Démarrage d’entreprise et entrepreneurship jeunesse… ma petite histoire à 16 ans

Le démarrage

À 16 ans, j’avais eu la bonne idée de parler de mon sens de l’entrepreneurship à ma coiffeuse. Je lui disais que j’étais peintre amateur et que j’aimerais beaucoup transformer cette passion en une entreprise. Je ne savais absolument pas comment faire, mais je savais une chose: si je transformais mon loisir en « loisir payant », je passerais un été vraiment amusant!

Le premier contrat

J’avais déjà eu un emploi d’un jour en rénovation et de l’expérience dans ce domaine. Je savais qu’il me fallait vraiment peu d’équipement et d’organisation pour devenir peintre en bâtiment. Ma coiffeuse avait justement besoin de repeindre la chambre de ses petits enfants et elle me paya une somme rondelette pour que je fasse une fresque sur le mur de cette chambre.

La vente à profit

C’est là que j’ai compris quelque chose: je lui ai proposé de repeindre entièrement son salon de coiffure. Le lendemain, je dessinai un plan sommaire de la décoration en lui proposant trois concepts. Elle accepta et choisi le décor le plus lumineux. C’est alors que je repeins entièrement son local! Elle me donna un pourboire cette fois et me proposa d’afficher ma publicité, une page blanche sur laquelle j’avais écrit: « Peintre de fresque, peintre en bâtiment… » Bien entendu, elle en parle à tous ces clients.

Le bouche-à-oreille

Quelques jours plus tard, ma coiffeuse m’appelle pour me dire qu’elle connaît quelqu’un qui veut repeindre tout l’extérieur de sa maison, son garage et sa toiture. Constatant mon absence de ressources (je n’avais ni voiture, ni budget pour la peinture), je fis une entente avec mon entourage et mon futur client pour économiser au maximum. Sur place, le soleil plombant me fit regretter un peu ma décision, mais je finis par peindre tout l’extérieur de cette maison! À quatre pattes, debout sur une échelle instable, collant un pinceau sur un manche à ballet avec du duck-tape, je finis par réussir un beau travail, professionnel et digne de n’importe quel peintre en bâtiment. Je demandais mon tarif au client et il me fit un gros pourboire. Je n’en revenais tout simplement pas: je passais un été agréable et on me payait pour ça!

Le résultat

Résultat de l’opération: 1200$ en six jours de travail, ce qui est pas mal du tout pour un ado de 16 ans!

Vous aimez? Vous aimerai aussi:

Vous aimez? Commentez et partagez: Bookmark  and Share Saviez-vous que j’offre des services en design de produits et marketing promotionnel?

Publicités

  • Page Facebook

  • Contactez-moi

    Laurent Marcoux, consultant en design industriel

    Email: contrat.laurent(at)gmail.com
    Skype : laurent_marcoux

    Pour la prise de rendez-vous: Heure locale au Canada

    Réseaux sociaux:
    Facebook Facebook
     Google+
    Linked-In Linked-In
    Twitter Twitter

  • Le Design et l’écologie

    LE DESIGN ET L’ÉCOLOGIE est un essai qui vise à vulgariser les concepts généraux liés à l’éco-conception de manière simple et concise. Il s’agit d’une introduction à l’éco-conception qui inclut une liste de définitions, un constat de l’impact du design sur l’entreprise socialement responsable, la logistique, le cycle de vie, l’image de marque et les normes de développement, ainsi qu’une liste de sites Web à consulter. AUCUN REMBOURSEMENT. AUCUN ÉCHANGE. 11 pages.
  • Le Design tout simplement

    LE DESIGN TOUT SIMPLEMENT est un essai qui vise à répondre à quatre grandes questions relatives au design : Qu’est-ce que le design? À quoi sert le design? Qu’est-ce qu’un bon design? Comment travaille un designer?  Né à Québec en 1987, Laurent Marcoux est diplômé en technique de design industriel au cégep de Sainte-Foy (Québec, Canada). Consultant en design, recherche et développement, il est l’auteur d’un blogue : http://designer-entreprise.com.  Notes générales: Ce texte fait 31 pages. Aucun échange. Aucun remboursement.