vous devez tester. Planifiez de changer le visuel de votre boutique, calculez le nombre de rencontres d’affaires positives que vous faîtes, augmentez la qualité de vos produits et services… L’été, c’est un bon temps pour tester les consommateurs sans les frustrer. Il faut le dire, les gens ont l’esprit  la fête, et ils sont moins furieusement inquiets que lors du magasinage (shopping) du temps des Fêtes! Alors, si vous avez à tester une invention grand public, faîtes-le l’été! Si vous avez à donner des échantillons gratuits, faîtes-le l’été! Vous éviterez les visages froids et distants des gens qui viennent d’affronter le froid de l’hiver ou les ingratitudes de la météo. Vous ferez face à plus de gens à l’écoute, en raison d’un moral plus « hop la vie »! Bien entendu, cela ne s’applique pas à toutes les industries et à toutes inventions: il est difficile de vendre une pelle en été, c’est bien certain! Mais l’expérience terrain nous dit que l’humeur est plus positive quand les gens sont sous le soleil.

À propos, et pour vous permettre de vérifier que le moral est meilleur en été, remplissez ce calendrier à humeur tout-à-fait non scientifique et ludique:

via jonathan-menet

Si vous aimez ce billet, vous aimerez aussi:

Un vendeur de bonbons s’est fait connaître en mettant en vente des lollipops au goût de « breast milk », littéralement un goût de « lait maternel ». Un de ces lollipops de série limitée vaut 10$US.

capture-ecran-lollyphile-2013-06-18

Je sais qu’en France on ne dit pas « sucette », mais au Québec oui… bon disons qu’il fabrique des bonbons sur bâton, des lollipops! L’heureux inventeur de chez Lollyphile (amoureux de lollipops) a reçu une dose d’attention majeure sur les Interwebs en ayant même son produit « breast milk lollipops » présenté sur la page CNN « vidéo » par Jeanne Moos:

via abc

Son site  Lollyphile fait la vente en ligne de bonbons lollipops aux goûts originaux, un peu comme le font les vendeurs de crème-glacée avec leurs parfums diversifiés. Le site fait aussi en quelque sorte la promotion de la philosophie « amoureux de bonbons même à l’âge adulte », qui est en réalité un style de vie. Gros plan philosophique, vous me direz, mais bon…

Vous vous demandez probablement ce que j’en pense? Mise-à-part le fait que ces bonbons sont des produits commestibles en e-commerce et qu’une professionnelle de Santé Canada m’a dit qu’il n’était pas recommander de d’acheter et consommer des produits comestibles achetés via Internet pour des raisons sécuritaires, il faut dire que c’est un coup de maître. Ce jeune inventeur avec son joli chien (qui est tellement mignon qu’il en devient un symbole même de l’entreprise) est un vrai héros du marketing authentique. Il est tellement « 2013 », tellement humain, tellement sympathique. Regardez-le en vidéo, souriant et dynamique, presque exhibitionniste:

Would you try a breast-milk lollipop?

Have a breast-milk lollipop with a cronut, but watch out for the flying pizza. Jeanne Moos dishes on weird food stories. For more CNN videos, visit our site at http://www.cnn.com/video/

On l’adopterait immédiatement comme ami imaginaire Web.

Plus sérieusement, le nom du produit lui-même est un élément de vente majeur. En vérité, le bonbon n’est pas fabriqué avec du vrai lait maternel. Il est plutôt produit avec des ingrédients « au goût  de lait maternel ». Ce jeu sur la nomenclature du produit et sur sa saveur a amélioré son repérage Web, comme je l’expliquais dans mon billet « La nomenclature des produits facilite les recherches Internet ». Ce bonbon si unique à quelque chose d’un objet à collectionner. Ce nom à la limite provocateur, mais surtout plutôt mignon compte tenu de son rapport à l’enfance, a eu un effet sur la perception des consommateurs:

  • Est-ce que je veux vraiment goûter à ça?
  • Est-ce que je peux résister à cette tentation?
  • Est-ce que c’est « politically correct »?

Ce nom a contribué à la renommé du bonbon, au même titre que l’a fait le fameux « heart attack burger » (le hamburger qui donne une crise du coeur) du Heart Attack Grill, célébré par l’auteur de Exploiting chaos, Jeremy Gutsche, dans son chapitre sur l’invention de produits avec des noms originaux.

Heart attack burger

via ctvnews

Conclusion

Développez des produits aux noms très originaux et accrocheurs et vous gagnerez en popularité auprès des amateurs de ces produits originaux et accrocheurs! C’est aussi simple que ça, parfois!

Si vous aimez ce billet, vous aimerez aussi:

Avec cette autorisation par la FIFA du turban sikh sportif, va-t-on voir des turbans sikh en vente dans les magasins de sports? Une caricature de Marc Pageau invite à le croire.

La FIFA dit oui au turban (LaPresse):

La Fédération internationale de football (FIFA) a annoncé ce matin qu’elle autorisait les joueurs de soccer canadiens à porter le turban pour pratiquer leur sport favori, ouvrant la porte à une levée de l’interdiction en vigueur au Québec. Depuis le début de cette affaire, la FQS affirmait attendre des règles plus claires de la part de la FIFA.

J’ai déjà écrit sur la qualité d’un produit issu de la réflexion d’un montréalaise pour les femmes voilées au soccer dans  le billet « Turban au soccer? Il existe un hijab sportif, un design d’une montréalaise »:

Le hijab sportif:

Sports Hijab – Wearing ResportOn

http://resporton.com

À propos de la designer:

Elham Seyed Javad, a young industrial designer who received her degree in 2009, creates original designs which touch at the heart of cultural and universal issues. In her creations, function goes hand in hand with art, finesse and style. Her intelligent and democratic designs respond to societal needs. Her new company, IQÖ Design embodies her design philosophy: innovation and quality.

À mon avis, il serait pertinent que des fabricants de turbans sikh offrent une alternative qui suit les demandes de la FIFA, en offrant un turban sikh sportif sécuritaire. Ce serait un produit en demande, du moins ce serait quelque chose qui ferait le « buzz » comme on dit, de sorte à mettre un éclairage immédiat sur le premier fabricant de ce produit innovateur.

Football : après le hijab, la FIFA autorise le port du turban sikh

Le foulard :
• doit être de la même couleur que le maillot
• doit être en accord avec l’apparence professionnelle de l’équipement du joueur
• ne doit pas être attaché au maillot
• ne doit constituer de danger ni pour le joueur qui le porte ni pour autrui (notamment le système d’ouverture/fermeture autour du cou)

Si vous aimez ce billet, vous aimerez aussi:

Si vous cherchez un dessinateur pour votre invention, sachez que cela fait parti de mes compétences. Je suis en mesure d’effectuer des croquis ou des dessins techniques. Voir la catégorie « Croquis – dessins » de ce blogue. Lisez aussi « Dessin de conception, dessin de fabrication, plan et modélisation 3D ».

Si vous aimez ce billet, vous aimerez aussi:

Quand on invente, c’est bien de présenter son invention sur papier avant de risquer de l’argent pour un prototype. De nombreux inventeurs n’ont pas le talent en dessin technique d’un Léonard de Vinci!

Les cours de dessins que j’ai suivi en design industriel sont adaptés à la représentation des inventions. C’est une méthode pour faire un croquis ou un dessin technique précis, selon le besoin de l’inventeur.

Pour en savoir plus, voyez mon portfolio.

Si vous aimez ce billet, vous aimerez aussi:

Pour inventer un objet et le vendre, c’est une bonne idée de faire un prototype. C’est même le conseil no 1 de Guy Kawasaki: fabriquer un prototype et le vendre à petite échelle. C’est là le vrai barême de qualité d’un invention: ses ventes. Voir:

Le prototypage rapide est l’expérience par laquelle on produit un modèle représentation de son invention de manière accélérée, soit par l’impression rapide ou par d’autre procédés. Sélectionner un fabricant de prototype est une compétence en soi! De nos jours, c’est quelque chose de finalement assez complexe si on ne sait pas par où commencer!

Si vous aimez ce billet, vous aimerez aussi: