Je rencontre bien des entrepreneurs qui ne se permettent pas de dire qu’ils sont entrepreneurs. Ils disent: « Je suis un artisan. Je suis un artiste. Je suis un créateur de X, Y, Z. Je travaille à temps partiel à remettre à neuf des voitures… Ma passion, c’est d’organiser des party de financement. » Et ces gens ont une passion et ils s’amusent en passant généralement moins de 3 heures par semaine sur ce genre de projets. C’est-à-dire qu’il ne s’agit pas de leur revenu le plus important, mais tout de même… ils y gagnent de l’argent, un réseau de contact fiable et de l’expérience. À mon avis, ce sont des gens très intéressants et des créateurs de tendance nés.

À ces gens qui sont, disons, des « entrepreneurs sans le savoir », je propose généralement de trouver leur marché cible. Vous seriez étonné de constater à quel point la plupart de ces entrepreneurs ne connaissent absolument pas:

  • Leurs concurrents
  • Leurs clients fidèles
  • Leurs produits vedettes
  • Les tendances du marché
  • L’image de marque que devrait avoir leur micro-entreprise
  • Les prévisions des experts de leur domaine.

Ainsi, si vous êtes en marketing, vous comprendrez qu’il s’agit là d’erreurs graves. À mon avis, il est important, pour avoir un loisir intéressant à long terme, qu’il rapporte ou non de l’argent, de connaître son marché.

En passant, vous serez d’accord avec moi qu’un loisir qui peut aussi éventuellement rapporter de l’argent est un meilleur investissement qu’un loisir voué à être une dépense.

Si vous avez une idée pour un produit ou un service, il ne faut pas non plus ignorer le temps que prend l’étape de recherche et développement (R&D). Si vous êtes un control-freak, je vous suggère de vous trouver un partenaire parce que la R&D, c’est long et c’est plein de détours. De quoi faire une attaque de panique si vous êtes du genre conventionnel/rationnel.

Bref, la R&D, c’est un labyrinthe dans lequel il est facile de se perdre quand on a pas d’expérience. Voici pourquoi:

  1. Vous êtes le seul expert de votre idée;
  2. Vous êtes le seul intéressé par votre projet parce que personne ne peut voir concrètement votre idée puisqu’elle est dans votre tête ou sur papier;
  3. Les entreprises les plus innovatrices se donnent un délais minimum de deux ans  avant de lancer un nouveau produit (à moins que vous soyez dans la mode vestimentaire, là on compte beaucoup moins, disons une saison ou même deux semaines selon mes sources);
  4. Il est impossible de réussir en R&D sans donner à un moment ou un autre des épreuves, des prototypes ou des concepts à tester et retester, ce qui prend un Budget, du Temps, de l’Énergie, des Contact, personnes ressources ou une équipe de travail, et du Matériel;
  5. Il est difficile d’estimer l’argent à investir dans un projet qui n’existe pas sous une forme véritable (un prototype).

Donc, si vous êtes dans la catégorie des « entrepreneurs sans le savoir », je vous invite à suivre ces quelques trucs et conseils tirés de mon expérience et des industriels dont j’ai pu observer les comportements:

  1. Cessez de croire à une seule idée de projet, ça va vous ruiner à moins que vous soyez un expert très pointu dans votre domaine comme M. Clotaire Rapaille. Il est préférable d’avoir plus d’une centaine d’idées et de donner trois versions de chaque idée afin d’en trouver les points forts et les points faibles, ce qui n’est pas une mince tâche, je vous assure!;
  2. Donnez-vous le droit d’improviser des solutions et d’apprendre de vos erreurs;
  3. Laissez-vous une marge de manoeuvre de deux ans minimum;
  4. Ne dépensez pas d’argent sur des choses qui n’amélioreront pas votre productivité et vos stratégies créatives (Voir ces billets);
  5. Oubliez les achats de matériaux neufs autant que possible pour faire un prototype;
  6. Investissez votre temps pour valider votre idée et rencontrer des agents de brevets comme le ICRIQ au Québec.

Finalement, il est utile de rencontrer des inventeurs, des patenteux et des bricolleurs pour apprendre de leur expérience!

Bookmark and Share
Publicités

  • Page Facebook

  • Contactez-moi

    Laurent Marcoux, consultant en design industriel

    Email: contrat.laurent(at)gmail.com
    Skype : laurent_marcoux

    Pour la prise de rendez-vous: Heure locale au Canada

    Réseaux sociaux:
    Facebook Facebook
     Google+
    Linked-In Linked-In
    Twitter Twitter

  • Le Design et l’écologie

    LE DESIGN ET L’ÉCOLOGIE est un essai qui vise à vulgariser les concepts généraux liés à l’éco-conception de manière simple et concise. Il s’agit d’une introduction à l’éco-conception qui inclut une liste de définitions, un constat de l’impact du design sur l’entreprise socialement responsable, la logistique, le cycle de vie, l’image de marque et les normes de développement, ainsi qu’une liste de sites Web à consulter. AUCUN REMBOURSEMENT. AUCUN ÉCHANGE. 11 pages.
  • Le Design tout simplement

    LE DESIGN TOUT SIMPLEMENT est un essai qui vise à répondre à quatre grandes questions relatives au design : Qu’est-ce que le design? À quoi sert le design? Qu’est-ce qu’un bon design? Comment travaille un designer?  Né à Québec en 1987, Laurent Marcoux est diplômé en technique de design industriel au cégep de Sainte-Foy (Québec, Canada). Consultant en design, recherche et développement, il est l’auteur d’un blogue : http://designer-entreprise.com.  Notes générales: Ce texte fait 31 pages. Aucun échange. Aucun remboursement.