Les Google Glass de première génération sont laides. Voilà, je l’ai dit. Voyez par vous-même à quel point ces lunettes semblent encombrantes…

Google unveils Google Glass Explorer Edition at I/O – CNET News

C’est quoi ces branches dégarnies qui reposent sur le nez… sérieusement? Et ce gros machin en plastique qui déséquilibre le tout?

Qu’est-ce que Google Glass?

Project Glass (Wikipédia):

Project Glass est un projet issu du « Google X Lab », qui entre en phase de test en avril 2012. Sergey Brin est vu le 5 avril avec un prototype lors d’un événement organisé par la Foundation Fighting Blindness à San Francisco4. Le 23 mai, il en fait une démonstration à la télévision au cours de l’émission The Gavin Newsroom Show dont il est l’invité ; à cette occasion il permet au lieutenant-gouverneur de Californie Gavin Newsom de les essayer. Le 27 juin, il orchestre une grande démonstration du produit à la conférence Google I/O : des parachutistes, grimpeurs et professionnels du vélo tout terrain portent les lunettes et se relaient pour en apporter un prototype sur la scène, avec une retransmission en direct de leur expédition via un Hangout sur Google+.

Le 22 Janvier 2013, Sergey Brin, co-fondateur de Google, est pris en photo sur la ligne 3 du métro new-yorkais portant un prototype des lunettes.

Le 20 février 2013, la firme lance un site afin de recruter des volontaires pour tester ces lunettes dont le prototype sera mis en vente à $ 1200.

Ma critique

En 2009, j’ai fais une étude sur les lunettes pour un client. L’étude a révélé que les consommateurs de lunettes sélectionnent leur paire selon quelques facteurs clés, dont la marque et l’identité sexuelle. Ainsi, on achète des jolies lunettes Tom Ford parce qu’elles sont très masculines.

Au delà de la marque et de l’identité sexuelle, on peut noter qu’il y a des modes cycliques, comme ce regain d’intérêt pour les RayBan, ces lunettes rétro très populaires ces temps-ci.

Certaines icônes ont forgé ce que les consommateurs américains considèrent comme des styles de lunettes admirables. On peut souligner:

Ce qu’on en commun ces lunettes, c’est qu’elles sont « de la personnalité ». Avoir de la personnalité ne se limite pas seulement à la forme de la lunette elle-même, mais aussi, et surtout, à l’aura de la marque, c’est-à-dire à sa capacité d’attraction. On pourrait ainsi catégoriser les lunettes selon qu’elles inspirent ou non :

  • le sex-appeal;
  • la grâce;
  • l’intellectualisme;
  • le raffinement;
  • la sophistication;
  • la classe;
  • etc.

Les Google Glass ont tout-à-fait l’air sortie de Star Trek et elles m’inspirent jusqu’à présent rien de bien bon. De plus, elles font limite « pervers voyeur ». On pourrait les parodier et les traiter de « rapist glasses » (lunettes de violeur):

Rapist Glasses – YouTube (jonlajoie)

On peut payer des mannequins pour porter ces lunettes, cela ne change pas qu’elles peuvent servir à filmer des gens à leur insu.

Ces binocles font peur à ceux qui craignent qu’on envahisse leur vie privée. Michelle Blanc en parle avec éloquence dans son billet « Google Glass = attachez vos tuques avec de la broche »:

De toute évidence, tel que déjà plusieurs commentateurs technos l’ont relevé, l’inquiétude principale de cette nouvelle technologie est la formidable intrusion à la vie privée, dans tout ce qu’il y a de plus réel, que cette technologie causera.

Au-delà de leurs fonctionnalités, dont je ne ferai pas la publicité ici, les Google Glass sont inesthétiques. Le déséquilibre dans la symétrie de la lunette nuit au Masque de Marquardt, développé par la Marquardt Beauty Analysis. Ce modèle de la beauté du visage humain répond aux exigences géométriques du nombre Phi (nombre d’or). Golden Number :

Dr. Stephen Marquardt has studied human beauty for years in his practice of oral and maxillofacial surgery.   Dr. Marquardt performed cross-cultural surveys on beauty and found that all groups had the same perceptions of facial beauty.  He also analyzed the human face from ancient times to the modern day.  Through his research, he discovered that beauty is not only related to phi, but can be defined for both genders and for all races, cultures and eras with the beauty mask which he developed and patented.  This mask uses the pentagon and decagon as its foundation, which embody phi in all their dimensions.  For more information and other examples, see his site at Marquardt Beauty Analysis.

The Marquardt Beauty Mask

Marquardt Beauty Mask - Asian, based on phi, the golden ratio Marquardt Beauty Mask - Black, based on phi, the golden ratio Marquardt Beauty Mask - Caucasian, based on phi, the golden ratio
Asian Black Caucasian
Marquardt Beauty Mask - Nefertiti, Egypt, 1350 B.C. Marquardt Beauty Mask - Aspasia, Greek 500 B.C.
1350 B.C. Egypt 500 B.C. Greece
Marquardt Beauty Mask - Lucille Verus, Roman 164 A.D. Marquardt Beauty Mask - Moulton, 1794 A.D.
164 A.D. Rome 1794 A.D.

La ligne de la caméra bloque évidement la symétrie du visage et alourdi la ligne des sourcils. La caméra aurait pu avoir été intégrée dans la branche de la lunette de manière beaucoup plus subtile, comme on le fait pour les caméras cachées, mais alors on aurait dit de Google que c’est une entreprise d’espionnage camouflée…

Bref, on verra bien si le slogan de Raymon Leowy s’applique toujours et si « La laideur se vend mal ». Personnellement, j’attends la deuxième génération de ces lunettes. La laideur des Google Glasses ne change rien au fait que le moteur de recherche de Google est une invention merveilleuse et que les iPhone sont déjà en train de réduire l’espace privé parce qu’ils sont munis de caméra vidéo.

En attendant,  achetez donc ces lunettes Ajoka qui cachent une caméra si vous voulez filmer les gens sans qu’ils ne le sachent. Au moins, comme ça, vous aurez l’air cool:

Spy Sunglasses (AJ-007SG7) (Ajoka)

Spy Sunglasses


Spy Sunglasses

Description These spy glasses look like an ordinary pair of sun glasses. Yet they have a unique feature…you can see behind you. The lenses on these spy glasses have a special coating that allows you to look straight ahead and still see what is going on behind you. Stylish and great for walking and biking. You won’t need to turn your head to see if a car is coming. It’ll be like you have a rear view mirror with you. Have you ever thought you were being followed? Now, no one can sneak up behind you. These spy sun glasses make a great novelty gift!

Si vous aimez ce billet, vous aimerez aussi:

MAJ

En plus d’êtres laides individuellement, les Google Glass peuvent enlaidir vos lunettes sous prescription d’un ophtalmologiste. En effet, vive l’asymétrie brune :

via engadget

Publicités


  • Page Facebook

  • Contactez-moi

    Laurent Marcoux, consultant en design industriel

    Email: contrat.laurent(at)gmail.com
    Skype : laurent_marcoux

    Pour la prise de rendez-vous: Heure locale au Canada

    Réseaux sociaux:
    Facebook Facebook
     Google+
    Linked-In Linked-In
    Twitter Twitter

  • Le Design et l’écologie

    LE DESIGN ET L’ÉCOLOGIE est un essai qui vise à vulgariser les concepts généraux liés à l’éco-conception de manière simple et concise. Il s’agit d’une introduction à l’éco-conception qui inclut une liste de définitions, un constat de l’impact du design sur l’entreprise socialement responsable, la logistique, le cycle de vie, l’image de marque et les normes de développement, ainsi qu’une liste de sites Web à consulter. AUCUN REMBOURSEMENT. AUCUN ÉCHANGE. 11 pages.
  • Le Design tout simplement

    LE DESIGN TOUT SIMPLEMENT est un essai qui vise à répondre à quatre grandes questions relatives au design : Qu’est-ce que le design? À quoi sert le design? Qu’est-ce qu’un bon design? Comment travaille un designer?  Né à Québec en 1987, Laurent Marcoux est diplômé en technique de design industriel au cégep de Sainte-Foy (Québec, Canada). Consultant en design, recherche et développement, il est l’auteur d’un blogue : http://designer-entreprise.com.  Notes générales: Ce texte fait 31 pages. Aucun échange. Aucun remboursement.