Comment fait-on pour qu’une équipe suive un but commun? comparez votre équipe à une équipe de sport ou à l’armée. De quoi sont composées ces équipes:

  • Coach ou leader positif (il est généralement représentatif de l’esprit de l’équipe au complet);
  • Conseillers ou experts ou aides;
  • Membres de l’équipe.

D’abord, il faut avoir un objectif général et ceci dépend des motivations d’un leader ou d’une personne capable de bien résumer les idées du groupe. Bref, l’objectif dépend de la culture (il est important de noter que chaque groupe a sa propre sous-culture). Dans un groupe d’amateurs de sports, l’objectif général sera de faire partager un passion pour le sport par exemple, mais pas n’importe comment et le but commun sera de véhiculer la passion du sport aux jeunes grâce à des activités sportives variées.

Un poste doit être assigné (ou voté) pour la personne ayant la fonction de leader positif. À ce sujet, rapellons que l’expérience prouve qu’il est difficile et malaisant de choisir un chef et que le chef idéal est un genre de chef d’orchestre (selon François Héon, psychologue). Souvent, la personne ayant le plus de charisme, d’expérience, de talent et de jugement sera le leader positif.

Le leader doit décrire la culture de l’équipe de manière à ce que l’objectif général soit cohérent avec la culture du groupe. Pour se faire il va prendre en compte:

  • Les désirs communs à tous
  • Les motivations communes à tous
  • Les capacités communes à tous
  • Les contraintes communes à tous
  • Les valeurs communes à tous
  • Les actions et responsabilités communes à tous
  • Les croyances communes à tous
  • Les règles communes à tous, etc.

Il utilisera sans doute un système pour noter les idées des membres du groupe à moins qu’il ne fasse lui-même la description de l’objectif en se référant à des experts ou à ses propres motivations. Je propose d’ailleurs le brainstorm et la Cible comme système idéal de mise en forme de l’objectif. Le leader doit bien prendre en compte les désirs des membres, mais il doit aussi savoir ramener le groupe à l’ordre en cas de dérive.

À mon humble avis, il existe deux solutions principales pour trouver un but commun à un groupe une fois que l’étape de la Cible est passée.

1) CE QU’ON FAIT DÉJÀ, MAIS MIEUX

Voici un truc pour trouver son but commun. C’est terriblement simple, mais aussi terriblement efficace: faire ce qu’on fait déjà, mais mieux. Prenez une feuille de papier et un crayon. Vous êtes leader. Tracez une ligne au centre de la feuille et d’un côté écrivez « Pour » et de l’autre « Contre ». Écrivez tout ce qui vous passe par la tête comme projet avec votre équipe. Si vous n’avez pas d’idées: faîtes une session de brainstorming.

Dans la section « Pour », vous mettez tout ce que vous êtes déjà capable de faire selon ces contraintes:

  • Être capable de faire la première action dès demain et que ça soit un succès
  • Répondre à vos contraintes: budget, temps, énergie, contact et matériel
  • Présenter le moins de problèmes à la source (exemple: marché en déclin)
  • Présenter le moins de problème à court, moyen et long terme
  • Respecter vos valeurs comme groupe
  • Respecter votre marque comme groupe
  • Respecter chaque capacités des individus du groupe (exemple: nombre d’heures de travail raisonnables)
  • Correspondre à la personnalité et aux motivations d’un vrai leader positif et donc correspondre à la culture du groupe dont il est un représentant
  • Être rentable dans le court terme et nécessiter un minimum d’investissement. Idéalement, utiliser vos passifs, soit les choses que vous possédez et qui ne vous rapporte pas de profit et les transformer en actifs, soit ce qui va vous rapporter des prodfits (exemple: une voiture (passif) pourrait être utilisée par un représentant qui vendrait vos produits(actif)) (selon Marc Fisher, auteur du livre Le Millionnaire paresseux)

Vous aurez donc une liste de projets qui correspondent à vos objectifs de groupe et vos capacités de groupe dans la section « Pour ». Une fois cette opération terminée, si vous êtes satisfait, ordonnez ces projets par ordre de priorité, c’est-à-dire en fonction de la correspondance des projets avec votre objectif. Si vous êtes loin de votre objectif, choisissez les projets qui vous donnent une porte d’entrée impresionnante vers votre objectif ultime. Par exemple, une équipe de hockey amateure visera d’abord à fare un premier match « test » devant public avant d’être acceptée par l’association des équipes amateurs de hockey et faire une compétition devant public. Si vous avez de la difficulté à organiser vos priorités, imaginez que vous soyez incapable de faire tous ces projets sauf un, ce serait lequel? Quel serait la première étape à ce projet? (Lire S’organiser pour Réussir : Getting Things Done (méthode GTD) de David Allen au besoin)

Dans la section « Contre » sur votre feuille, vous trouverez des bonnes idées, mais qui ne correspondent tout simplement pas à vos capacités et à votre objectif du moment. Si ces idées ont du potentiel, mais que vous êtes incapable de les faire, passez à « Ce qui est en demande ».

2) CE QUI EST EN DEMANDE

En général, et il me semble que c’est logique, la demande, le besoin, est générateur du but commun. Par contre, quand il y a une demande, il faut valider cette demande. Voici donc la suite chronologique des étapes à suivre:

  1. Si ce n’est déjà fait, décrivez votre objectif commun et mettez-le à la vue de tous
  2. Si ce n’est déjà fait, décrivez vos valeurs communes et mettez-les à la vue de tous
  3. Si ce n’est déjà fait, décrivez votre marque et mettez-la à la vue de tous
  4. Décrivez votre but commun comme étant 100% cohérent avec ce qui est en demande
  5. Une fois que cela est fait, vous pouvez déléguer des tâches et former des sou-groupes ou vous allier avec des groupes supérieurs afin de vous rapprocher de votre objectif commun en respectant votre équipe
  6. Votre but commun devra répondre alors aux contraintes du marché
  7. Pour se faire, il faudra :
  • Inspecter, noter et faire l’inventaire des choses connues
  • Prendre des décision d’affaire
  • Organiser et structurer votre équipe
  • Faire des bilans (1 bilan par semaine), trouver et parler à des experts
  • Faire quelque chose comme un prototype et des tests
  • Faire le ménage et acquérir (matériel, ressources, outils, logiciels)
  • Traiter l’information selon son intérêt (importance)
  • Créer un système de trie et structurer
  • Prendre du recul et ordonner les actions
  • Écrire un échéancier et agir

Ainsi, vous aurez une suite d’actions à poser et la première action à poser, celle qui vous dirigera le plus efficacement vers votre objectif général, c’est votre but commun.

Publicités

  • Page Facebook

  • Contactez-moi

    Laurent Marcoux, consultant en design industriel

    Email: contrat.laurent(at)gmail.com
    Skype : laurent_marcoux

    Pour la prise de rendez-vous: Heure locale au Canada

    Réseaux sociaux:
    Facebook Facebook
     Google+
    Linked-In Linked-In
    Twitter Twitter

  • Le Design et l’écologie

    LE DESIGN ET L’ÉCOLOGIE est un essai qui vise à vulgariser les concepts généraux liés à l’éco-conception de manière simple et concise. Il s’agit d’une introduction à l’éco-conception qui inclut une liste de définitions, un constat de l’impact du design sur l’entreprise socialement responsable, la logistique, le cycle de vie, l’image de marque et les normes de développement, ainsi qu’une liste de sites Web à consulter. AUCUN REMBOURSEMENT. AUCUN ÉCHANGE. 11 pages.
  • Le Design tout simplement

    LE DESIGN TOUT SIMPLEMENT est un essai qui vise à répondre à quatre grandes questions relatives au design : Qu’est-ce que le design? À quoi sert le design? Qu’est-ce qu’un bon design? Comment travaille un designer?  Né à Québec en 1987, Laurent Marcoux est diplômé en technique de design industriel au cégep de Sainte-Foy (Québec, Canada). Consultant en design, recherche et développement, il est l’auteur d’un blogue : http://designer-entreprise.com.  Notes générales: Ce texte fait 31 pages. Aucun échange. Aucun remboursement.