C’est un sujet un peu tabou dans le milieu du design, mais il faut bien l’assumer: les jeunes designers font souvent les snobs face à leur rivaux qui ont plus d’expérience. L’une des épreuves de ma génération, c’est de réinventer le design sans nier les piliers théoriques du passé. Ce serait une erreur de mettre en péril les solutions passées: le minimalisme de lignes, la simplicité des arrangements de couleur, les formes douces… Tout cela, semble-t-il, mes contemporains s’en fouttent royalement. À voir les objets graphiques du site Behance, on voit bien que ces gens ont des croûtes à manger avant d’arriver à plaire aux gens qui ont un goût très pointu.

Je reproche aux jeunes designers de ma génération de s’adresser aux personnalités histrioniques et narcissiques à défaut de s’adresser à l’ouvrier et au pilote d’avion, à l’ingénieur et au musicien classique. Le problème réside essentiellement dans le morcellement des marchés. Etsy regorge de mauvais design, mais aussi d’accessoires de grande qualité. Le net pollue les esprits… vive les antiquaires!

Si vous aimez ce billet, vous aimerez aussi:

Publicités