Archive for the ‘Design écologique, green design, éco-conception’ Category

L’avenir du plastique issu du pétrole est menacé si les ressources de pétroles se font plus rares. Il semblerait que le prix du pétrole sera en hausse, selon Équiterre – Pétrole 2030 (PDF).

Alors que faire? L’option qui vient rapidement à l’esprit est ce qu’on appelle les bioplastiques, des plastiques issus de matières végétales.

 Bioplastique (Wikipédia):

Le terme bioplastiques désigne des matériaux de deux types. Il s’agit d’une part de matières plastiques agrosourcés, ou agroplastiques, issus de ressources renouvelables, telles que le maïs, la patate douce, le blé, la canne à sucre ou l’huile de ricin, et d’autre part de plastiques biodégradables, y compris issus de réactions pétrochimiques. Certains matériaux présentent les deux caractéristiques, agrosourcés et biodégradables.

Là, il y a un hic: ça prend des machines pour faire l’agriculture et ces machines sont alimentées en… combustible fossile (essence… et donc pétrole). De plus, ces matériaux à l’origine des « plastiques bio » sont souvent comestibles. Et on connaît le niveau de famine dans le monde. Va-t-on fabriquer des plastiques au lieu de nourrir la planète? J’en doute fort. Alors, que va-t-on faire? En bon québécois: « On va faire dur! »

Sérieusement, on pourrait opter pour des fibres végétales combinées avec des colles végétales, des composites techniques comme ceux issus de la culture du bambou ou encore des caoutchouc synthétiques fabriqués par des organismes vivants, comme des bactéries qui fabriquent des plastiques (oui, ça existe). Mieux encore, on pourrait réviser nos modes de consommation et opter pour des produits indémodables et quasi-indestructibles, comme la Navy Chair de Emeco,  que je décris comme étant potentiellement la chaise parfaite. Mieux, mieux, mieux, on pourrait imaginer des environnements sociaux en écosystème autogérés, à la manière des vaisseaux spatiaux comme dans 2001: A Space Odyssey, et qui récupéreraient 100% des déchets et qui réparerait 100% des bris, mais avouons que ce monde-là nous fait encore peur. Il ne faudrait pas non plus tomber dans l’excès et brimer les libertés individuelles, etc.

Cette réflexion est inspirée de Philippe Starck (Wired):

I prefer to make a very good chair in the best polycarbonate than make any shit in wood that will be in the trash one year later.

Pour découvrir des matériaux innovants, visitez Transmaterial.

Si vous aimez ce billet, vous aimerez aussi:

ebook: Le Design et l'écologie

ebook: Le Design et l’écologie

Publicités

Avez-vous assez de souliers? Si aujourd’hui en Occident, chacun à sa paire de chaussures, bottes et bottillons, il n’en demeure pas moins que les consommatrices et de plus en plus de consommateurs adorent faire le shopping de nouveaux souliers pour garnir leur garde-robe. Les baskets et les souliers de tennis sont aussi des objets très critiqués par les sportifs qui recherchent des « produits de performance ». Voici un court dossier au sujet du design des chaussures.

Jamais assez de souliers

Les femmes sont réellement fascinées par les souliers. À propos, Elle Québec dit que Céline Dion fait une collection de chaussures:

Céline Dion a confié être obsédée par les chaussures, en possédant quelque 3000 paires.

La chanteuse Céline Dion se dit complètement obsédée par les chaussures, et elle admet qu’elle ne peut résister au désir d’ajouter un nouveau modèle à sa collection lorsqu’elle fait du shopping.

Vous avez besoin de souliers? Hahaha! Cette image vous recommande d’en acheter, même si vous n’en avez pas besoin :

Do you need new shoes? -> No -> Sure you do -> Buy new shoes.

Do you need new shoes? -> Yes -> Buy new shoes.

via Miz Mooz Shoes

L’exemple de Nike Basketball

Je faisais mention d’un type de consommateurs qui considèrent les souliers comme d’autres voient des voitures dans mon billet « Consommation ostentatoire, de pauvre à riche »:

Laced: Episode 1 – A shoe. A culture. A canvas.

The Love. The Game. The Birth of Nike Basketball.

This episode includes commentary from Keith Hufnagel, Dave Ortiz, Jeff Staple, DJ Clark Kent, Bobbito Garcia, Chris Vidal, Retrokid, Fly Williams, Justin Furman, Spencer Fujiyama. Hosted by Isaac Perry.

Tester les bottes avant la mise en marché

Dans « Design sécuritaire de souliers, bottes, bottines, sandales », je présentais cette vidéo où on voit un test de qualité sur des bottes de travail et des souliers destinés à des fonctions spécifiques:

Voici une vidéo qui présente des tests effectués sur des souliers, bottes, bottines et sandales pour qu’elles soient sécuritaires (voir 18:00 à 22:35) :

How to Survive a Disaster?

Emballage des chaussures

Même si d’autres s’en fichent complètement, certaines marques pensent à l’éco-conception. Puma, par exemple, a renouvelé son emballage de souliers:

PUMA Clever Little Bag

We spent 21 months road testing 40 ‘shoebox’ prototypes. The design showed reductions for the environmental impacts studied in our Life Cycle Analysis, from production to transport to future re-use. But we didn’t stop there! We’ve updated parts of the Clever Little Bag to be a sleeker, smarter version of the original. Check out version 2.0 in stores in autumn 2012.

Selon Google Insights

De mon côté, j’ai pu remarqué le buzz autour du designer de mode qui conçoit des souliers à la semelle rouge dans mon billet « Étude de marché préliminaire et 20 produits en demande sur Google Insights »:

Ma recherche m’a permis d’observer que les souliers Christian Louboutin, reconnus pour leur semelle rouge, présentent une courbe de croissance élevée.

Google Insights : Louboutin shoes

Fabrication/production du souliers

Le soulier moderne nécessite probablement moins de temps d’opération (temps de fabrication) que l’ancienne bottine en cuir, surtout lorsqu’on parle des « souliers techniques » qui sont manufacturé en série à partir de modèles de base. Voici une image démontrant les composantes du soulier traditionnel:

Quartiers, languettes, baguette, contrefort, glissoir, garant avec trous comme oeillet, tige, mur, cambrion, garnissage, semelle, talon, bonbout, trépointe, première de montage, première de propreté. doublure calque, bout dur, bout, calque, empeigne.

Si vous aimez ce billet, vous aimerez aussi:

Le Centre sur la productivité et la prospérité (CPP) – HEC Montréal est une ressource utile pour améliorer son bilan en entreprise. On peut y trouver des études, dont une très pertinente étude sur la logistique appliquée au monde hospitalier.

La productivité des activités de logistique hospitalière de Beaulieu, Landry et Roy (mars 2012) (PDF), voir p.22-23:

LISTE DES MEILLEURES PRATIQUES SELON L’ÉTUDE LANDRY ET AL.
(2000)
Conception du système
de gestion
 Le responsable de la logistique est membre de la haute direction
 Centralisation des activités logistiques
 Présence de personnel soignant au sein du Service logistique
 Intendantes hôtelières
 La logistique gère le programme opératoire
 Impartition
Achat
 Recours à un groupe d’achats
Gestion des stocks
 Recours à un fournisseur privilégié
 Plate-forme de distribution centralisant l’ensemble des
fournitures pour un groupe d’établissements
 Livraison au quai emballée selon les besoins des unités de soins
par le distributeur
Réapprovisionnement
 Système de double casier
 Armoires modulaires de dispensation (Supply Station System)
 Transpondeur
Consommation
 Processus de normalisation des produits
 Récupération
Flux d’information et
monétaire
 Logiciel intégré de gestion des ressources de l’entreprise (ERP)
Flux physique
 Architecture fluide (ascenseurs, corridors)
 Système automatisé de transport
 Poste de travail infirmier intégré

LISTE DES MEILLEURES PRATIQUES SELON L’ÉTUDE DE L’ONTARIO
HOSPITAL ASSOCIATION (2001)
Organisation
 Centralisation du Service des approvisionnements
 Intégration des activités logistiques sous une seule entité
administrative
 Rehaussement des Services des approvisionnements en des
centres d’excellence
Processus
 Recours au décompte cyclique
 Prise en charge de la gestion du stock au point d’utilisation par
des professionnels de la logistique
 Élimination des articles à faible rotation
 Partenariat avec les utilisateurs afin de mieux planifier les besoins
 Standardisation des produits
 Programme d’audit des fournisseurs
 Suivi de la performance
Technologie
 Capture des données au point d’utilisation
 Commerce électronique incluant le paiement électronique

Voir aussi Optimisation de la chaîne logistique et productivité des entreprises et Le comportement logistique des entreprises québécoises.

Si vous aimez ce billet, je vous invite à consulter ces billets:

Je m’étonne du fait que le gouvernement du Québec mette en vigueur l’Écofrais, cette non taxe verte qui fait augmenter le prix des produits. Pour comprendre, lisez la Foire aux Questions, le Guide d’application du Règlement sur la récupération et la valorisation de produits par les entreprises et le communiqué « AUCUNE TAXE ENVIRONNEMENTALE N’ENTRERA EN VIGUEUR LE 1ER OCTOBRE – MISE EN GARDE AUX CONSOMMATEURS » du Ministère du Développement durable, Environnement, Faune et Parcs (MDDEP).

Pour faire court, il y a confusion et certains consommateurs ont profité de ce changement pour courir vers les commerces chercher leur appareil avant l’application du règlement. Cela me rappelle mon billet Langue d’affichage des produits: Français sur les électroménagers du Québec qui traitait de la confusion causée par le changement de langue d’affichage sur les électroménagers.

Pour en savoir plus:

Mario Dumont : l’écofrais c’est une taxe verte et le communiqué du min. de l’environnement…:

Voici la réaction de Mario Dumont :
« Mesdames et messieurs, je viens de commettre un crime, le ministère de l’Environnement a publié un communiqué dans les dernières heures… Ce n’est pas une TAXE!!! Le titre du communiqué, et je n’ai jamais rien vu d’aussi drôle : Aucune taxe environnementale n’entrera en vigueur le 1er octobre… Par ce que c’est, un écofrais et parce que c’est pour l’environnement , ce n’est pas une taxe… On dit au média n’appeler pas ça une taxe… Je vais décider ça moi-même si j’appelle ça une taxe ou pas… »

Les ventes de matériels électroniques ont bondi avant l’application de la taxe verte:

QUÉBEC – Les magasins d’électronique du Québec ont été très achalandés dimanche, à la veille de l’entrée en vigueur la nouvelle taxe verte sur les appareils électroniques qui fera augmenter leur prix.

«On se croirait au Boxing Day», a lancé un employé de l’un des magasins spécialisés de Québec.

Des téléviseurs sortaient par dizaine par endroits.

Confusion éco-frais: les détaillants dans l’erreur sans le savoir:

C’est la confusion la plus totale entourant l’application de l’écofrais à compter du 1er octobre.

Rappelons par ailleurs que la norme Waste Electrical and Electronic Equipment (WEEE) est applicable en Europe et que les fabricants et commerçants canadiens de produits électroniques ont intérêt à prendre en compte son influence possible sur les prix.

Sachez d’abord que comme consommateur, vous avez droit de vie ou de mort sur une entreprise dans certaines circonstances. Alors, la meilleure façon de changer les choses est de vous allier avec des consommateurs comme vous et d’utiliser les relations publiques comme moyen de communication.
Personnellement, je vous encourage à choisir des produits locaux qui comportent un minimum de matières plastiques et qui sont compostables. De plus, sachez que le choix le plus écologique est de ne pas consommer. Donc:
  • faîtes pousser vos légumes dans votre propre jardin
  • réutilisez vos vieux vêtements
  • évitez de consommer de la viande en trop grande quantité
  • ne conduisez pas de voiture ou rapprochez vous du travail
  • n’achetez pas de produits non-durables
  • évitez d’acheter des appareils électroménagers qui sont réputés briser rapidement
  • utilisez des produits naturels pour l’hygiène quotidienne (évitez les savons importés)
  • réparez au lieu de jeter
  • faîtes un bilan de vos états financiers et planifiez d’acheter les choses avec les revenus que vous recevez de vos investissements seulement (les dépenses sur carte de crédit ont tendances à être exagérées).
Voir:


Un étudiant en première année de Licence d’Art Appliqué à l’Université de Nîmes m’a contacté pour en savoir plus au sujet des matériaux recyclés et du design écologique. J’ai écrit plus bas mes réponses à ses questions. J’explique plus en détail mon point de vue dans un ebook sur le design et l’écologie.

Quels peuvent être les avantages à l’utilisation des matériaux périssables dans la fabrication d’objets ? Serait-il possible d’utiliser l’état déjà dégradé d’un matériau pour en faire un objet qui deviendrait alors durable ?

Il y a l’aspect commercial: les consommateurs veulent des objets écologiques. Il y a l’aspect coût: pour une usine, ça peut être plus rentable d’utiliser des matériaux recyclés. Il y a aussi l’avantage du matériau comme tel selon ses propriétés esthétiques, techniques, etc. Les bioplastiques sont des plastiques biodégradables. Selon l’approche Craddle-to-Craddle, il est pertinent de fabriquer des objets qui nourrissent le sol. Les bioplastiques peuvent être composés de nutriments qui enrichiront le sol. C’est l’exemple du stylo porte graine publicitaire.

L’intégration de matériaux périssables vise-t-elle à sensibiliser la société sur l’écologie ?

Oui, cependant c’est le marketing publicitaire qui peut dire au public que le produit est écologique.

L’écologie a-t-elle un rôle important dans la durée de vie d’un objet ?

Oui, en ce sens que les matériaux habituels peuvent durer plusieurs dizaines d’années avant de se dégrader. Il est possible de planifier la fin de vie d’un objet grâce à l’obsolescence planifiée, un domaine qui réserve plutôt de l’ordre des concepteurs mécaniques.

Selon vous, est-ce grâce à l’utilisation de formes végétales notamment dans les objets de l’art nouveau qu’est plus tard apparut des objets en matériaux périssables ?

Non, c’est avec l’introduction de politiques gouvernementales comme la norme DEEE.

D’après vous, est-ce le matériau périssable qui régit la forme de l’objet ? Le designer est il libre, totalement libre et maître de sa création ?

Les contraintes de fabrication de tous les matériaux sont nombreuses. Il faut dire qu’elles ne sont pas plus flexibles pour les matériaux écologiques.

Comment des matériaux périssables devenus objet durable sont-ils entretenus au fils des ans ?

Sans généraliser, on peut dire qu’ils sont entretenus de la même manière que les objets habituels.

Le prix est-il plus élevé pour l’utilisation d’un matériel durable que pour un matériel périssable ?

Oui, il peut être plus coûteux d’acheter des matériaux écologiques. Il n’y a pas de généralisation à faire, car certains matériaux écologiques sont moins chers, comme par exemple les plastiques recyclés.

ebook: Le Design et l'écologie

ebook: Le Design et l’écologie

On me sollicite au sujet de l’éco-conception, alors j’ai pensé écrire une introduction à l’éco-conception sous la forme d’un livre disponible au format e-book (PDF) et papier. Vous y découvrirez entre-autre mes coups de coeur en design éco-conçu, quelque chose que je ne partage habituellement qu’avec mes clients.

En plus, vous aurez accès à une liste de sites Web forts pertinents, la crème de la crème, un travail de recherche important pour découvrir des petites perles de sites Web sur le design et l’écologie. On y parle de packaging, de logistique, de normes et d’inventions.

L’introduction comporte un glossaire de mots-clés, et de courts paragraphes concis traitant de l’impact du design en entreprise à différents niveaux. Véritable « étincelle », ce livre saura allumer en vous le désir d’exploiter l’éco-conception en entreprise. Ce livre fait suite à mon premier e-book: Le Design tout simplement.

Voici la table des matières:

  • Avant-propos
  • Glossaire
  • Du design et de l’écologie
  • La logistique
  • Analyse du cycle de vie
  • L’importance de l’image
  • Des normes de développement
  • Sites à consulter
ebook: Le Design et l'écologie

ebook: Le Design et l’écologie

La tendance au « vert », à l’écologique et à l’éco-conception influence le monde du design. Pour vous introduire à cela, je contribue au travail de TRAN QUI Tâm qui se penche actuellement sur une étude de comportement du consommateur sur l’éco-conception et les éco-produits. Voici mes commentaires.

Pouvez-vous me citer les noms des entreprises qui vendent ou sont susceptibles de vendre des produits éco-conçus ?

 Ma réponse:

Ce sont généralement des boutiques spécialisés, adressées spécifiquement aux amateurs de produits de ce genre ou alors des boutiques de design. Les grandes chaînes emboîtent le pas tranquillement en offrant des étalages séparés des autres et identifiés comme étant « écologiques ».

Comment pensez-vous que les entreprises attirent et fidélisent les consommateurs »vert » ?

 Ma réponse:

D’abord, ils utilisent Internet et la recherche de mots-clés, le référencement dans les moteurs de recherche, les forums de discussion en ligne…. Ils présentent leurs produits avec un logo inventé de toute pièce pour donner une valeur ajoutée au produit en disant qu’il est écologique. Sur Internet, ils créent une section spécialement dédiée à cette niche. En magasin, ils séparent les produits écolos des non-écolos. À ma connaissance, ce sont davantage les fabricants, comme Cascades, qui mettent de l’Avant les avantages de leurs produits à travers la publicité et les relations publiques pour fidéliser les consommateurs. Cascades est souvent cité comme un modèle à suivre, car l’entreprise intègre les savoirs-faire de spécialistes en écologie dans sa stratégie de relation publique. Puis, certaines entreprises créent des salons « bidons » dédiés à faire la promotion de leurs produits, en initiant des salons d’exposition sur le thème de l’écologie. Les constructeurs automobiles misent davantage sur l’aspect innovation en créant des « concept cars » avant-gardistes et écolos servant à initier les consommateurs à ce type de véhicule en les faisant d’abord rêver à l’achat de ces voitures d’aspect futuriste.

Sur quels leviers l’entreprise doit-elle mettre ses efforts pour être crédible dans une bonne démarche d’éco-conception ?

Ma réponse:

Les entreprises doivent considérer d’initier un système de recherche et développement en continu, l’innovation continue, afin de rester à jour quant aux technologies et méthodes de travail favorisant le développement durable.

Connaissez-vous le Greenwashing ?

Greenwashing. Définition de TRAN QUI Tâm:

C’est  le comportement d’entreprise novices du point de vue social et environnemental qui tente de préserver et étendre leurs marchés en se présentant comme des alliés de l’environnement et des leaders dans le domaine.

Ma réponse:

C’est le lavage de cerveau des consommateurs qui ne voient plus la différence entre un produit écologique et un produit non-écologique parce que les spécialistes du marketing ont modifiés la perception des consommateurs pour qu’ils considèrent leur produit comme étant vert, même s’il ne l’est pas véritablement. Bref, c’est la confusion !

Pensez-vous qu’il existe une association possible entre le Greenwashing (ou le marketing « vert ») et l’éco-conception (via les éco-produits) chez le consommateur lambda ?

Ma réponse:

Je pense que le consommateur lambda n’a plus le temps de perdre son temps et qu’il consulte les forums de discussion et les sites spécialisés afin d’acheter les produits écologiques si ça lui chante. Il ne fait plus vraiment confiance aux marques et cherche l’appui d’experts du développement durable pour faire un choix éclairé. Je crois qu’en majorité, les enfants sont plus conscients du problème écologique et demanderont davantage aux entreprises d’être claires à propos de l’aspect écologique de leurs produits. Dans l’esprit du consommateur lambda, je crois que « vert » est un avantage relatif comme un autre. Le prix demeure le critère qui a le plus d’impact sur la décision d’achat. Les consommateurs doivent percevoir le produit issu d’une démarche d’éco-conception comme étant surtout le travail élégant et sophistiqué d’un designer ayant la crédibilité et la démarche pour assurer une bonne réputation à son produit. Exemple : Philippe Starck a lancé récemment une éolienne pour domicile. On n’a pas besoin de dire que l’éolienne est écologique, c’est une évidence. Cependant, Starck discute longuement de la qualité de celle-ci dans les magazines afin que le consommateur comprenne l’intérêt de sa démarche. Bref, il faut entamer une discussion avec le consommateur pour l’amener à considérer l’éco-produit et le voir comme supérieur aux autres produits.

Pourquoi certains produits sont-ils difficiles à vendre même s’ils sont biens conçus et écologiques?

Ma réponse:

Il est parfois difficile de distinguer les emballages écologiques des emballages non-écologique. C’est là un problème d’image majeur pour certaines entreprises. J’ai de la difficulté à déterminer si tel ou tel produit est plus écologique quand son emballage ne m’insire pas confiance.

 

Pensez-vous que certains acheteurs d’éco-produits ont une vraie conscience environnementale ? En avez-vous une ? Comment se manifeste t-elle ? SI NON, POURQUOI ?

Ma réponse:

Je crois que bien des gens sont stressés par la vie quotidienne et qu’ils en ont assez de modifier leurs habitudes au gré des publicités écolos. L’orientation vers l’éco-produit est une démarche longue et pénible qui comprend plusieurs stades : rejet de la société de consommation, rationalisation des achats, simplicité volontaire, sentiment de culpabilité, etc. Je crois que c’est le sentiment de culpabilité qui motive les consommateurs à revoir leurs façons de consommer, en plus de l’éceuil dans leur budget que peut représenter la surconsommation. Puis, il y a l’influence grandissante des enfants ou de films comme celui de Al Gore, An Inconvinient Truth, qui font de l’écologie un enjeu de débats.

Nommez une motivation d’achat d’éco-produits.

Ma réponse:

Non-culpabilisant et rassurant. Certains produits sécurisent. Je pense ici aux produits de lessives qui sont écologiques et qui diminuent le risque d’irritation de la peau chez les bébés tout en ne polluant pas l’eau avec des déchets toxiques.

Pourquoi certains objets écologiques ne séduisent pas les consommateurs?

Ma réponse:

Certains jouets écologiques sont tout simplement trop moralisateurs de sorte que les enfants n’y voient pas autant de plaisir que des jouets non-écolos, mais beaucoup plus amusants ! Il ne faut pas oublier que le consommateur a des besoins et des désirs à combler et que c’est pour cette raison qu’il se tourne vers le magasin…

A quel type de service pensez-vous que l’éco-conception puisse s’étendre ? (ex : évènementiel…)

Ma réponse:

Les parcs d’amusement, fêtes nationales et environnements grand public (parcs nationaux, bibliothèques, gymnases) qui nécessitent beaucoup de matériel et qui entraînent beaucoup de déchets de manière régulière et prévisible.

À lire aussi :

ebook: Le Design et l'écologie

ebook: Le Design et l’écologie

Éco-conception, éco-produit et éco-label… Ce sont là nouveaux concepts à comprendre lorsqu’on est entrepreneur. Pour vous aider à cela, je contribue au travail de TRAN QUI Tâm qui se penche actuellement sur une étude de comportement du consommateur sur l’éco-conception et les éco-produits. Voici mes commentaires.


Connaissez-vous le terme « éco-conception » ? Quelle définition donneriez-vous à ce concept ?

Notions : Développement durable, design, écologie, éthique, ingénierie.

Éco-conception. Définition de TRAN QUI Tâm:

Intégration de considérations environnementales dans le design et la conception des produits prenant en compte leur consommation énergétique, leur contribution au changement climatique, la consommation de matières et ressources naturelles, et enfin la production de déchets et substances dangereuses.

Mon commentaire :

Concevoir de manière écologique, c’est-à-dire considérer les critères du développement durable comme étant prioritaires dans le cahier des charges.

 

Connaissez-vous les éco-produits ? Ainsi que leurs spécificités ?

Eco-produit. Définition de TRAN QUI Tâm:

Tout produit qui génère moins d’impacts sur l’environnement tout au long de son cycle de vie et qui conserve ses performances lors de son utilisation, par rapport à un produit similaire et de qualité équivalente

Mon commentaire :

Oui. Ils sont conçus de telle manière à avoir un impact environnemental insignifiant. Idéalement, ils produisent un bénéficent à l’environnement, comme c’est le cas des produits conçus selon le modèle Craddle to Craddle.

Connaissez-vous les éco-labels ? Lesquels ? Quelle définition donneriez-vous à ce terme ?

Notions : Officiel, auto-déclaratif, certifications, réglementation, type I, type II, type III.

Eco-label. Définition de TRAN QUI Tâm:

Est un label attribué à un produit ou un acteur accordé par une organisation certifiant, garantissant que le produit concerné a un impact réduit sur l’environnement.

Les labels environnementaux  certifient  la conformité du produit à certains critères écologiques et ont pour but d’aider les consommateurs qui veulent acheter des « éco-produits » plus respectueux de l’environnement.

Mon commentaire :

Oui. Je crois que The BodyShop se présente comme un label écolo en ne vendant que des produits qu’ils jugent non nuisibles à l’environnement.

Le Design et l'écologie

ebook: Le Design et l’écologie

ebook: Le Design et l'écologie

ebook: Le Design et l’écologie

Écologie et design vont de pair lorsqu’il s’agit de concevoir des produits manufacturés de manière à respecter l’environnement.

Selon Wikipédia:

L’éco-conception (ou « écoconception »), Éco-design, design écologique, design durable ou design responsable sont des termes désignant la volonté de concevoir des produits respectant les principes de développement durable.

C’est que le design permet de diminuer la pollution liée au transport, à l’emballage, à la logistique, etc. Mieux encore, le design est une méthode de conception responsable qui vise à réduire à la source en utilisant le moins de matériaux possibles, en réutilisant des matières recyclés ou en limitant la provenance des matériaux afin qu’ils correspondent à des standards écologiques. Voici une liste d’hyperliens pour en savoir plus sur l’intérêt du design pour fabriquer des produits écolos!

Écologie et design

N’hésitez pas à m’informer dans les commentaires de vos découvertes! Suggèrez-moi des sites pertinents à ajouter à cette liste!

Pour en savoir plus sur le design :

ebook: Le Design et l'écologie

ebook: Le Design et l’écologie




  • Page Facebook

  • Contactez-moi

    Laurent Marcoux, consultant en design industriel

    Email: contrat.laurent(at)gmail.com
    Skype : laurent_marcoux

    Pour la prise de rendez-vous: Heure locale au Canada

    Réseaux sociaux:
    Facebook Facebook
     Google+
    Linked-In Linked-In
    Twitter Twitter

  • Le Design et l’écologie

    LE DESIGN ET L’ÉCOLOGIE est un essai qui vise à vulgariser les concepts généraux liés à l’éco-conception de manière simple et concise. Il s’agit d’une introduction à l’éco-conception qui inclut une liste de définitions, un constat de l’impact du design sur l’entreprise socialement responsable, la logistique, le cycle de vie, l’image de marque et les normes de développement, ainsi qu’une liste de sites Web à consulter. AUCUN REMBOURSEMENT. AUCUN ÉCHANGE. 11 pages.
  • Le Design tout simplement

    LE DESIGN TOUT SIMPLEMENT est un essai qui vise à répondre à quatre grandes questions relatives au design : Qu’est-ce que le design? À quoi sert le design? Qu’est-ce qu’un bon design? Comment travaille un designer?  Né à Québec en 1987, Laurent Marcoux est diplômé en technique de design industriel au cégep de Sainte-Foy (Québec, Canada). Consultant en design, recherche et développement, il est l’auteur d’un blogue : http://designer-entreprise.com.  Notes générales: Ce texte fait 31 pages. Aucun échange. Aucun remboursement.