Archive for the ‘Design : artisans, artisanat’ Category

Le site Web Etsy est une plateforme de vente sur laquelle de nombreux artisans vendent leur accessoires de mode. J’apprécie particulièrement de voir ces objets mis en vente de la sorte, c’est rafraîchissant. À voir!

Wikipédia (traduction libre):

Etsy est un site e-commerce qui a comme focus les objets faits à la main et vintage, ainsi que des objets uniques fabriqués en manufacture sous les recommandations de Etsy, parues en Octobre 2013. Ces items couvrent un large spectre, dont l’art, la photographie, les vêtements, les bijoux, la nourriture, les produits de bain et de beauté, les qcourtepointe, colifichet et jouets.

Visitez la catégorie « Design : artisans, artisanat » de ce blogue pour en savoir plus sur le rôle du design dans le contexte de l’artisanat.

Si vous aimez ce billet, vous aimerez aussi:

Une Barbie aux mensurations humaines:

Nickolay Lamm, un artiste de 24 ans qui avait déjà imaginé à quoi nous ressemblerions dans 100.000 ans, a décidé de créer une poupée Barbie aux mensurations moyennes d’une véritable jeune fille de 19 ans. Et le résultat est plutôt surprenant, surtout lorsqu’il est comparé à la véritable poupée Barbie. La poupée aux mensurations réelles est plus petite et plus en formes.

Je salue cette innovation qui est tout à propos à notre époque où les femmes revendiquent des publicités et des jouets moins sexistes.

Si vous aimez ce billet, vous aimerez aussi:

Comme designer, je rêve de modéliser en 3D une bague de mariage. Il me semble que se serait une sorte d’idéal, une sorte d’utopie esthétique. J’ai beaucoup étudié la beauté, enfin j’ai fait plusieurs efforts dans ce sens, et pour moi, le symbole de la bague qui unit deux amoureux est probablement le signe le plus sacré qu’on puisse imaginer et concevoir.

Quand je pense au mariage, je pense à cette image ravissante de l’union d’un homme et d’une femme dans le film Braveheart (1995):

Personnellement, je suis intéressé par le nombre d’or, les formes représentant l’infini et les matériaux précieux. Ce serait, pour moi, un vrai rêve que de dessiner un bague ayant des formes d’une esthétique très avancée.

À lire aussi sur la beauté:

Si vous aimez ce billet, vous aimerez aussi:

Avouez que vous avez eu un jour ou l’autre possédé un objet de culte qui ne servait à absolument rien? Que ce soit une statuette, une amulette, un collier ou une bague, chacun d’entre nous avons un jour ou l’autre possédé une chose « magique ». Dans mon cours sur la sociologie de la consommation à l’Université Laval, on parlait de « fétichisme » de l’objet et d’objet « totem ». Permettez-moi d’adresser ce sujet des objets de culte de manière sérieuse sur ce blogue qui traite, soyons honnêtes, de toutes les formes d’objets imaginables qu’on puisse faire fabriquer par un designer.

Festival de la spiritualité

Je suis tombé sur un petit bijou à Radio X (oui, ça existe) sur le thème « Festival de la vie: Décode le prénom de Maurais Live ». On y parle de soins donnés par un monsieur qui rééquilibre les chakras en libérant les individus des codes qui sont logés dans leur ADN sous forme d’engramme toxiques. S’il y a un gars ouvert avec le paranormal c’est bien moi, mais ça, c’est de la haute voltige. Si seulement il savait définir les termes qu’il utilise et avoir un lexique commun avec ses confrères, on épargnerait des maux de tête.

À la 11ième minute de l’extrait audio, l’interviewé raconte que le prénom Laurent égale « en or », donc richesse intérieure. Wow! C’est du n’importe quoi. L’éthymologie de « Laurent », c’est :

Laurence masc. proper name, from Old French Lorenz (French Laurent), from Latin Laurentius, literally « of Laurentum, » a maritime town in Latium, literally « town of bay trees, » from laurus (see laurel). The Italian form is Lorenzo. A popular given name in the Middle Ages, as a surname it is attested in England from mid-12c. Larkin is a pet-form. For some reason, the name since at least 18c. has been the personification of indolence (cf. also German der faule Lenz « Lazy Lawrence »). But in Scotland, the pet form Lowrie has been used for « a fox » (c.1500), also for « a crafty person » (1560s).

Est-ce un Festival de la secte? On dirait un épisode de Les Bougons: c’est aussi ça la vie, au « Salon de l’ésotérisme »:

Les Bougons – Saison 1 episode 11 – S01 11

Chose certaine, la spiritualité attire les gens de toute acabits et je respecte leur démarche qui manque parfois de sérieux, faut-il le souligner?

La critique des objets « magiques »

Quand j’entends des gens dire « je vais m’acheter des cristaux en quartz pour émaner de l’énergie de Gaya et des bagues divines qui vont me permettre d’avoir l’impression que je suis un elfe magique et je vais aussi me procurer des fontaines avec une lumière multicolore pour rééquilibrer le CHI. », je suis scié en deux.

Je ne nie pas l’existence des soins de type reiki, tai-chi, des méditations et du yoga comme exercices pour se remettre en forme et éliminer le stress accumulé. Je ne prétends pas non plus que les objets de culte et de rituel qui sont ceux des druides et des mages n’ont pas un certain « effet de persuasion », de sorte à plonger l’individu qui les manipule dans une sorte de transe, comme l’auto-hypnose. Je pense aussi que de nombreux bijoux et objets dits « magiques » sont en fait à usage symbolique, en ce sens qu’ils véhiculent une idéologie et un message occulte. On pourrait aussi dire que certains objets sont des marques d’un certain » pouvoir », comme une couronne ou un glaive ou un masque. Puis, des objets à l’esthétique occulte peuvent faire parti d’une sorte de terrorisme esthétique (en anglais: aesthetic terrorism).

C ‘est assez clair que l’effet placebo a sa place dans tout cela… On peut aussi penser qu’il y a ce qu’on pourrait nommer un effet du à l’intention, au mots du discours, au charisme et à la présence de celui qui soigne. En ce sens, on obtiendrait un « regain d’énergie » (de l’affection! de l’attention!) en côtoyant certains personnes particulièrement chaleureuses. Pour ceux qui ne sauraient pas, le chamanisme a été étudié par des psychiatres: c’est l’hypnose et l’autosuggestion qui a un effet sur la santé, par les gogosses. Aussi, le feng shui est une pratique ancestrale qui mérite une attention particulière non pas sur les objets eux-mêmes, qui n’ont aucun intérêt, mais sur leur disposition optimale dans l’espace. Alors, avant de parler de n’importe quoi, il vaut mieux s’informer!

Les objets hantés

Par ailleurs, il y a aussi des objets nommés « gri-gri » qui eux sont supposés renfermés des « démons ». Il semblerait que des objets dits « magiques » sont en réalité des objets « hantés » comme le sont certaines maisons tel qu’il est convenu dans la culture populaire. Des objets « démoniques » ont été répertoriés par deux chercheurs très sérieux, Ed and Lorraine Warren:

Paranormal State: Lorraine Warren’s House Tour

Paranormal State: Lorraine Warren House Tour Part 2

Le marketing de la magie

Passé ces petites notions bien simple, laissez-moi vous dire qu’il y a un réel potentiel marketing à vendre du « magique ». J’en avais parlé dans mon billet « L’imagination est un moteur économique puissant à l’ère du Nouvel-Âge (New Age) »:

Le fantastique comme fondement de l’identité

Dîtes-vous bien que pour les très nombreux fans de récit fantastique, les personnages et les univers décrits sont, d’une certaine manière, fondateurs de leur personnalité et de leur identité.

Collections et propagande

Des « cartes magiques » et des jeux de société de ce genre attirent les collectionneurs. Ces jeux occultes serviraient de base pour véhiculer des idéologies. À ce sujet, lisez « Lucemon, une carte à jouer étrange pour collectionneurs » et « Turmoil in the Toybox – Phil Phillips, un livre qui fait la critique de la coneption de jouets pour faire la propagande d’idéologies ».

Si vous aimez ce billet, vous aimerez aussi:

Je ne commenterai pas la nature criminelle du geste qu’a posé cette jeune femme qui a été arrêtée par le Service de police de la Ville de Montréal parce qu’elle a diffusée la photo d’un graffito (singulier de graffiti) sur son profil Instagram. Je vais plutôt commenter le « geste artistique » que cela peut représenter du point de vue du graffiteur. Permettez-moi donc d’analyser ce graffito comme on le ferait d’un objet artistique, violent et politique.

Gardons en tête les propos de Michelle Blanc:

Si on remonte le fil des événements jusqu’à la première mise en ligne de la suspecte, Jennifer Pawluck (alias Anarcomie) sur Statigr.am, on remarque qu’elle avait affublé la photo de plusieurs mots-clics. Ces mots-clics visaient à attirer le plus d’attention possible sur la photo et ils contenaient aussi le fameux ACAB (All Cops Are Bastards). Ces autres photos sur son profil contiennent des photos de balles de révolver, de « A mort les flics », « une balle un flic » et tutti quanti. Disons que lorsqu’on regarde un peu plus profondément, il y a plusieurs éléments troublants. Mais l’élément le plus troublant, qui est celui qui a fait réagir la police, est celui de leur chef communication avec une balle dans la tête. Disons que l’image est passablement forte pour faire craindre monsieur Lafrenière.

MISE EN GARDE

Pour ceux qui penseraient que j’appuis le graffiteur parce que j’interprète son travail: Ian Lafrenière doit rester en vie et il ne devrait pas subir de telles « menaces »! Bon, peut-on être plus clair que ça… Moi, j’analyse l’image du graffito, c’est tout. Et je compatis avec la cible de ce dessin sur un mur.

Mon regard comme designer me pousse à mettre une mise en garde: ne pas confondre le procès de cette jeune femme avec le procès de l’art public. Ici, je veux tenter d’analyser pourquoi cette jeune femme a choisi spontanément de diffuser cette image et dans quel cadre s’inscrit cette image. Mon opinion est tout simplement que ce graffito est « efficace » pour communiquer son message. Par « efficace », vous comprendrez que je ne veux pas dire « éthique », « tolérable » ou même « de bon goût ». Je m’oppose à l’esthétique vulgaire de ce graffito qui n’apporte pas grand chose au débat public!

Il ne faudrait pas s’arrêter à ce simple graffito pour conclure que l’ensemble de l’art public est une horreur. Franchement! Des études universitaires sérieuses en arts plastiques ont été faites sur le sujet des graffiti. La conclusion que j’en tire est que le moyen de contrer l’expansion anarchique de ces graffitis est tout simplement de leur réserver des espaces publics où ils sont tolérés et protégés légalement, sous un viaduc par exemple. L’autre conclusion qu’on peut en tirer est que l’art public est le signe d’une certaine forme d’aliénation de la population et que l’art graffiti est une recherche plastique sensée revaloriser « la rue » en opposition avec l’hypermodernisme.

À PROPOS DE L’ART PUBLIC

Comme son nom l’indique, « l’art public » est au vu et au su de tous, tout comme un profil média social par ailleurs. Le graffiti est une revendication de l’espace public. Les graffiteurs peignent les murs pour indiquer leur qualité d’artiste. Ils fonctionnent par un mode de reconnaissance sociale: « Si ton graffiti est meilleur que le miens, je ne peignerai pas par dessus. » Ce courant artistique s’inscrit dans la mouvance hip hop et il doit se différencier du « tag » qui lui fait référence davantage à une appropriation des lieux publics pour des fins de marquage territorial. L’excellente série documentaire « Gang Land » démontre à quel point le tag est un langage codé élaboré qui permet la hiérarchisation des gangs de rues sur un territoire et ainsi éviter des confrontations inutiles entre gangs rivales, Bloodz et Crips par exemple.

GRAFFITO DE IAN LAFRENIÈRE

Le cas précis de l’image qu’a prise en photo Jennifer Pawluck est un graffito. C’est un autocollant noir et blanc, un genre de poster. On y voit clairement la signature du graffiteur mention « A.C.A.B. » ainsi que les mots « Ian Lafrenière ». Il s’inscrit dans la mouvance des manifestations relatives à la brutalité policière, mais aussi plus largement dans le cadre du Printemps érable 2012 (ou Printemps étudiant).

Doit-on rappeler que le graffito de nature politique est sensé véhiculer une idéologie? L’idéologie ici, c’est, ce me semble, « la rue est à nous, donc X ». On peut entendre ici « Ian Lafrenière doit cesser ces activités de porte-parole de la SPVM » ou « Ian Lafrenière est une cible à atteindre » ou tout simplement « Ian Lafrenière doit mourir » (ne pensez pas que je lui en veuilles, j’interprète l’image). La mort, en art, c’est ce qui nous fait prendre conscience du temps. En art contemporain, la mort, c’est le nihilisme face aux avancées technologiques: « on a toute cette technologie, mais on meurt quand même ». Je n’irai pas jusqu’à dire que ce graffiteur soit un habile théoricien de l’art, quand même! On pourrait plutôt croire que sa réflexion est de l’ordre du vulgaire: une balle dans la tête, c’est une balle dans la tête.

Sur ce graffito, le langage plastique est celui de l’univers du crime et de l’ordre policier. Le personnage est cadré des épaules à la tête, on ne peut donc pas douter qu’il s’agit bien d’un portrait. Ça rappelle les portrait de cibles que les policiers utilisent eux-mêmes pour pratiquer le tir. Bon, l’image est assez explicitement violente pour qu’on ait des doutes sur les motivations intrinsèques du graffiteur. Est-il un casseur? Un violent? Un farceur? Un criminel? C’est certainement un geste radical. C’est certainement « anti Ian Lafrenière ».

Cette enflure radicale chez les manifestants « de la rue » est présente aussi dans leur esthétique. J’ai déjà parlé de mon admiration de l’École de la Montagne rouge. Cependant, il faut aussi rappeler que des « artistes » se sont amusés à dépeindre le Premier ministre Jean Charest avec une moustache d’Hitler, ce qu’à dénoncé Mathieu Bock-Côté dans son billet « Rappel élémentaire : Jean Charest n’est pas Hitler ». Entre ces deux extrêmes, le graffito en question se positionne davantage du côté de l’histoire de Jean Charest en Hitler! C’est du rejet de frustration, de la déviation esthétique.

DE L’ESTHÉTIQUE WEB

Là où ça devient intéressant d’un point de vue artistique, je rappelle ma position neutre, c’est lorsque l’image unique du graffito de Jennifer Pawluc a une médiatisation forte depuis qu’il est diffusé sur Internet via Instagram. Ça devient alors « la rue » qui s’affiche sur un univers public plus vaste encore: Internet. Peut-on parler d’art Internet ou d’esthétique Web? Certainement. Pour qu’il ait ainsi capté l’attention d’une internaute, ce graffito a du présenter un intérêt « en soi » pour une diffusion Web. Il faut dire alors que l’intelligence créative, si on peut parler ainsi, derrière le graffito repris par Jennifer Pawluck est qu’il s’inscrit dans une esthétique propre au Web.

L’esthétique Web est en train de révolutionner le marketing de masse et le design:

Qu’est-ce que l’esthétique Web? C’est ce qui passe bien sur Internet. L’esthétique Web, c’est cet intérêt marqué, depuis quelques années, pour:

EN CONCLUSION

Pour terminer, que doit-on retenir de cette aventure? Et bien, je crois qu’on doit faire attention à ne pas démoniser l’art public au grand complet, d’une part, et d’autre part, je pense qu’il faudrait noter les éléments clés ayant fait de cette « oeuvre » un objet artistique si médiatisé et controversé. L’oeuvre d’art public illustrant Ian Lafrenière avec une balle dans la tête:

  • Fait violence, est provoquant;
  • Est propre à la dérive, à la déviation esthétique;
  • S’inscrit dans un mouvement artistique underground;
  • Véhicule une idéologie politique radicale;
  • S’attaque à une personnalité publique;
  • Fait un portrait avec un style proche du graphisme populaire;
  • Utilise un langage propre à ce qu’il dénonce (la violence et la police sont combinés);
  • Est cohérente avec l’esthétique Web en ce sens qu’il y a du « fait à la main », et une forme de « caricature » du personnage;
  • S’oppose férocement à une idéologie conventionnelle (ici « respecter l’autorité que représente la police »);
  • Marque un pan historique et politique de la nation.

ICÔNE EN DEVENIR ?

Comme portrait iconique, heureusement ou malheureusement, l’image pourrait-elle devenir très symbolique, et être à la hauteur de portraits populaires comme celui des iconiques Charles Manson ou Ché Guevara? Laissez-moi en douter!

via 24media

via stanford

MAJ

Il semblerait que mon intuition n’était pas bonne. Ce graffito est en train de devenir icônique, du moins pour l’instant. À voir…

Si vous aimez ce billet, vous aimerez aussi:

Le « fabriqué à la main » doit être identifié sur les emballages et les publicités parce qu’il parle de la rareté du produit. On parle du code du luxe dans cette vidéo et on dit « MAIN = LUXE »:

Dr. Clotaire Rapaille – The Culture Code (à la 25ième minute)

Je parlais des objets fabriqués à la main dans ces billets : La fabrication d’un produit de niche en petite série et Collectionner des objets, une réflexion sur le design. J’y ai noté que les produits « faits main » qui sont parfois signés ou identifiés avec un numéro démontrant qu’ils sont uniques et donc rares. A-t-on besoin de rappeler que la perception de rareté d’un produit de consommation est cohérente avec notre économie basée sur l’offre et la demande.

Sarcity (Wikipédia):

Scarcity is the fundamental economic problem of having seemingly unlimited human wants and needs in a world of limited resources. It states that society has insufficient productive resources to fulfill all human wants and needs. Alternatively, scarcity implies that not all of society’s goals can be pursued at the same time; trade-offs are made of one good against others. In an influential 1932 essay, Lionel Robbins defined economics as « the science which studies human behavior as a relationship between ends and scarce means which have alternative uses. »

Si vous aimez ce billet, vous aimerez aussi:

Nyan Cat, ce meme Internet qui est un gag populaire présentant un « chat arc-en-ciel Pop-Tart », est désormais transformé en objet. J’avoue que c’est probablement le début d’une nouvelle façon de mettre en marché des objets sur le Net: commencer par un meme et en faire un objet de consommation. À ce sujet, j’ai fait une étude de ce phénomène pour le créateur de MemeArmy.com, qui est un excellent champion du SEO marketing.

Nyan Cat [original]

For PJ.

Check out Nyan Cat at http://nyan.cat/
Official Nyan Cat Facebook:http://www.facebook.com/NyanCatWorld
Nyan Cat on Twitter: https://twitter.com/nyannyancat

Nyan Cat Store: http://nyancat.cat/store.html

GIF by PRguitarman http://www.prguitarman.com/index.php?…
Song by Daniwell-P/Momone Momo UTAUhttp://momolabo.lolipop.jp/nyancatson…
***used with permission; I own neither***

Découvrez deux exemples réussis de ce chat Pop-Tart transformé en objets:

Rainbow Nyan Cat 6″ Plush Toy With Sound

by Gund

Oreillée Nyan Cat via Amazon

Nyan Cat Juniors Zip Hoodie

Chandail Nyan Cat via Amazon

Nyan Cat sur Wikipédia:

Nyan Cat a vu sa popularité augmenter après avoir été mis en lumière sur le blog de Tosh.0. Plus tard, le site The Annoying Orange a fait une parodie de la vidéo qui l’a popularisé, donnant naissance à de nouvelles vidéos dérivées, certaines longues de plusieurs heures.

Évolution du nombre de visualisations sur Youtube
Date Nombre de visualisations
mai 2011 12 millions
juin 2011 20 millions
juillet 2011 45 millions
décembre 2011 50 millions
février 2012 60 millions
5 avril 2012 (1eranniversaire) 70 millions
début juin 2012 75 millions
septembre 2012 85 millions
novembre 2012 88 millions
décembre 2012 90 millions

MAJ

Un avocat pourrait vous confirmer le fait que Nyan Cat n’appartient à personne. On en débat actuellement sur Quora:

Feross Aboukhadijeh, Stanford ’12

24 votes by Marc Bodnick, Anon User, Domhnall O’Huigin(more)
Yes.Christopher Torres (username « prguitarman ») holds the copyright for the animated GIF. « Saraj00n » holds the copyright for the video. And, finally, « Daniwell » holds the copyright for the audio.However, I don’t believe the authors have any intention to exercise their copyrights to Nyan Cat.

Que pensez-vous du droit d’auteur sur Internet?

Si vous aimez ce billet, vous aimerez aussi:

Knit Knight est une tuque qui ressemble à un joli casque médiéval. Très sympathique. Très symbole masculin. Rappelons qu’il existe un grande nombre de fans nostalgiques du monde fantastique de leur enfance… J’en parlais dans mon billet L’imagination est un moteur économique puissant à l’ère du Nouvel-Âge (New Age).

Knit Knight

Un skateboard éclairé, voilà l’innovation spectaculaire qu’offre Samadhi Production avec FIREFLY:

created by:
samadhiproduction.cz
jamcopters.cz

DIRECTED BY
Jan Minol

PILOT / TECHNICAL SUPPORT
Jan Dojcan

STORY
Jan Minol / Jan Dojcan

EDIT / POSTPRODUCTION
Jan Minol

SPECIAL CREATIVITY
Jana Minolova

CAMERA OPERATORS
Jan Fuksa
Ondrej Prochazka
Daniel Truhlar

SKATER
Jan Minol

SONG
Nullified Mark Petrie

Watch making of FIREFLY here:
vimeo.com/55086619

via Matthieu Dugal

L’objet rappelle la mode des néons sous les voitures de luxe, une tendance qui fait parfois des résultats assez moches. Avouons pourtant que sur un skate, c’est spectaculaire. Dans la veine des skates au design délicieux, rappelons le skateboard volant futuriste de Back to the Future, l’Hoverboard, qui reste encore à inventer, quoiqu’il en existe un concept esthétique ici:

HOVERBOARD – NILS GUADAGNIN

Si vous aimez ce billet, vous aimerez aussi:

Annie Tiville met en vente des colliers à l’image de personnalités publiques sur EtsyClaude Poirier en devient une icône mode des plus surréaliste. Les personnalités du Québec Matricule 728, Yolande Ouellette et Doc Mailloux font aussi parti de la collection. Le ton est clair: c’est underground, gamin et cynique. Tout en fait en accord avec l’esprit ambiant actuel.

Si l’idée est intéressante, le résultat est surprenant! Des couleurs fluos, des alliages élégants, le tout respire la bonne humeur et la simplicité. Franchement, c’est réussi!

Qui est donc la montréalaise Annie Tiville?

Via Ton petit look: Fuck y’all : Orne ton corps de (bijoux) Claude Poirier et Petit Petit Gamin.




  • Page Facebook

  • Contactez-moi

    Laurent Marcoux, consultant en design industriel

    Email: contrat.laurent(at)gmail.com
    Skype : laurent_marcoux

    Pour la prise de rendez-vous: Heure locale au Canada

    Réseaux sociaux:
    Facebook Facebook
     Google+
    Linked-In Linked-In
    Twitter Twitter

  • Le Design et l’écologie

    LE DESIGN ET L’ÉCOLOGIE est un essai qui vise à vulgariser les concepts généraux liés à l’éco-conception de manière simple et concise. Il s’agit d’une introduction à l’éco-conception qui inclut une liste de définitions, un constat de l’impact du design sur l’entreprise socialement responsable, la logistique, le cycle de vie, l’image de marque et les normes de développement, ainsi qu’une liste de sites Web à consulter. AUCUN REMBOURSEMENT. AUCUN ÉCHANGE. 11 pages.
  • Le Design tout simplement

    LE DESIGN TOUT SIMPLEMENT est un essai qui vise à répondre à quatre grandes questions relatives au design : Qu’est-ce que le design? À quoi sert le design? Qu’est-ce qu’un bon design? Comment travaille un designer?  Né à Québec en 1987, Laurent Marcoux est diplômé en technique de design industriel au cégep de Sainte-Foy (Québec, Canada). Consultant en design, recherche et développement, il est l’auteur d’un blogue : http://designer-entreprise.com.  Notes générales: Ce texte fait 31 pages. Aucun échange. Aucun remboursement.