Archive for the ‘Comportement du consommateur’ Category

Les hipsters de ce monde nous montrent que le design peut faire parti d’un mode de vie, c’est-à-dire qu’il peut s’imbriquer dans un style vestimentaire, une façon de décorer sa maison, etc. Le design peut devenir, pour quelqu’un, une sorte de barème identitaire. « J’aime le design » devient un mode de vie.

On arrive parfois à décorer sa maison à son goût, à s’habiller à son goût, etc. Le design, c’est cette manière de se préoccuper de la fonctionnalité avant tout!

Publicités

Images de femmes ou le corset social est une excellent documentaire qui parle de l’image de la femme et de la mode. On y parle de psychanalyse et de psychologie. J’aime!

Résumé via Moi et Cie:

Un homme s’interroge sur l’image qui s’offre à son regard… Questionnement sur les critères de beauté véhiculés – imposés? – par le monde de la mode à ses modèles. Et peu à peu le film nous entraîne dans une réflexion sur l’apparence en déconstruisant les mirages qui peuplent l’univers social, en s’attardant sur les représentations qui envahissent nos désirs inconscients.

Créateurs de mode, philosophes, directrices de magazines féminins, publicitaires, psychanalystes et poètes, dénouent ainsi pour nous les lacets d’un « corset social » qui emprisonne les femmes, et auquel il est devenu difficile d’échapper.

L’humoriste et blogueur Gab Roy les nomment « l’armée des trolls » à la Sphère du 5 vovembre 2011. C’est le public de gens très innovateurs qui sont présents sur le Web 2.0 et qui cultivent l’esthétique Web. C’est aussi le public qui commente sur 9gag, une source infinie de buzz web. Pourquoi s’intéresser à cette masse d’anonymes? Parce qu’ils sont aussi des influenceurs et des consommateurs. Bon nombre de produits de consommations font la tendance lorsqu’ils sont repris sur le Web 2.0 (les médias sociaux, les forums, etc.). Il faut s’intéresser à eux parce qu’il modélisent le monde du Web. Ils font la tendance. Ils inventent de nouvelles modes. Mais attention, sur le Web, il existe aussi une envie territoriale féroce.

Voyez la bande-annonce du film The Naked Brand pour en apprendre plus sur le comportement du consommateur. http://thenakedbrand.com/

http://vimeo.com/channels/336454

On y parle de communication d’entreprise, de branding et de publicité. via http://conf.teluq.ca/p85i22ahsj8/?launcher=false&fcsContent=true&pbMode=normal

Depuis quelques temps déjà, je tweet mon brainstorm. Je suis en train de développer un item de mode pour hommes. C’est une expérience enrichissante. Pour le moment, je ne sais pas encore si le produit va être distribué.

Ce que j’ai appris en faisant le design de ce item de mode, c’est que les hommes (ce marché-là) est divisé en une multitude de sous-marchés de niche qui ont chacun leurs personnalité.

J’ai particulièrement apprécié faire un focus group dans un bar, dans lequel j’ai pu parler à trois jeunes hommes de mode masculine. Pourquoi dans un bar? J’ai découvert que c’était le seul endroit dans lequel des hommes de cet âge étaient disposés à parler de mode. Faut-il comprendre que les hommes ne sont pas « jaseux » quand on parle de mode vestimentaire? Je déduirais plutôt que c’est que les hommes sont plutôt intéressé à discuter autour d’une bonne bière et de shooters!

Dans mon focus group, j’ai compris quelques points intéressants:

  • le logo et le slogan ne font pas nécessairement vendre le produit de mode masculine;
  • la publicité doit être plus que simplement drôle ou accrocheuse, elle doit être un code symbolique qui dit ce que le produit veut dire;
  • les hommes que j’ai interviewé aiment que les choses soient simples!

Si comme moi, vous voulez faire un focus group en design industriel, je vous invite à noter tout ce que vos sujets ont à dire et d’analyser leurs réponses après coup…

J’ai pensé vous donner quelques réflexions sur Internet comme mode de communication et de vente et faire un petit bilan de mon expérience avec le Web à ce jour. Je ne suis pas un spécialiste d’Internet, mais je me suis spécialisé avec les années en recherche de tendance, ce qui veut dire que j’ai développé une manière de chercher les tendances sur Internet. Et… en trouvant des tendances, on finit par en trouver la source.

Comment j’ai découvert le Web

Je me souviens de la première fois où j’ai rencontré le Web. C’était lors d’un cours d’initiation au HTML qui se donnait en cours du soir à mon école primaire. Dans une salle d’ordinateurs, on avait accès à un bon vieux WORD, à un outil Web dont j’oublie le nom et à Internet Explorer.

Je me souviens très bien avoir écrit un petit texte sur Garfield (j’avais 11 ans à l’époque) et d’avoir tout essayé pour intégrer une image du petit chat de la BD dans mon interface Web. C’était franchement laid même pour les années 90s, mais ça m’a appris à travailler avec le Web, par à m’enrager contre.

Ce que j’ai appris depuis, avec Blogpost, Youtube, et puis WordPress, et en utilisant les réseaux sociaux Facebook, Twitter, Linked-In et Google Plus par après, c’est que le Web est un canevas très stricte qui permet beaucoup de créativité. Le Web, c’est frustrant, c’est un langage en soi et ça demande de comprendre très bien des petits détails pour arriver à simplifier en un Code une série de réflexions stratégiques. It’s a pain in the ass pour un débutant en affaires. C’est trop complexe du premier coup d’oeil… Mais on finit par s’y habituer.

J’ai fait plusieurs erreurs de débutant, comme celle d’avoir mis en ligne un site avec une URL sans bon sens https://leprojetinspire.wordpress.com et celle d’avoir multiplié les mots de passe sur des sites externes de sorte à en oublier ma présence Web. J’ai réglé tout ça avec un tableau EXCEL dans lequel j’ai listé mes présences Web. J’ai aussi fait l’erreur de débutant de ce site web: http://design-lm.blogspot.com qui ne me sert plus à rien et que je refuse d’effacer parce que d’anciens de mes messages sur les forums de discussion dirigent vers ce blogue de m****.

Se vendre sur Internet

J’ai passé plusieurs jours à me gratter le coco pour savoir comment se vendre sur Internet. Le livre le plus utile que j’ai lu sur le marketing Web, c’est un livre en réalité sur la vente et ça se nomme :

En résumé: Internet est un lieu idéal pour le pitch de vente qui dure moins de 2 minutes parce qu’on lit rapidement sur le Web et qu’on a tendance à sauter du coq à l’âne en surfant.

J’ai aussi reçu l’aide de Michelle Blanc et de Félix Arseneault pour organiser ma présence Web.

Suivre les tendances Web au Québec

Sur le Web québécois en 2014, en dehors des médias traditionnels, je reconnais l’influence de:

Et sur Twitter en particulier, je vous recommande l’analyse d’Influence Communication sur LES « MÉDIACRATES ».

Le Far Web: l’intolérance comme motif de base

Ce qui me trouble avec le Far Web (comme dans Far West) comme on aime à l’appeler, c’est qu’on utilise le Web pour faire la promotion de la haine. Hors, il s’avère que l’intolérance est virale, elle passe bien par les réseaux sociaux, ce que dénonce Madonna. Si Madonna, miss provocation en personne, s’inquiète de l’intolérance, alors…

Il faut comprendre que dans l’espèce humaine il y a ce qu’on pourrait appeler des psychopathes fonctionnels, ce que d’autres nommeraient bêtement des « chiens sales » (cette expression n’est pas de moi, elle est tirée du livre Objectif zéro chien sale de Robert I. Sutton que je vous recommande). Les psychopathes fonctionnels seraient en théorie en action inconsciemment pour répandre leur gênes en :

  1. Éliminant la concurrence;
  2. S’appropriant les ressources;
  3. Développant des stratégies de défense et d’attaque.

Leur but premier: implanter sur Terre (ou dans le cas du Web, dans le cybermonde) leur emprunte et préserver l’avenir de leur descendance coûte que coûte.

Sans faire un dossier complet sur le sujet, je vous invite fortement à étudier le comportement des psychopathes fontionnels pour mieux comprendre les comportements territoriaux des gens sur le Web. Vous auriez aussi intérêt à lire sur les sadiques et les narcissiques (autres traits distinctifs) pour comprendre comment se fait la haine sur le Web.

Quel est donc le lien à faire avec le Far Web? Je remarque tout simplement qu’il y a des personnalités sur le Web qui ont les traits de psychopathes fonctionnels en ce sens qu’ils sont prêts à tout pour défendre leur présence Web. En effet, le Web est encore à ce jour relativement peu réglementé, ce qui laisse place à une certaine créativité heureuse, mais aussi à l’appropriation de ce territoire par des gens non recommandables.

Le Web est en pleine évolution et il faut apprendre à vivre avec… blâmer un blogueur pour ce que le Web représente de mal c’est oublier de se poser les vraies questions sur le sujet:

  • Internet est-il bien réglementé?
  • Internet est-il un outil d’innovation efficace?
  • Internet est-il un territoire à défendre?

L’esthétique Web

Comme je l’ai écrit dans « L’esthétique Web est en train de révolutionner le marketing de masse et le design »:

L’esthétique Web, c’est cet intérêt marqué, depuis quelques années, pour:

L’esthétique Web influence les modes en dehors du Web.

Si vous aimez ce billet, vous aimerez aussi:

Voici une vidéo de TheEllenShow pour se moquer d’un produits BIC. À voir!

Bic Pens for Women

Il est intéressant de noter à quel point la réceptivité au produit est mauvaise. Elle est si mauvaise qu’elle implique un commentaire politique. Je pense que c’est un bon exemple du pouvoir évocateur des objets.

Voici l’extrait d’un texte de 18 pages que j’ai écrit sur les emballages de médicaments. Vous pouvez vous procurer ce document en me contactant.

Critères fonctionnels
L’emballage doit être optimisé pour le transport, prendre un minimum d’espace et demander un minimum de matériaux, question d’alléger son poids. Cela peut être problématique pour l’emballage de petites quantités, d’où l’intérêt alors de faire des emballages plats, ayant plus grande surface, comme le sont certains paquets de gomme à mâcher, de sorte à ce qu’ils soient vus sur les étalages. Il est aussi pertinent d’écrire en braille et d’offrir une texture distinctive sur le produit pour les non-voyants. L’emballage aurait avantage à contenir des indications sous la forme d’illustrations au lieu d’être simplement sous forme écrite, question d’être compréhensible par des analphabètes. Le diamètre des ouvertures du contenant doit faciliter la sortie des comprimés et ne pas bloquer leur sortir ou accélérer la chute de trop de comprimés à la fois. À ce sujet, on peut recommander les emballages sous scellé qui permettent de sortir un comprimé àla fois. On doit éviter les cartons aient des coins pointus et que les pièces en plastiques se cassent sous impact. Il faudrait s’assurer que les comprimés soient à l’appris des agents extérieurs, entre autre du Soleil qui pourrait affecter certains médicaments me dit-on, et les liquides.

Un texte clair et précis
On devrait écrire ceci sur l’emballage : le nom générique et commercial, la force du médicament, les interactions, les effets secondaires, la mise en garde, la raison de l’utilisation et la monographie du produit.

Un code de couleur
Les couleurs peuvent jouer un rôle dans l’adhésion aux médicaments en permettant d’organiser les médicaments dans l’emballage de manière à ce que leur prise soit graduelle, au rythme des tonalités des couleurs. On pourrait ainsi situer les comprimés sur une gradation de rouge (représentant la douleur) à crème (représentant la santé). Comme certaines personnes ne perçoivent pas bien les couleurs, parce qu’ils sont daltonien ou parce qu’ils sont plus âgés, il convient de ne pas surcharger le produit de couleurs arc-en-ciel et d’attribuer un code de couleur qui soit trop subtil.

Si vous aimez ce billet, vous aimerez aussi:

Voici une technologie Reality mining du professeur Sandy Pentland pourrait révolutionner la manière dont on fait des études de marché et des analyses sur les comportements des gens en société (voir 2ième à la minute):

Brave New World w/Stephen Hawking Episode 3: TECHNOLOGY – Full/HD


Si vous aimez ce billet vous aimerez aussi:

Cet été, surprenez vos clients en leur offrant du nouveau, une invention que vous devez tester. Planifiez de changer le visuel de votre boutique, calculez le nombre de rencontres d’affaires positives que vous faîtes, augmentez la qualité de vos produits et services… L’été, c’est un bon temps pour tester les consommateurs sans les frustrer. Il faut le dire, les gens ont l’esprit  la fête, et ils sont moins furieusement inquiets que lors du magasinage (shopping) du temps des Fêtes! Alors, si vous avez à tester une invention grand public, faîtes-le l’été! Si vous avez à donner des échantillons gratuits, faîtes-le l’été! Vous éviterez les visages froids et distants des gens qui viennent d’affronter le froid de l’hiver ou les ingratitudes de la météo. Vous ferez face à plus de gens à l’écoute, en raison d’un moral plus « hop la vie »! Bien entendu, cela ne s’applique pas à toutes les industries et à toutes inventions: il est difficile de vendre une pelle en été, c’est bien certain! Mais l’expérience terrain nous dit que l’humeur est plus positive quand les gens sont sous le soleil.

À propos, et pour vous permettre de vérifier que le moral est meilleur en été, remplissez ce calendrier à humeur tout-à-fait non scientifique et ludique:

via jonathan-menet

Si vous aimez ce billet, vous aimerez aussi:




  • Page Facebook

  • Contactez-moi

    Laurent Marcoux, consultant en design industriel

    Email: contrat.laurent(at)gmail.com
    Skype : laurent_marcoux

    Pour la prise de rendez-vous: Heure locale au Canada

    Réseaux sociaux:
    Facebook Facebook
     Google+
    Linked-In Linked-In
    Twitter Twitter

  • Le Design et l’écologie

    LE DESIGN ET L’ÉCOLOGIE est un essai qui vise à vulgariser les concepts généraux liés à l’éco-conception de manière simple et concise. Il s’agit d’une introduction à l’éco-conception qui inclut une liste de définitions, un constat de l’impact du design sur l’entreprise socialement responsable, la logistique, le cycle de vie, l’image de marque et les normes de développement, ainsi qu’une liste de sites Web à consulter. AUCUN REMBOURSEMENT. AUCUN ÉCHANGE. 11 pages.
  • Le Design tout simplement

    LE DESIGN TOUT SIMPLEMENT est un essai qui vise à répondre à quatre grandes questions relatives au design : Qu’est-ce que le design? À quoi sert le design? Qu’est-ce qu’un bon design? Comment travaille un designer?  Né à Québec en 1987, Laurent Marcoux est diplômé en technique de design industriel au cégep de Sainte-Foy (Québec, Canada). Consultant en design, recherche et développement, il est l’auteur d’un blogue : http://designer-entreprise.com.  Notes générales: Ce texte fait 31 pages. Aucun échange. Aucun remboursement.