À moins que vous soyez ailleurs qu’au Québec, vous pensez sans doute à votre déclaration d’impôts à ce temps de l’année. Si non, il serait peut-être temps d’y penser, non? Pour moi, c’est bientôt l’heure de planifier mon budget. Que vous soyez entrepreneur, travailleur autonome, célibataire, divorcé, en couple, acheteur compulsif, collectionneur de bébelles inutiles, fan du Dolorama ou des friperies, tout le monde à avantage à planifier ses dépenses. Cet atelier à pour but de vous donner une procédure afin de déterminer quoi acheter et quand le faire.

Pourquoi économiser?

Le calcul est simple à faire. Imaginez que vous dépensez depuis 1 an 1$ par jour. Ça fait 365$ à la fin de l’année… parce que 1$ X 365 jours = 365$/an. Et oui, c’est 365$ dont vous ne profiterai pas pour vous procurer quelque chose ayant plus de valeur et qui pourrait éventuellement être vendu par la suite, comme un appareil électronique, une bicyclette, un bureau de travail, etc. Et avec 365$, on peut se payer un luxe, un cadeau, des jouets pour les enfants, ou mieux encore économiser et s’assurer à long terme d’un coussin financier. En deux ans, c’est 365$ X 2 = 730$. En mettant ce montant à la banque dans un compte épargne à terme, on peut acquérir des intérêts et l’argent s’accumule toute seule.

Cet atelier est conçu pour répondre aux besoins des gens qui n’ont jamais su ordonner leurs achats, mais il sera utile à vraiment tout le monde. Vous allez voir pourquoi.

Première étape de l’atelier budget :

D’abord, nous allons identifier vos besoins et leur urgence. Procurez-vous un ordinateur et ouvrez un fichier Excel. Créez une feuille Excel dans laquelle vous écrirez ce qui vous empêche de bien fonctionner dans la vie. (Personnellement, cette feuille se nomme : « Liste des choses inutiles de ce monde », mais je vous invite à trouver d’autres titres qui défoulent comme :

  • Au secours, je vais péter ma coche!
  • Sauvez-moi quelqu’un!
  • Si je n’ai pas ça je meurs!

Puis, reproduisez le tableau suivant en écrivant sur la première ligne, dans cet ordre:

  • A : Éléments négatifs
  • B : Désagrément
  • C : Fréquence
  • D : Niveau de risque
  • E : Méthode
  • F : Objectif
  • G : Résultat sur 10

 Tableau à copier:

Optionnel : vous pouvez sélectionner la ligne 1 et la figer (Affichage – figer les volets).

 

Assurez-vous que la colonne B X C = D. Pour ce faire, si vous n’êtes pas passé maître d’Excel, faîtes ceci :

  1. Cliquer sur le carré D2
  2. Écrivez exactement ceci (incluant le = et le *): =B48*C48
  3. Tapez sur Entrer

Maintenant, écrivez une en dessous de l’autre dans la colonne A, sous « Éléments négatifs », toutes les éléments négatifs que vous vivez au quotidien. Séparez chacun des idioties, sans n’en oublier aucune. Voici des exemples d’éléments négatifs qui concernent le monde du travail dans un atelier, mais on pourrait associer cette procédure à la vie de famille :

  • A2 : Perdre et chercher son marteau quand on doit s’en servir
  • A3 : Avoir très chaud en été dans le local
  • A4 : Être malpropre en revenant de l’atelier

Maintenant, évaluez chacun des éléments négatifs en vous fiant à cette règle :

  • Dans la colonne B, écrivez un chiffre de 1 à 4, 1 étant le désagrément le plus faible et 4 le plus élevé.
  • Dans la colonne C, écrivez un chiffre de 1 à 4, 1 étant la fréquence la plus faible et 4 la plus élevé.

Bien entendu, ce qui vous semble le plus désagréable obtiendra une note plus élevé. De même, l’élément négatif qui revient le plus souvent dans votre vie aura aussi une note plus élevé. Il sera donc possible de déterminer ce qui doit être réglé en premier en fonction du calcul désagrément multiplié par fréquence égale niveau de risque. Le niveau de risque montre à quel point ce besoin de régler ce problème est urgent ou non. Le niveau de risque se situe au maximum à 16. Il va sans dire qu’un élément négatif ayant la note 16 devrait être réglé en priorité sur un élément négatif ayant une note de 12 et ainsi de suite.

Pour régler ces problèmes, vous allez écrire dans la colonne E intitulée « Méthode » les procédures à suivre pour régler ces problèmes. Dans le cas de la ligne 2, «Perdre et chercher son marteau quand on doit s’en servir », la méthode sera de toujours remettre le marteau à sa place dans un étuis bien visible dans l’atelier. Dans la colonne F, « Objectif », notez les éléments clés de cette méthode, comme les choses à acheter, à se procurer ou à transformer. Par exemple : « Un étui en plastique avec couvercle sur lequel il est écrit le mot Marteau ». Une fois que vous vous aurez atteint vos objectifs, vous pourrez les évalués et déterminer si votre solution a été efficace en écrivant un pointage sur 10 dans la colonne G.

Deuxième étape :

Ouvrez maintenant un fichier Word que vous nommerez « Liste d’achats ». Assurez-vous d’ordonner titre 1, titre 2 et titre 3 avec une numérotation de ce genre :

1. Titre 1

      1.1 Titre 2

          1.1.1 Titre 3

 

Une fois que cela est fait, écrivez ceci :

1. Urgent

  1.1 Niveau de risque 16

  1.2 Niveau de risque 12

  1.3 Niveau de risque 9

  1.4 Niveau de risque 8

2. Pas urgent 

  2.1 Niveau de risque 6

  2.2 Niveau de risque 4

  2.3 Niveau de risque 2

3. À acheter un jour peut-être

Sous chacun de ces titres, vous ferai un copié-collé des objectifs obtenus dans le fichier Excel en les classant selon leur niveau de risque. Si la ligne «Perdre et chercher son marteau quand on doit s’en servir » indique un niveau de risque de 16, l’objectif de cette ligne sera en tête de liste.

 Fichier word à reproduire:

 

Pour conclure, vous aurez donc une liste allant de l’objectif le plus important, jusqu’à l’objectif le moins important. En n’achetant que les éléments les plus importants, vous éviterai ainsi de remplir des objectifs superficiels et de dépenser inutilement.

Publicités

  • Page Facebook

  • Contactez-moi

    Laurent Marcoux, consultant en design industriel

    Email: contrat.laurent(at)gmail.com
    Skype : laurent_marcoux

    Pour la prise de rendez-vous: Heure locale au Canada

    Réseaux sociaux:
    Facebook Facebook
     Google+
    Linked-In Linked-In
    Twitter Twitter

  • Le Design et l’écologie

    LE DESIGN ET L’ÉCOLOGIE est un essai qui vise à vulgariser les concepts généraux liés à l’éco-conception de manière simple et concise. Il s’agit d’une introduction à l’éco-conception qui inclut une liste de définitions, un constat de l’impact du design sur l’entreprise socialement responsable, la logistique, le cycle de vie, l’image de marque et les normes de développement, ainsi qu’une liste de sites Web à consulter. AUCUN REMBOURSEMENT. AUCUN ÉCHANGE. 11 pages.
  • Le Design tout simplement

    LE DESIGN TOUT SIMPLEMENT est un essai qui vise à répondre à quatre grandes questions relatives au design : Qu’est-ce que le design? À quoi sert le design? Qu’est-ce qu’un bon design? Comment travaille un designer?  Né à Québec en 1987, Laurent Marcoux est diplômé en technique de design industriel au cégep de Sainte-Foy (Québec, Canada). Consultant en design, recherche et développement, il est l’auteur d’un blogue : http://designer-entreprise.com.  Notes générales: Ce texte fait 31 pages. Aucun échange. Aucun remboursement.