Atelier de recherche d’inspiration pour entreprendre dans l’inconnu

Entreprendre dans l’inconnu, c’est le travail du directeur artistique, expert de ce type de travail s’il en est un, qui doit superviser une entreprise créative et coordonner des activités sans en connaître la finalité. Les entrepreneurs devraient s’intéresser davantage au travail créatif s’ils veulent innover. De fait, l’innovation est gage de succès lorsqu’elle est bien structurée lors d’une étape de recherche et développement et pour innover, on a besoin de travailler dans l’inconnu à certains moments.

S’il n’est pas rare de voir les gens les plus avantureux réussir en situation de crise, il n’est pas rare non plus de voir les gens les plus créatif traverser avec succès les phases d’inconnu et de confusion.

On sous-estime souvent le travail créatif parce qu’il n’est pas toujours concret. C’est bien connu, ce qu’on ne peut pas voir, sentir, toucher, entendre ou goûter, on le trouve sans intérêt et ce qu’on ne peut pas se procurer, c’est pire. C’est bien normal de ne pas apprécier quelque chose qui manque de structure ou qui n’est pas arrivé à son terme final. On consomme ce qui est consommable. En ce sens, je risque de perdre certains d’entre-vous en vous parlant aujourd’hui de la recherche d’inspiration et ceux qui resteront, et bien tant mieux pour vous parce qu’il s’agit d’un des secrets du succès d’une entreprise à l’écoute de ses clients.

S’il y a une étape du travail créatif qui est nébuleuse et désordonnée c’est bien celle de la recherche d’inspiration. Il n’y a ni forme, ni ordre, ni méthode traditionnelle. Chacun sa méthode. Voici la mienne:

  • Trouver les ancêtres
  • Se donner un objectif immatériel
  • Partir à la découverte
  • Trouver un filon
  • Recommencer jusqu’à atteindre les limites de l’échéancier

Je vais aussi noter le niveau de difficulté de chacune de ces étapes afin de vous inviter à ne pas les prendre à la légère.

Trouver les ancêtres

Niveau de difficulté faible.

Comme directeur artistique, on a généralement intérêt à connaître ce qui a déjà été créé avant nous dans le même domaine d’activité sur lequel on travail. C’est une partie de la recherche d’inspiration que de passer en revue les ancêtres (ceux qui ont fait ce que vous voulez faire avant vous). Je vais prendre pour exemple ma direction artistique pour le design d’une salle de musée, je vais tenter de trouver toutes les expositions sur ce thème et en analyser les points forts et les points faibles. On fait cela dans d’autres domaines d’activité, en marketing entre autre, et c’est souvent sous-estimé des PME que de s’inspirer des anciens pour améliorer leur entreprise. Vous voulez passer à l’action?

  • Quelles sont les entreprises/personnes qui occupaient dans le passé l’activité que vous pratiquez aujourd’hui?
  • Quelles sont les ancêtres qui ont fait le plus de profit et pourquoi?

Se donner un objectif immatériel

Niveau de difficulté très élevé. Cette phase de la recherche d’inspiration est loin d’être naturelle chez la majorité des gens et il ne suffit pas d’être créatif ou artistique pour la comprendre. La plupart des gens ne savent même pas quoi en penser et ne savent pas du tout la reconnaître. Les publicitaires le savent bien, ce n’est pas donné à tout le monde de donner du sens à quelque chose et en augmenter la valeur perçue. Consultez-moi avant de faire n’importe quoi.

Il s’agit de l’étape la plus difficile et la plus déstabilisant. Pour trouver les objectifs immatériels, il faut comprendre intuitivement, sincèrement la raison d’être de ce qu’on fait. Bon… si cela sonne étrange, c’est bien normal parce que c’est l’étape du travail qui demande le plus de flexibilité, d’élasticité du cerveau, de lâcher prise. Quand je parle d’objectif immatériel, je ne parle pas de mission d’entreprise ou de faire du profit, attirer l’attention ou même rendre heureux. Je parle de trouver la raison d’être de ce que vous faîtes dans l’évolution de la vie, dans ce film qu’est la vie.

Si vous vendez des souliers, vous ne vendez pas que des souliers. Vous vendez la possibilité de marcher, de se déplacer. En fait, vous vendez du mouvement, du nomadisme, de la liberté. Vous donnez un moyen de transport naturel à quelqu’un qui, autrement, serait prisonnier de son anatomie. Vous changez le corps humain en un moyen de transport… Vous voyez le portrait?

Supposons que vous faîtes cette recherche d’inspiration comme moi pour un musée, vous aurez ensuite avantage à définir votre recherche en résumant les principaux objectifs immatériels de votre exposition. Par exemple, l’objectif immatériel d’une exposition sur l’espace, c’est de faire prendre conscience de l’idée que chaque humain influence le reste de l’univers et que chaque partie de l’univers est en symbiose, que si je pense ici, peut-être que cela a un effet là-bas, que chaque chose que je fais peut changer le monde, même si je ne le veux pas, que j’ai du pouvoir sur l’univers simplement parce que j’existe… Il y a, vous comprendrez, un aspect hautement spirituel à  de réaliser une exposition sur l’espace.

Pour cela, vous pouvez vous imaginer dans le film La Matrice.

Vous êtes une partie de l’univers, une illusion. Cette illusion a un objectif, mais elle cache quelque chose. Ce quelque chose est un mystère, le votre, celui de votre raison d’être.

  • Qu’est-ce qui s’agglutine au concept de ce que vous faîtes?
  • Qu’est-ce qui colle parfaitement à ce que vous entreprenez?
  • Quelle est le pourquoi du comment?
  • Quelle est la racine inconsciente, le code, le programme de ce que vous faîtes?
  • En quoi ce que vous faîtes crée des connexions fortes dans le cerveau?

Partir à la découverte

Niveau de difficulté moyen.

Maintenant, faîtes ce que vous voulez. Partez à la découverte. Collectez les flash, les idées spontanées, les images fortes. Pour mon travail sur l’exposition, ça ressemble à ceci (très court résumé de la recherche):

Trouver un filon

Niveau de difficulté moyen.

Vous verrez lentement apparaître des liens entre ce que vous trouvez et ce que vos ancêtres ont fait. Suivez ce filon.

Recommencer jusqu’à atteindre les limites de l’échéancier

Niveau de difficulté moyen.

Compilez les idées, ne perdez rien, classez le tout et recommencez jusqu’à ne plus avoir de temps.

Vous aimez? Commentez et partagez: Bookmark  and Share Saviez-vous que j’offre des services en design de produits et marketing promotionnel?

Publicités

  • Page Facebook

  • Contactez-moi

    Laurent Marcoux, consultant en design industriel

    Email: contrat.laurent(at)gmail.com
    Skype : laurent_marcoux

    Pour la prise de rendez-vous: Heure locale au Canada

    Réseaux sociaux:
    Facebook Facebook
     Google+
    Linked-In Linked-In
    Twitter Twitter

  • Le Design et l’écologie

    LE DESIGN ET L’ÉCOLOGIE est un essai qui vise à vulgariser les concepts généraux liés à l’éco-conception de manière simple et concise. Il s’agit d’une introduction à l’éco-conception qui inclut une liste de définitions, un constat de l’impact du design sur l’entreprise socialement responsable, la logistique, le cycle de vie, l’image de marque et les normes de développement, ainsi qu’une liste de sites Web à consulter. AUCUN REMBOURSEMENT. AUCUN ÉCHANGE. 11 pages.
  • Le Design tout simplement

    LE DESIGN TOUT SIMPLEMENT est un essai qui vise à répondre à quatre grandes questions relatives au design : Qu’est-ce que le design? À quoi sert le design? Qu’est-ce qu’un bon design? Comment travaille un designer?  Né à Québec en 1987, Laurent Marcoux est diplômé en technique de design industriel au cégep de Sainte-Foy (Québec, Canada). Consultant en design, recherche et développement, il est l’auteur d’un blogue : http://designer-entreprise.com.  Notes générales: Ce texte fait 31 pages. Aucun échange. Aucun remboursement.