Avouez que vous avez eu un jour ou l’autre possédé un objet de culte qui ne servait à absolument rien? Que ce soit une statuette, une amulette, un collier ou une bague, chacun d’entre nous avons un jour ou l’autre possédé une chose « magique ». Dans mon cours sur la sociologie de la consommation à l’Université Laval, on parlait de « fétichisme » de l’objet et d’objet « totem ». Permettez-moi d’adresser ce sujet des objets de culte de manière sérieuse sur ce blogue qui traite, soyons honnêtes, de toutes les formes d’objets imaginables qu’on puisse faire fabriquer par un designer.

Festival de la spiritualité

Je suis tombé sur un petit bijou à Radio X (oui, ça existe) sur le thème « Festival de la vie: Décode le prénom de Maurais Live ». On y parle de soins donnés par un monsieur qui rééquilibre les chakras en libérant les individus des codes qui sont logés dans leur ADN sous forme d’engramme toxiques. S’il y a un gars ouvert avec le paranormal c’est bien moi, mais ça, c’est de la haute voltige. Si seulement il savait définir les termes qu’il utilise et avoir un lexique commun avec ses confrères, on épargnerait des maux de tête.

À la 11ième minute de l’extrait audio, l’interviewé raconte que le prénom Laurent égale « en or », donc richesse intérieure. Wow! C’est du n’importe quoi. L’éthymologie de « Laurent », c’est :

Laurence masc. proper name, from Old French Lorenz (French Laurent), from Latin Laurentius, literally « of Laurentum, » a maritime town in Latium, literally « town of bay trees, » from laurus (see laurel). The Italian form is Lorenzo. A popular given name in the Middle Ages, as a surname it is attested in England from mid-12c. Larkin is a pet-form. For some reason, the name since at least 18c. has been the personification of indolence (cf. also German der faule Lenz « Lazy Lawrence »). But in Scotland, the pet form Lowrie has been used for « a fox » (c.1500), also for « a crafty person » (1560s).

Est-ce un Festival de la secte? On dirait un épisode de Les Bougons: c’est aussi ça la vie, au « Salon de l’ésotérisme »:

Les Bougons – Saison 1 episode 11 – S01 11

Chose certaine, la spiritualité attire les gens de toute acabits et je respecte leur démarche qui manque parfois de sérieux, faut-il le souligner?

La critique des objets « magiques »

Quand j’entends des gens dire « je vais m’acheter des cristaux en quartz pour émaner de l’énergie de Gaya et des bagues divines qui vont me permettre d’avoir l’impression que je suis un elfe magique et je vais aussi me procurer des fontaines avec une lumière multicolore pour rééquilibrer le CHI. », je suis scié en deux.

Je ne nie pas l’existence des soins de type reiki, tai-chi, des méditations et du yoga comme exercices pour se remettre en forme et éliminer le stress accumulé. Je ne prétends pas non plus que les objets de culte et de rituel qui sont ceux des druides et des mages n’ont pas un certain « effet de persuasion », de sorte à plonger l’individu qui les manipule dans une sorte de transe, comme l’auto-hypnose. Je pense aussi que de nombreux bijoux et objets dits « magiques » sont en fait à usage symbolique, en ce sens qu’ils véhiculent une idéologie et un message occulte. On pourrait aussi dire que certains objets sont des marques d’un certain » pouvoir », comme une couronne ou un glaive ou un masque. Puis, des objets à l’esthétique occulte peuvent faire parti d’une sorte de terrorisme esthétique (en anglais: aesthetic terrorism).

C ‘est assez clair que l’effet placebo a sa place dans tout cela… On peut aussi penser qu’il y a ce qu’on pourrait nommer un effet du à l’intention, au mots du discours, au charisme et à la présence de celui qui soigne. En ce sens, on obtiendrait un « regain d’énergie » (de l’affection! de l’attention!) en côtoyant certains personnes particulièrement chaleureuses. Pour ceux qui ne sauraient pas, le chamanisme a été étudié par des psychiatres: c’est l’hypnose et l’autosuggestion qui a un effet sur la santé, par les gogosses. Aussi, le feng shui est une pratique ancestrale qui mérite une attention particulière non pas sur les objets eux-mêmes, qui n’ont aucun intérêt, mais sur leur disposition optimale dans l’espace. Alors, avant de parler de n’importe quoi, il vaut mieux s’informer!

Les objets hantés

Par ailleurs, il y a aussi des objets nommés « gri-gri » qui eux sont supposés renfermés des « démons ». Il semblerait que des objets dits « magiques » sont en réalité des objets « hantés » comme le sont certaines maisons tel qu’il est convenu dans la culture populaire. Des objets « démoniques » ont été répertoriés par deux chercheurs très sérieux, Ed and Lorraine Warren:

Paranormal State: Lorraine Warren’s House Tour

Paranormal State: Lorraine Warren House Tour Part 2

Le marketing de la magie

Passé ces petites notions bien simple, laissez-moi vous dire qu’il y a un réel potentiel marketing à vendre du « magique ». J’en avais parlé dans mon billet « L’imagination est un moteur économique puissant à l’ère du Nouvel-Âge (New Age) »:

Le fantastique comme fondement de l’identité

Dîtes-vous bien que pour les très nombreux fans de récit fantastique, les personnages et les univers décrits sont, d’une certaine manière, fondateurs de leur personnalité et de leur identité.

Collections et propagande

Des « cartes magiques » et des jeux de société de ce genre attirent les collectionneurs. Ces jeux occultes serviraient de base pour véhiculer des idéologies. À ce sujet, lisez « Lucemon, une carte à jouer étrange pour collectionneurs » et « Turmoil in the Toybox – Phil Phillips, un livre qui fait la critique de la coneption de jouets pour faire la propagande d’idéologies ».

Si vous aimez ce billet, vous aimerez aussi:

Publicités

  • Page Facebook

  • Contactez-moi

    Laurent Marcoux, consultant en design industriel

    Email: contrat.laurent(at)gmail.com
    Skype : laurent_marcoux

    Pour la prise de rendez-vous: Heure locale au Canada

    Réseaux sociaux:
    Facebook Facebook
     Google+
    Linked-In Linked-In
    Twitter Twitter

  • Le Design et l’écologie

    LE DESIGN ET L’ÉCOLOGIE est un essai qui vise à vulgariser les concepts généraux liés à l’éco-conception de manière simple et concise. Il s’agit d’une introduction à l’éco-conception qui inclut une liste de définitions, un constat de l’impact du design sur l’entreprise socialement responsable, la logistique, le cycle de vie, l’image de marque et les normes de développement, ainsi qu’une liste de sites Web à consulter. AUCUN REMBOURSEMENT. AUCUN ÉCHANGE. 11 pages.
  • Le Design tout simplement

    LE DESIGN TOUT SIMPLEMENT est un essai qui vise à répondre à quatre grandes questions relatives au design : Qu’est-ce que le design? À quoi sert le design? Qu’est-ce qu’un bon design? Comment travaille un designer?  Né à Québec en 1987, Laurent Marcoux est diplômé en technique de design industriel au cégep de Sainte-Foy (Québec, Canada). Consultant en design, recherche et développement, il est l’auteur d’un blogue : http://designer-entreprise.com.  Notes générales: Ce texte fait 31 pages. Aucun échange. Aucun remboursement.