L’origine, l’histoire du design industriel et des hypothèses sur le passé

Bonne question que celle de savoir l’origine du design industriel! Vous comprendrez que mes bases scientifiques dans ce domaine sont relativement minces puisque je ne suis pas historien. Je vais laisser aux spécialistes le soin de répondre à cette question dans les détails! Pour ma part, je vais tenter de résumer ici ce que je pense être des pistes de réflexion pertinentes à propos de l’origine du design industriel.

Ressources et références utiles

Certes, c’est aux historiens, anthropologues et philosophes du design qu’on peut se référer avec assurance pour déterminer l’origine de la fabrication des objets selon les orientations du design industriel. Les historiens et anthropologues du rapport des Hommes avec les objets ont tenté de repérer l’origine du design selon différents points de vue: designers reconnus, écoles de style, architecture, fabrication des outils, etc. De leur côté, les philosophes du design ont traité des différentes applications du « design thinking » (pensée design).

Comme ce n’est pas mon expertise que de faire l’histoire du design industriel, je vous réfère à des sites d’experts en la matière. Dans mon billet « Histoire du design industriel/design de produits », j’écrivais:

L’histoire du design industriel permet de comprendre l’évolution des tendances en design ainsi que les besoins des consommateurs. Le design industriel est un domaine complexe qui mérite toute l’attention des entrepreneurs. En étudiant l’histoire du design, on voit des exemples concrets de produits à succès conçus de A à Z par des designers. Vous trouverez de nombreux exemples dans l’historie d’entrepreneurs à succès ayant fait appel aux designers pour réussir! Vous trouverez ici une liste d’hyperliens menant vers des sites dédiés à l’histoire du design industriel.

Histoire du design

L’éthymologie du mot « design »

Le dictionnaire Ethymoline nous renseigne sur l’éthymologie du mot « design » qui daterait de 1580:

design (n.)1580s, from Middle French desseign « purpose, project, design, » from Italian disegno, from disegnare « to mark out, » from Latin designare « to mark out » (see design(v.)).

J’ai moi-même écrit une définition du design dans un ebook « Le Design tout simplement », et il existe plusieurs définitions de ce mot, comme je l’écrivais dans « Design industriel, quelques définitions ». Voici celle que je retiens:

DESIGN INDUSTRIEL :
Profession créatrice dont le but est de déterminer les qualités formelles, d’optimiser les relations structurelles et fonctionnelles des objets produits en série. Mots-clés : création industrielle, design de produits, design d’objets, dessinateur industriel, « industrial design », « product design ».

Des designers reconnus

L’histoire du design industriel contemporain est souvent ordonnée dans les livres de manière chronologique selon les différentes personnalités du design. De fait, on connaît l’influence de personnages tel que Raymond Leowy:

Raymond Loewy (5 novembre 1893 à Paris – 14 juillet 1986 à Monaco), était un designer industriel et un graphiste français devenu franco-américain, ayant été naturalisé.

Des écoles de style

Une chose est certaine, des historiens du design ont daté les grands mouvements de cette méthode qui s’appelle le design de produits manufacturés. Aussi, on a archivé les preuves de l’évolution contemporaine du design industriel selon diverses écoles de style, comme le Bauhaus:

Le Bauhaus est un institut des arts et des métiers fondé en 1919 à Weimar (Allemagne), sous le nom de Staatliches Bauhaus, par Walter Gropius, et qui, par extension, désigne un courant artistique concernant, notamment, l’architecture et le design, mais également laphotographie, le costume et la danse. Ce mouvement posera les bases de la réflexion sur l’architecture moderne, et notamment du style international.

La place de l’architecture

La plupart des textes d’historiens que j’ai lu (et je dois avouer que je n’en ai pas lu plus d’une dizaine) semblent converger vers l’idée que le design industriel a pour origine l’architecture, tout simplement. En ce sens, on pourrait qualifier le design industriel de « l’architecture des objets manufacturé en série ».

Ainsi, Le Corbusier est un architecte qui a imaginé des chaises, un « architecte des objets »:

Charles-Édouard Jeanneret-Gris, né le 6 octobre 1887 à La Chaux-de-Fonds, dans le canton de Neuchâtel, et mort le27 août 1965 à Roquebrune-Cap-Martin, plus connu sous le pseudonyme de Le Corbusier, est un architecteurbaniste,décorateurpeintresculpteur et homme de lettres, suisse de naissance et naturalisé français en 19301.

C’est l’un des principaux représentants du mouvement moderne avec, entre autres, Ludwig Mies van der RoheWalter GropiusAlvar Aalto et Theo van Doesburg.

Si on pousse la réflexion plus loin, on pourrait déterminer les fondements propres à l’architecture contemporaine et valider avec certitude qu’elles datent en partie certainement de l’Antiquité, notamment avec le Parthénon :

Le Parthénon — en grec ancien Παρθενών / Parthenṓn (de παρθένος, nom féminin, « jeune fille, vierge ») littéralement « l’appartement des jeunes filles1 », c’est-à-dire ici « la demeure d’Athéna Parthenos » — est un édifice situé sur l’acropole d’Athènes.

Le Parthénon était consacré à la déesse Athéna, protectrice de la cité et déesse de la guerre et de la sagesse. Il a été conçu tout à la fois pour abriter la statue chryséléphantine de la déesse, Athéna Parthénos, œuvre de Phidias, et pour abriter l’argent de la cité et de la ligue de Délos2.

C’est probablement le plus connu des monuments grecs classiques. Il a été construit de -449 à -438 par l’architecte Ictinoset décoré par le sculpteur Phidias, à l’initiative de Périclès.

Donc, les règles qui sont celles de l’architecture (le nombre d’or par exemple) s’appliquerait aussi au design industriel.

Les objets de culte

La logique nous indique que cette technique de fabrication qu’est le design industriel transparaît lorsqu’on observe l’artisanat des objets de culte (totems, bijoux, masques…) produits en série et sensés protéger « la tribu ». Ce principe de fabrication en série d’objets de culte existe toujours. Cela a d’ailleurs été parodié dans l’excellent film Songs from the Second floor (Sånger från andra våningen, en suédois), un film post-moderniste plutôt nihiliste et critique du capitalisme, où on voit un dépotoir qui est une pile de crucifix:

Songs from the Second Floor Trailer

À ce sujet, lisez aussi « Analyse anthropologique des objets et de Noël par Serge Bouchard ».

Le silex

En poussant la réflexion davantage (et c’est là qu’on peut perdre son lecteur!), il faut reconnaître que les êtres humains de tout temps ont tenté de fabriquer des outils et des abris pour assurer leur survie et la protection du clan. Je propose que le design industriel comme technique de production a pour origine la fabrication en série des premières armes, comme le silex et plus tard les pointes de flèches. Ainsi, l’artisan qui voulait garantir la survie de son clan se dotait d’objets pour tailler rapidement et efficacement des outils paléolithiques comme on le ferait en usine pour ainsi dire. À propos, voyez:

Outils paléolithiques

L’émotion en réponse au danger et l’innovation

Comme semble le dire Don Norman, qui parle de « design émotionnel », le design comme mode de résolution de problème est essentiellement en réponse à des émotions que suscitent les choses et elle est une méthode particulièrement utile lorsqu’on cherche à induire des comportements en suscitant des émotions. Lorsqu’une entreprise des années 2000 cherche à innover, on conseille à ses employés de « se mettre en danger » et de « sortir de leur zone de confort », ce que Julien Smith appelle le « The Flinch » (en français: tressaillir). D’où le slogan « Fail faster! » (Faisez des échecs plus rapidement!) qui est enseigné aux entreprises en démarrage (startups).

On peut imaginer un premier être humain « homo designer » ou « homo innovatus » qui se brûle en touchant du feu et qui cherche un moyen de « contenir ce pouvoir ». Il développe le concept de la « torche de feu » et plus tard, encore une fois, des techniques de production de feu, pour « faire du feu » de manière sécuritaire. Je fais l’hypothèse que le design comme méthode de résolution de problème (design thinking) est peut-être apparue lorsqu’on a cherché à produire et contenir du feu avec un outil produit en série. C’est alors qu’on a mis en place un « processus de conception et développement de produit », en quelque sorte, et qu’on a fait de la veille concurrentielle, si on peut parler ainsi, en espionnant les « tribus » adverses.

Pour illustrer cela, le film Quest for Fire raconte l’histoire d’un « homme primitif » qui s’attarde à découvrir et apprendre à produire du feu à l’aide d’outils plus évolués:

Quest for Fire (1981) – Trailer

Limites de cette hypothèse et Première Révolution industrielle

Attention! Vous comprendrez que j’extrapole et que l’Histoire est parsemée d’innovations qui ne sont pas issues d’une démarche consciente de « design thinking »! Il ne faudrait pas penser que les designers industriels ont toujours philosophé sur leur approche! En effet, on critique parfois leur manque de rigueur scientifique et d’esprit de synthèse. Il est aussi bon de noter que l’expression « design industriel » correspond au monde de l’industriel et pas à celui du paléolithique! Il faudrait aussi vérifier que ces supposés « primitifs » agissaient de manière ordonnée et méthodique, comme on le fait en industrie depuis le taylorisme et le fordisme, avant de croire que le silex et les outils de production du feu sont les premiers objets issus d’une démarche de design industriel!

Pour mieux apprécier le développement du design industriel, il faut s’intéresser à la Première Révolution industrielle:

La révolution industrielle, expression créée par Adolphe Blanqui1, reprise et popularisée par Friedrich Engels et par Arnold Toynbee, désigne le processus historique duxixe siècle qui fait basculer – de manière plus ou moins rapide selon les pays et les régions – une société à dominante agraire et artisanale vers une société commerciale etindustrielle. Cette transformation, tirée par le boom ferroviaire des années 1840, affecte profondément l’agriculture2, l’économie, la politique, la société et l’environnement.

Et les tendances en design industriel

Pour apprendre les tendances montante en design industriel, je vous invite à lire « Trois tendances importantes du design industriel depuis les années 2000 ». Lisez aussi « Les influences de mon livre sur la consommation, le design et les tendances » et consultez ces ouvrages pertinents:

Mot de la fin

Tel que mentionné plus haut, je ne prétends pas connaître l’histoire du design de fond en comble quoique j’ai suivi un cours intitulé « Histoire du design » et que j’ai écris sur les définitions du mot « design ». Je me suis permis de faire le lien entre les différentes ressources que j’ai pu consulter jusqu’à présent (historiens, anthropologues et philosophes du design), afin de dresser un portrait de l’origine du design industriel. Alors, quelle est donc l’origine du design selon vous?

Si vous aimez ce billet, vous aimerez aussi:

Publicités

  1. 1 Design esthétique / cosmétique ou design fonctionnel | Laurent Marcoux, consultant en design industriel

    […] L’origine, l’histoire du design industriel et des hypothèses sur le passé […]

  2. 2 Théâtralisation, mise en scène et spectacle dans la société contemporaine selon Guy Debord | Laurent Marcoux, consultant en design industriel

    […] L’origine, l’histoire du design industriel et des hypothèses sur le passé […]

  3. 3 Quel est l’objet ayant le meilleur design au monde? La bouteille contour Coca-Cola | Laurent Marcoux, consultant en design industriel

    […] L’origine, l’histoire du design industriel et des hypothèses sur le passé […]

  4. 4 Philosophie des processus: mesurer trois fois et tracer une seule fois | Laurent Marcoux, consultant en design industriel

    […] Si vous êtes designers, vous connaissez probablement « des clients venus de l’enfer » comme celui dont je fais mention. Pour rire et se remettre en mode « action », allez lire les descriptions humoristiques du site Clients from hell. Si vous êtes client d’un designer, ce site vous enseignera aussi qu’une bonne relation humaine entre un client et son designer permet des innovations et des réussites plus grandes, comme le montre l’expérience et l’histoire même du design industriel. […]





  • Page Facebook

  • Contactez-moi

    Laurent Marcoux, consultant en design industriel

    Email: contrat.laurent(at)gmail.com
    Skype : laurent_marcoux

    Pour la prise de rendez-vous: Heure locale au Canada

    Réseaux sociaux:
    Facebook Facebook
     Google+
    Linked-In Linked-In
    Twitter Twitter

  • Le Design et l’écologie

    LE DESIGN ET L’ÉCOLOGIE est un essai qui vise à vulgariser les concepts généraux liés à l’éco-conception de manière simple et concise. Il s’agit d’une introduction à l’éco-conception qui inclut une liste de définitions, un constat de l’impact du design sur l’entreprise socialement responsable, la logistique, le cycle de vie, l’image de marque et les normes de développement, ainsi qu’une liste de sites Web à consulter. AUCUN REMBOURSEMENT. AUCUN ÉCHANGE. 11 pages.
  • Le Design tout simplement

    LE DESIGN TOUT SIMPLEMENT est un essai qui vise à répondre à quatre grandes questions relatives au design : Qu’est-ce que le design? À quoi sert le design? Qu’est-ce qu’un bon design? Comment travaille un designer?  Né à Québec en 1987, Laurent Marcoux est diplômé en technique de design industriel au cégep de Sainte-Foy (Québec, Canada). Consultant en design, recherche et développement, il est l’auteur d’un blogue : http://designer-entreprise.com.  Notes générales: Ce texte fait 31 pages. Aucun échange. Aucun remboursement.